Icon Sport

Fickou : "Je n’ai pas été transcendant, mais je n’ai pas non plus été mauvais"

Fickou : "Je n’ai pas été transcendant, mais je n’ai pas non plus été mauvais"
Par Arnaud Beurdeley via Midi Olympique

Le 22/01/2021 à 09:55Mis à jour Le 22/01/2021 à 09:56

TOP 14 - Hors du groupe pour affronter Brive, remplaçant lors du déplacement au Stade toulousain, Gaël Fickou devrait faire son retour dans le XV de départ du Stade français pour affronter Toulon dimanche au stade Mayol. Entretien.

Est-ce toujours particulier pour vous de retourner jouer à Toulon ?

Ça sera toujours quelque chose de particulier pour moi. Quand tu as passé du temps dans un club, que tu y as été éduqué avec des valeurs hyper-fortes, que ta famille et tes amis vivent là-bas, c’est toujours un plaisir d’y retourner. Evidemment, mes premiers retours avec le Stade toulousain avaient une saveur peut-être un peu plus forte. Aujourd’hui, j’ai pris l’habitude de retourner jouer à Toulon. Je ne me mets aucune pression particulière pour ce match.

Justement, vous êtes aussi le président du club de La Seyne, comment votre club vit-il la situation actuelle ?

Comme pour tous les présidents de club amateur, il y a de la frustration. D’autant que nous sommes en tête du classement (poule 3 de Fédérale 1). Mais la frustration, elle est surtout pour les joueurs. Malheureusement, nous n’avons pas le choix, Ce Covid, il est là, nous devons vivre avec. Il faut relativiser et essayer de positiver.

Étiez-vous de ceux qui espéraient reprendre la compétition en même temps que la Nationale ?

C’était notre souhait, mais nous comprenons la décision. Nous ne sommes pas un club professionnel, il aurait été difficile de mettre en place le protocole sanitaire avec des tests toutes les semaines notamment. J’espère que des solutions seront trouvées dans les prochaines semaines afin que nous puissions reprendre la compétition. Maintenant, je ne veux pas me plaindre, il y a d’autres priorités à gérer en France en ce moment.

Le club est-il en difficulté sur le plan économique ?

Nous avons un modèle économique qui repose sur une multitude de partenaires. Des partenaires qui nous sont fidèles et qui croient à notre projet. C’est une force pour le club. Et pour le moment, nous nous en sortons de façon plutôt correcte.

Pour revenir à la rencontre de dimanche contre le RCT, avez-vous été impressionné par la performance toulonnaise dimanche dernier sur la pelouse du Racing 92 ?

Bousculer le Racing sur sa pelouse comme le RCT l’a fait, peu d’équipes en sont capables. J’ai franchement été impressionné par cette performance. Ils ont été redoutables dans tous les secteurs de jeu. C’est probablement un match référence pour cette équipe qui monte en puissance chaque semaine. Ce qui m’a marqué, c’est la faculté de cette équipe à s’adapter au scénario du match. En première période, les Toulonnais ont envoyé beaucoup de jeu et quand la rencontre s’est tendue au fil des minutes, ils ont su utiliser un peu plus le jeu au pied et resserrer le jeu autour des avants. Et comme, ils sont très costauds devant, ça leur a souri. Dans cette rencontre leur charnière a été remarquable. Baptiste Serin et Louis Carbonel ont su vraiment guider leur équipe.

Top 14 - Gaël Fickou (Stade Français) lors du match aller contre Toulon

Top 14 - Gaël Fickou (Stade Français) lors du match aller contre ToulonIcon Sport

La gifle reçue à Toulouse par le Stade français (48-24) montre-t-elle encore tout le chemin que votre équipe a à parcourir pour rivaliser avec les cadors de ce Top 14 ?

Nous sommes tombés sur une équipe qui a beaucoup plus d’expérience que nous, qui a plus de repères de jeu car elle évolue avec les mêmes joueurs depuis plusieurs années, le même staff technique. Maintenant, je ne crois pas que nous soyons si loin. La rencontre s’est jouée à quelques détails, sur des jeux au pied qui ont parfois manqué d’un peu de précision, sur une indiscipline qui nous a coûté chère. C’est la différence entre les grandes équipes et les autres.

Ce match à Toulon est-il une session de rattrapage ?

Ce sera un deuxième test pour nous. Toulon comme Toulouse roule bien dans ce championnat. Mais on a bien travaillé pour mieux rivaliser que lors de notre déplacement à Toulouse. L’objectif, c’est vraiment de produire autre chose.

Vous étiez remplaçant contre Toulouse, au repos contre Brive, comment avez-vous vécu cette mise à l’écart ?

Je ne crois pas qu’on puisse parler de mise à l’écart. J’ai été mis au repos contre Brive car j’étais le centre qui avait le plus de temps de jeu. Surtout, à mon poste il y a beaucoup de joueurs avec de grandes qualités : Alex Arrate, Jonathan Danty, Julien Delbouis ou encore Waiséa. Ceux qui ont joué contre le CAB ont été performants, le staff a donc souhaité les reconduire. Ça ne m’a pas choqué, c’est même compréhensible. J’ai lu à droite et à gauche, sur les réseaux, que j’étais en conflit avec le staff, c’est totalement faux. Il n’y a jamais eu de dispute. Tout simplement.

Top 14 - Gaël Fickou (Stade Français) contre le Stade toulousain

Top 14 - Gaël Fickou (Stade Français) contre le Stade toulousainIcon Sport

Avez-vous le sentiment que le staff attend plus de vous ?

Peut-être, mais on ne me l’a jamais dit.

Vous êtes-vous inquiété pour votre place en équipe de France ?

Très sincèrement, je n’y ai pas pensé. Avec le staff de l’équipe de France, j’échange beaucoup. Que ce soit avec Fabien (Galthié), Laurent (Labit) ou encore Shaun (Edwards). Personne ne m’a rien dit à ce sujet. Après, les saisons sont longues. J’ai beaucoup joué ces derniers mois. Peut-être ai-je été un peu moins performant sur certains matchs, mais c’est difficile d’être toujours au top. Certains se sont peut-être interrogés sur mes performances et je les comprends. Quand je regarde un match de foot, je suis le premier à râler quand un joueur est un peu moins bon. Mais après, je relativise. Je n’ai pas été transcendant sur mes dernières sorties, mais je n’ai pas non plus été mauvais.

Contenus sponsorisés