Icon Sport

Doussy : "Pour toutes les équipes qui viennent à l’Arena, c’est un peu Noël"

Doussy : "Pour toutes les équipes qui viennent à l’Arena, c’est un peu Noël"

Le 22/01/2021 à 17:57Mis à jour Le 22/01/2021 à 17:59

TOP 14 - Enceinte unique en son genre pour jouer au rugby, la Paris La Défense Arena est régulièrement le théâtre de rencontres étourdissantes. Mais les adversaires du Racing 92 ont appris à dompter l’antre des Ciel et Blanc pour les bousculer.

Elle a été pensée comme une salle de spectacle. Les spectateurs, dans les tribunes ou devant leur poste de télévision, sont rarement déçus. Depuis le 22 décembre 2017 et ce premier match face à l’ASM Clermont Auvergne (17-40), la Paris La Défense Arena a toujours été le théâtre d’envolées étourdissantes. En l’espace de trois saisons, le Racing 92 s’est familiarisé avec ce nouvel univers où la moiteur joue parfois de mauvais tours aux acteurs sur le terrain. Avec un peu plus de 32 points inscrits par match, et 28 essais en 7 rencontres cette saison (toutes compétitions confondues), les Racingmen affolent régulièrement les défenses adverses. “C’est notre forteresse, c’est un honneur d’y jouer. On n’a pas d’excuses de jouer à l’Arena. On a juste à penser au jeu. Il n’y a pas d’éléments extérieurs qui peut nuire à notre performance”, nous confie l’entraîneur francilien, en charge des skills, Philippe Doussy.

" Nos adversaires savent qu’on va se livrer et qu’ils pourront nous contrer"

Mais les équipes du Top 14 ne sont pas non plus en reste. Au fil du temps, les visiteurs de La Défense ont en effet compris que le gazon synthétique pouvait sublimer leur jeu et mettre en difficulté les Ciel et Blanc. “Avec la période hivernale, nos adversaires se déplacent sans pression. Pour toutes les équipes qui viennent à l’Arena, c’est un peu Noël. C’est un régal pour elles de jouer dans un tel contexte. Elles n’ont rien à perdre. Elles savent qu’on va se livrer et qu’elles pourront nous contrer”, explique Philippe Doussy. Et l’ancien demi de mêlée originaire des Landes d’ajouter : “Avant de se déplacer chez nous, les équipes font un travail spécifique sur terrain synthétique, pour voir notamment comment répond le ballon. Elles sont déjà connectées, focus, prêtes à nous défier.”

" On ne va pas commencer à mettre le frein à main"

À l’image du RC Toulon, tombeur du Racing 92 le week-end dernier (23-29), avec deux essais en cinq minutes en première période, les adversaires des Franciliens n’hésitent pas à envoyer du jeu. Mais pas question pour les Ciel et Blanc de réduire la voilure. “On a un outil exceptionnel. Il n’est pas question de le galvauder. On a une philosophie de jeu ambitieuse, une équipe qui joue. Il n’est pas question de déroger à ça. On a des joueurs dynamiques. On ne va pas commencer à mettre le frein à main”, insiste l’entraîneur des skills. Les Racingmen s’évertueront donc d’entretenir cette flamme, samedi à l’occasion de la 19ème journée du Top 14, face à une formation de l’Union Bordeaux-Bègles qui s’était fait un malin plaisir, en décembre 2019, de les bousculer dans cette enceinte unique (30-34).

Contenus sponsorisés