Icon Sport

Davidson : Une âme de bâtisseur pour (re)lancer la machine

Davidson : Une âme de bâtisseur pour (re)lancer la machine

Le 05/03/2021 à 17:06

TOP 14 - En net regain de performance et de confiance depuis début décembre, Brive semble actuellement naviguer dans des eaux calmes au classement de Top 14. Après un automne difficile et marqué par six défaites consécutives, Jeremy Davidson et son staff ont su redonner un élan au CA-Brive. Le manager irlandais revient sur les raisons de ce retour en force…

Rugbyrama : Jeremy, la victoire de Bayonne à Toulon en match en retard nous rappelle que la lutte pour le maintien continue d’être intense. Dans quel état d’esprit se trouve votre équipe au moment d’aborder le déplacement à Toulouse ce samedi, puis le sprint final ?

Jeremy Davidson : " On se rend compte que ce championnat est vraiment très homogène ! Du début à la fin, tout le monde peut battre tout le monde, avec de nombreuses victoires à l’extérieur, compte tenu du contexte des matchs à huis-clos. C’est très serré à tous les étages et les cartes ne sont pas distribuées à l’avance … Il y a de la bagarre à tous les matchs et le rugby est de qualité avec plus d’intensité, de temps de jeu. C’est vraiment passionnant de participer à ce championnat, et affronter ce week-end encore l’une des toutes meilleures équipes d’Europe avec Toulouse. "

RR : Après un bon début de saison, Brive a connu un trou d’air à l’automne avant de se ressaisir comment expliquez-vous ce double regain de forme à partir de décembre ?

J.D. : " Bayonne a été gagner à Toulon la semaine passée après avoir pris 70 points à Clermont. Personne n’est sûr de son sort dans cette saison, à part peut-être Toulouse et la Rochelle qui devraient se qualifier en phase-finales… Toutes les équipes ont quelque chose à jouer, chaque semaine ! Il reste 8 matchs à disputer dans ce championnat et il faut tous les jouer à fond sans se poser la moindre question, car tous les points seront importants. "

RR : Comment avez-vous rectifié les choses ? des choix de compositions d’équipe, ou des évolutions dans la manière d’aborder les matchs ?

J.D. : " À l’automne on a enchainé les réceptions de Toulouse, Clermont et du Racing. Il n’y a pas à rougir de perdre face à ces équipes, qui sont capables de gagner partout. Au moment de ces matchs nous avions aussi plusieurs blessures et l’équipe n’était pas dans sa meilleure forme… On était donc dans un moment difficile, mais le groupe a su se serrer les coudes et gagner en maturité, avec un caractère et un état d’esprit formidable, pour aller reprendre les points perdus à Agen, Pau ou Castres. On est resté confiant dans notre travail et on en a récolté les fruits. Il a fallu changer des éléments par la force des choses. Goderzi Shvelidze est venu renforcer le staff des avants et c’était un moment où on devait trouver des leaders parmi nos jeunes joueurs, pour franchir ce mauvais cap. "

RR : D’une manière plus générale, ce regain correspond à la livraison du nouveau centre d’entrainement et de perfectionnement, doit-on voir une relation de cause à effet et de nouvelles méthodes d’entrainement ?

J.D. : " Les victoires sont en effet revenues à ce moment-là. C’est une belle récompense pour valider le travail réalisé dans nos nouvelles infrastructures. C’est une véritable plus-value pour tout le monde et qui profite à l’ensemble de notre club. C’est une volonté commune de se construire autour d’un projet solide et c’est un pilier de notre futur développement. On construit sur le long terme et on espère récolter les fruits de ce travail et de ces investissements dans le futur, en développant plus encore notre formation. "

" Le groupe a gagné en maturité pour se relancer pendant l’hiver !"

RR : Depuis votre arrivée à Brive, le club connait une véritable mutation dans son jeu. Pouvez-vous nous dire quelle philosophie vous avez mis en place ?

J.D. : " La mise en place de terrains hybrides et le rajeunissement de l’effectif, en s’appuyant sur le centre de formation, nous donne envie de construire sur le long terme. C’est une clé de notre réussite pour le futur. Ce jeu correspond à leurs qualités et il est essentiel de donner du temps de jeu à nos jeunes pour s’accaparer ce mode de jeu. Des joueurs comme Vasil Lobzhanidze, Retief Marais ou Enzo Hervé gagnent en expérience et en maturité à chaque match. C’est aussi pourquoi on a fait le choix de prolonger plusieurs joueurs, pour avoir une véritable continuité dans cette évolution. "


RR : Quitte à remettre quelque peu en cause l’ADN du combat propre au CABCL ?

J.D. : " Je ne pense pas qu’on remette en cause l’ADN du club… On fait surtout en sorte de donner du temps de jeu à nos jeunes, qui naturellement ont besoin de jouer et de progresser pour prendre de la confiance. Peu à peu on progresse et on va redevenir fort dans le secteur de la mêlée ! On pense toujours au futur, en cherchant les perles rares et les joueurs qui se battront et vont porter les valeurs de notre club à l’avenir. "

RR : Si le club évolue, on a tout de même une vision à plus long terme avec une vague de prolongation de contrat. Là aussi, une véritable évolution ?

J.D. : " On a la volonté de mettre en place un état d’esprit irréprochable autour des valeurs de notre club et de notre capitaine Saïd Hirèche. La solidarité et l’implication doivent être au cœur de notre travail. Le club fait aussi un énorme travail pour accompagner et aider les joueurs à préparer leur reconversion et il y a un esprit club à Brive, qui donne de plus en plus envie de s’inscrire dans la durée, autour de ce projet qui nous fédère tous. On a la chance d’avoir un groupe ouvert, avec des Géorgiens et des Fidjiens, mais aussi de jeunes joueurs locaux, qui nous donnent beaucoup d’ambition dans la volonté de développer nos propres joueurs et progresser tous ensemble ."

RR : Des prolongations qui sont plus ou moins synonyme de continuité ? peut-on imaginer encore voir le CABCL descendre quand on voit les performances de ces deux derniers mois ?

J.D. : " On peut avoir confiance dans le travail entrepris et les évolutions qui en découlent. Le rugby moderne évolue également vers un jeu plus vif, plus intense et on prépare nos joueurs à ce rugby de demain. Mais la vérité, c’est le match de Toulouse ce week-end et les 8 matchs qui nous séparent de la fin de saison. Néanmoins, on travaille dans la confiance et la sérénité pour aborder cette fin de saison. "

RR : Le club s’inscrit sur un projet à moyen terme avec vous comme manager. Pourtant dans le quotidien La Montagne, votre nom a circulé pour la succession de Franck Azéma ?

J.D. : " J’ai investi beaucoup de temps et de sueur dans ce projet qui me tient à cœur depuis trois saisons. Je suis aussi sous contrat avec Brive pour encore deux ans et j’ai clairement la volonté de continuer à progresser avec ce club ! "

Contenus sponsorisés