Icon Sport

Quesada : "Le Racing en demie, c’est logique"

Quesada : "Le Racing en demie, c’est logique"
Par Arnaud Beurdeley via Midi Olympique

Le 11/06/2021 à 23:58

TOP 14 - Le visage fermé, le manager du Stade français Gonzalo Quesada s’est présenté en conférence de presse marqué par le scénario de la rencontre. Pour lui, il n’y a pas eu photo : le Racing mérite sa victoire. En revanche, le scénario de la rencontre l’a contrarié...

Quel est votre sentiment sur cette rencontre ?

Le Racing mérite largement sa victoire, peut-être pas sur un score aussi large, mais le Racing en demi-finale, c’est logique. Au regard de sa saison, mais aussi au regard de son parcours cette saison. De notre côté, nous sommes arrivés là où nous devions arriver. Maintenant, on a besoin de beaucoup de repos car la saison a été longue. La prochaine sera totalement différente. Lyon, Toulon et les autres ont déjà commencé à préparer l’avenir. On sait tout le travail qu’il nous reste à faire. Grâce au Racing, on sait ce qu’on a à faire.

Le scénario a vite fait de vous mettre hors course...

On savait que nos chances n’étaient pas énormes. Mais le déroulement du match laisse pas mal de regrets. On a sûrement mal préparé notre match. Les vingt premières minutes nous coûtent très chers. Il y avait la place pour faire beaucoup mieux sur ce début de match. Surtout au regard de ce qui s’est passé en deuxième mi-temps. Il y a avait la place pour faire beaucoup mieux. On peut quand même être fier de la saison du Stade français. Et on remercie le Racing de nous avoir montré tout le chemin qu’il nous reste à parcourir.

L’indiscipline a-t-elle été une clé ?

On est sorti tout seul du match Je pense que ce manque de maîtrise en début de match en comparaison avec la maîtrise du Racing nous montre le travail qu’il reste à faire. Je ne veux pas parler de l’arbitrage, mais nous avons été beaucoup sanctionnés.

L’intervention de Thomas Lombard à la mi-temps a-t-elle joué dans la réaction de votre équipe ?

Je suis arrivé le premier au vestiaire. J’ai poussé un petit coup de gueule, j’ai dit tout ce que j’avais sur le cœur. On a aussi parlé stratégie, du déroulement de la seconde période, de ce qu'on allait faire et quelle image on allait montrer. Ensuite ? Nous avons parlé un peu plus de stratégie de façon séparée. Thomas n’était pas encore arrivé dans le vestiaire. Et quand il est arrivé, il a lui aussi poussé un coup de gueule. Il a, je crois, répété un peu ce qu’on avait déjà dit. Mais je ne peux pas vous dire exactement ce qu’il a dit, j’étais déjà en train de sortir du vestiaire.

Comment réagissez-vous à l'essai de Gaël Fickou, qui évoluait sous vos ordres il y a peu de temps ?

Ça fait partie du jeu. Évidemment, la situation était un peu particulière. Pour lui en premier. Nous savions que ce serait un match spécial pour lui. Je l’ai dit dès lundi matin, dès ma première intervention : "Gaël sera dans un grand jour car c’est un joueur de caractère." Après, j’ai quand même été un peu étonné de le voir marquer sur son premier ballon touché. Heureusement, en deuxième mi-temps, c’est plutôt Waisea qui a crevé l’écran.

Contenus sponsorisés