Icon Sport

Gibbes déclenche la valse des entraîneurs

Gibbes déclenche la valse des entraîneurs
Par Simon Valzer via Midi Olympique

Le 22/04/2021 à 12:23Mis à jour Le 22/04/2021 à 12:25

TOP 14 - En officialisant son arrivée à Clermont la saison prochaine au poste de manager, le néo-zélandais a déclenché une véritable valse des entraîneurs au sein du Top 14. Décryptage.

Après trois années passées au Stade Rochelais, le Néo-zélandais Jono Gibbes va retrouver l'Auvergne et le club de l'ASM avec lequel il avait travaillé de 2014 à 2017 en qualité d'entraîneur des avants. Cette fois, l'ancien deuxième ou troisième ligne des Chiefs et des All Blacks (8 sélections) sera le patron de la formation auvergnate, avec laquelle il avait été sacré champion de France en 2017. Une sorte de retour au pays qui, vous allez le voir, aura de multiples répercussions dans le Top 14. À La Rochelle d'abord, où Gibbes faisait équipe avec l'Irlandais Ronan O'Gara. Le Néo-zélandais sur le départ, l'ancien ouvreur du Munster et de l'Irlande devrait donc se retrouver seul aux commandes, installé dans un fauteuil de numéro un.

Mais l'arrivée de Gibbes à Clermont pose aussi une autre question : celle de l'avenir de l'actuel manager clermontois Franck Azéma, qui intéresse au plus haut point le club de Montpellier et son président Mohed Altrad qui déclarait ceci à nos confrères de RMC Sport : "Franck nous intéresse, a confirmé le dirigeant vendredi. Le poste l’intéresse. C’est lui-même qui l’a dit. Clermont a déclaré dans la presse qu’il le libérait et qu’il comptait sur quelqu’un d’autre. Je n’ai pas de contact particulier ni de négociation en cours avec l’ASM concernant Franck. Je sais, notamment à travers des agents, que Franck veut sortir. Tout le monde est d’accord pour qu’il parte mais je ne négocie pas avec l’ASM. Le job est pour Franck. Mais Franck ne peut pas le prendre. Et je ne peux pas lui donner tant qu’il n’est pas libéré. Juridiquement, on ne peut avoir deux contrats avec deux clubs différents".

La situation semble donc plus compliquée qu'il n'y paraît. Au point que, selon nos informations, cette option aurait récemment pris du plomb dans l'aile et que Mohed Altrad reconsidérerait plutôt de favoriser une solution en interne en maintenant le trio formé par Philippe Saint-André, Olivier Azam et Jean-Baptiste Elissalde.

Garbajosa dans le staff du Stade français ?

Ailleurs, les présidents de clubs poursuivent leurs manœuvres. Il y a moins d'un mois, le club de Castres officialisait les prolongations de ses deux entraîneurs Pierre-Henry Broncan (jusqu'en 2024) et David Darricarrère (jusqu'en 2023). L'ancien sélectionneur des moins de 20 ans Sébastien Piqueronies arrivera très prochainement à Pau pour prendre les commandes de la Section Paloise et la conduire dans sa mission du maintien. Piqueronie sera rejoint par l'actuel entraîneur du club de Chambéry, Antoine Nicoud.

À Toulon, c'est l'ancien ouvreur et buteur emblématique d'Aurillac, Maxime Petitjean, qui va débarquer en qualité d'entraîneur en charge du jeu au pied. Petitjean va donc intégrer le staff mené par Patrice Collazo.

Et enfin, l'ancien manager de Montpellier, Xavier Garbajosa pourrait intégrer le staff du Stade français. Récemment interrogé à ce sujet dans les colonnes de Midi Olympique, le président du club parisien Thomas Lombard a effectivement indiqué que son staff méritait d'être renforcé : "Nous travaillons avec trois entraîneurs. Quand je vois ce qui se fait ailleurs, je me dis qu’on a besoin d’étoffer notre staff. Cela donnera aussi plus de temps à Gonzalo pour aller dans le détail et consolider les bases qu’il a mises en place cette saison. Après, il faut trouver la bonne personne, celle qui a compris le projet du club et qui veut s’inscrire dedans." Xavier Garbajosa pourrait être celle-là...

Contenus sponsorisés