Icon Sport

Face à la crise qui enfle au RCT, Belleau fait passer un message fort d'unité

Face à la crise qui enfle au RCT, Belleau fait passer un message fort d'unité
Par Rugbyrama

Le 10/10/2021 à 13:53Mis à jour Le 10/10/2021 à 14:53

TOP 14 - Si Toulon l'a finalement emporté face à Brive, ce samedi soir (13-9), la prestation reste très moyenne et la victoire a été "célébrée" par des sifflets, à Mayol, au terme de la rencontre. Cette situation et le début de saison décevant du RCT attristent l'ouvreur international Anthony Belleau (25 ans, 12 sélections) comme il l'a confié au micro de Canal + puis en conférence de presse.

Interrogé après la rencontre par Canal +, Belleau a réagi aux sifflets du public. Ne cachant pas que les différentes divisions internes au club, que ce soit entre dirigeants, joueurs, staff ou supporters devenaient pesantes: "J’ai entendu dès la fin du match que le public n’était pas forcément content. Toulon a un public exigeant et je suis un peu triste, je sens qu’on n’est pas tous unis. Il y a beaucoup de frustration chez les joueurs et les supporters. Toulon ne mérite pas cette division entre toutes les parties prenantes du club. Il faut qu’on mette nos ego de côté et qu’on se resserre." Sans donner plus de détails, Belleau plaçait d'abord les joueurs devant leurs responsabilités : "On sent cette attente autour de nous. Les temps sont durs. On n’est pas à notre place et nous, les joueurs, avons notre part de responsabilité. Mais il faut rester unis et je sais que certaines actions ont été menées par des groupes de supporters. Cela me touche. J’aimerais qu’il y ait un peu plus de joie. C’est à nous, les joueurs, de rebondir. Toulon mérite beaucoup mieux que ça." Pendant cette rencontre face à Brive, une partie du public présent au stade Mayol avait choisi de ne pas encourager son équipe, se contentant d'observer la rencontre.

Belleau : "Même les choses simples, on ne sait pas les faire"

Si "les temps sont durs", c'est que la situation sportive du RCT n'a franchement rien de reluisant. Avec un calendrier pourtant favorable en ce début de Top 14 2021-2022, les Toulonnais pointent à la 9e place (avant le match de dimanche, Paris-Clermont) avec deux victoires seulement au compteur, en six rencontres. Des difficultés que ne niait d'ailleurs pas Belleau : "On a du mal à se trouver. On n’invente rien, on va au plus simple. Mais en seconde période, même les choses simples, on ne sait pas les faire. On ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes. C'est nous, les joueurs, qui sommes sur le terrain. On doit faire preuve de plus de responsabilité. C’est à nous de prendre les clés. On essaye de rester soudés, ce n’est pas facile car il y a du mécontentement. On essaye de construire, petit à petit."

Collazo : "Pourquoi employer les grands mots?"

Un peu plus tard en conférence de presse, son entraîneur Patrice Collazo est revenu sur ces propos : "On va déjà voir ce qu’il se passe la semaine prochaine face au Racing. Là, on verra s’il y a une fracture. Pourquoi employer les grands mots ?" Pour rappel, pendant la semaine, le président du RCT Bernard Lemaître avait placé toute son équipe face à l'urgence de la situation. En actant, déjà, des divisions internes : "J'ai découvert que nous étions une équipe qui n'en est pas une. Notre groupe n'est pas uni... Pourtant, l'équipe semble l'être en dehors du terrain, mais en réalité elle ne l'est même pas... Sur le terrain, ce manque d'unité se traduit."

Top 14 - Patrice Collazo (RC Toulon) est au centre de la crise à Toulon

Top 14 - Patrice Collazo (RC Toulon) est au centre de la crise à ToulonIcon Sport

Avant de mettre clairement la pression sur son encadrement sportif, dans ce qui ressemblait à une forme d'ultimatum : "Par définition, le staff a une obligation de résultats. Mais l'équipe aussi. [...] SI des joueurs sont lassés de la situation du groupe et de celle avec le staff, c'est un autre sujet, plus politique, dont je vais m'occuper personnellement. [...] Il est clair que Patrice Collazo est le patron pour le prochain match (Brive, le 9 octobre) et qu'il le sera pour le match contre le Racing (à Mayol, le 16 octobre). Ensuite, comme initialement prévu, je ferai un bilan. Si jamais on ne gagne pas ces deux matchs ? Je ferai un bilan lucide de la situation avec Patrice."

Les Toulonnais devront clairement réagir : avec un niveau de performance tel que celui affiché samedi soir face à Brive, peu probable qu'ils passent l'écueil du Racing 92, samedi prochain à Mayol. D'autant que les joueurs des Hauts-de-Seine seront également en quête de confiance et de points. Pression, vous avez dit?

Contenus sponsorisés