Icon Sport

Davidson : "Je ne sais pas si on dérange les gens"

Davidson : "Je ne sais pas si on dérange les gens"
Par Rugbyrama

Le 06/03/2021 à 18:10Mis à jour Le 07/03/2021 à 00:52

TOP 14 - Malgré un bon match, Brive s'est lourdement incliné sur la pelouse du Stade toulousain. Dans le match jusqu'à la 53e, les cartons jaunes reçus par les brivistes ont coûté cher. Le coach du CAB, Jeremy Davidson, est revenu sur l'arbitrage et le manager était visiblement très frustré.

L’addition est lourde, pourtant vous étiez devant jusqu’à la 53eme…

Bien sûr, je ne veux pas parler de l’arbitrage parce que ce n’est pas notre façon de faire mais 16 pénalités contre 8, 3 cartons jaune à 0 et 2 essais de pénalité contre nous. On menait à la 53e, je ne sais pas si on dérange les gens. Finir sur un score comme ça c’est lourd.

Vous estimez avoir été arbitré comme un petit ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes donc je vous laisse prendre vos propres décisions là-dessus. Mais à la 53e minute on était devant, je pense qu’on avait mis les ingrédients nécessaires pour rivaliser face à une grosse équipe de notre championnat. J’ai trouvé très facile de nous infliger ces essais de pénalité qui les ont mis devant au score. On va travailler pour revenir. Nous avons aussi notre part de responsabilité. Il va falloir peaufiner la défense pour être meilleur en fin de match. Quand on prend 3 cartons jaunes contre Toulouse cela rend la tâche très difficile

Il y a aussi eu des touches perdues dans les 22m des Toulousains.

Tout à fait. Toulouse c’est un gros alignement, nous avons fait des mauvais choix qui ont fait qu’on a perdu des opportunités qui auraient pu nous mettre dans des positions plus favorables.

Vous êtes quand même content du match réalisé par votre équipe ?

C’est très positif mais je suis en colère et très frustré d’avoir terminé cette rencontre d’une telle façon.

La frustration va-t-elle rapidement passer ?

Après un match comme celui-ci, ça ne passe pas de suite. On va attendre le prochain match à domicile pour essayer d’enlever cette frustration. Quand on pense à la dernière touche où Kolbe est en touche, il relance et ils marquent. Ça coûte cher.

Propos recueillis par Yohan Lemaire

Contenus sponsorisés