Midi Olympique

Garcès justifie les décisions de Trainini

Garcès justifie les décisions de Trainini
Par Pierre-Laurent Gou via Midi Olympique

Le 21/06/2021 à 11:58Mis à jour

TOP 14 - Le manager des arbitres professionnels, Jérôme Garcès, a pris le temps d’expliciter les actions litigieuses du Toulouse – Bordeaux et notamment le carton rouge d’Ulupano Seuteni.

Sur la tentative de sauvetage de touche de Ben Lam sur un coup de pied de Ramos (64e)

"Il y a clairement touche. Et le joueur et le ballon le sont. Il n’y a pas de discussion possible. S’en suit, un doute de Pascal Gaüzère, qui était juge de touche. Je trouve que l’équipe des quatre arbitres, c’est-à-dire les trois sur le terrain et celui sur la vidéo, a bien travaillé et collaboré sur cette action. Ils ont utilisé les images qui étaient à leur disposition pour prendre la bonne décision. Il y avait un doute qui a été levé, les images ont permis de rétablir l’équité sur cette action".

Sur le plaquage dangereux d’Ulupano Seuteni sur Romain Ntamack, qui écope d’un carton rouge (57e)

"Il n’y avait pas d’autres choses à faire que d’exclure le Bordelais. Selon les directives de World Rugby, émises en début de saison, il faut prendre en compte la distance entre le plaqueur et le plaqué, et la maîtrise du geste. Dans le cas de samedi soir, Seuteni a suffisamment de distance avec Ntamack pour ajuster son plaquage. Or il ne se baisse pas. Il ne maîtrise pas non plus son geste. Il n’y a pas non plus de circonstances atténuantes. Ntamack ne change pas son axe de course au dernier moment et ne se baisse pas. World Rugby demande que le plaqueur soit responsable de la sécurité du plaqué. Alors même si cela ne semble pas intentionnel, Seuteni devait être sanctionné d’un carton rouge".

Sur le possible en-avant sur l’essai de Romain Ntamack (4e)

"Cette action et son jugement, illustrent parfaitement ce qui doit primer : la décision terrain. Sur le coup, Tual Trainini est certain de son jugement. Il juge la passe valide. De plus, il y a eu concertation entre eux et notamment avec l’arbitre vidéo qui lui a indiqué, qu’il n’y avait pas un plan où l’en-avant pouvait être déterminé avec évidence. Dans ces cas-là, il faut laisser à l’arbitre central son pouvoir de décision".

Sur la faute de Kolbe sanctionnée d’une simple pénalité, plutôt qu’un carton jaune (74e)

"Il s’agit d’une décision personnelle d’une action où Tual Trainini était très bien positionné. Je n’ai pas à la commenter, à savoir s’il s’agissait d’une faute cynique ou non. Il sanctionne d’une pénalité. Fin de l’histoire".

Contenus sponsorisés