Icon Sport

Ce qu'on veut voir la saison prochaine : 10 équipes pour la lutte au top 6

Ce qu'on veut voir la saison prochaine : 10 équipes pour la lutte au top 6
Par Rugbyrama

Le 18/07/2021 à 15:47Mis à jour

TOP 14 - La saison passée, quatre équipes ont bataillé pour une place dans les six jusque dans les ultimes secondes de la dernière journée. Cette année, et peut-être plus que jamais, la lutte pour le top 6 sera élargie à 10 clubs. Ni plus, ni moins. Du champion toulousain au revanchard montpelliérain, les places seront chères et, comme pour les clubs visant le maintien, chaque point sera vital.

Trois favoris incontestables

Effectifs stables, recrues étoilées, continuité dans le staff... Toulouse, La Rochelle et le Racing 92 reprendront le chemin de l'entraînement avec le statut de favoris incontestables au top 6. Champions de France et d'Europe, les Rouge et Noir accueilleront Anthony Jelonch dans leurs rangs pour densifier une troisième ligne déjà bien remplie. Sans perte majeure à l'intersaison, les hommes d'Ugo Mola bénéficieront même de tous leurs internationaux (hormis Jelonch) dès le début de saison. Un avantage capital, déjà, pour le reste de la saison. Même constat ou presque pour le Stade rochelais, désormais complètement dirigé par Ronan O'Gara.

Les double-finalistes reviendront avec toutes leurs armes pour défier... Toulouse, dès la première journée. Certes, La Rochelle ne disposera pas de Jonathan Danty, recrue centrale des Maritimes après les départs de Pierre Aguillon et Geoffrey Doumayrou. Avec un pack toujours aussi surpuissant, les Rochelais devraient continuer d'appuyer là ou ça fait mal et viser les deux premières places.

Le troisième cador est francillien. Malgré deux échecs en demi-finale la saison passée, le Racing 92 n'a pas changé de statut. Les blessés notoires (Chat, Chavancy, Imhoff, Tanga, Ben Arous...) vont revenir en même temps que la recrue Baptiste Pesenti, attendu pour solidifier la deuxième ligne et donner un nouveau souffle au pack francilien. Avec l'arrivée de Didier Casadei dans le staff de Laurent Travers, l'accent devrait être davantage mis sur le combat d'avants, un secteur défaillant face à La Rochelle, en demi-finale du Top 14. Derrière, la vie devrait rester belle, où aucun départ n'est à signaler.

Top 14 - Le Racing 92 de Gaël Fickou repart à la conquête d'un premier titre depuis 2016

Top 14 - Le Racing 92 de Gaël Fickou repart à la conquête d'un premier titre depuis 2016Icon Sport

Ils doivent confirmer

Derrière le trio infernal, ou attendu comme, trois autres formations sont attendues au tournant. Bordeaux est presque dans la même position que le Racing. Battu deux fois en demi-finale par Toulouse, l'UBB doit confirmer son statut de prétendant au titre, pour la troisième saison de Christophe Urios. Sans signature ronflante cet été, mais avec les pertes d'Higginbotham ou de Delguy, Bordeaux a misé sur la continuité avec une ossature stable et pleine d'espoirs. Classés 4e la saison passée, les Bordelais avaient mis trois mois a retrouver leur niveau de la saison « Covid » où ils avaient carracolé en tête du Top 14 avant l'arrêt définitif du championnat. Cette saison, les Bordelais ont la maturité nécessaire pour faire une saison pleine. Finir en dehors du top 6 serait un échec considérable.

Ses deux principaux concurrents seraient aussi bien inspirés de faire mieux que la saison passée. D'un côté, le Stade français a réalisé une superbe remontée en fin de saison dernière mais aurait pu largement se faciliter la tache lors des premiers mois de compétition. Avec un recrutement solide symbolisé par la "boule de démolition" N'Gani Laumape, Paris rêve plus grand. Clermont, lui, arrive avec Jono Gibbes aux commandes et seulement deux recrues, dont le solide deuxième ligne Tomas Lavanini. Incapables de réaliser un match complet la saison dernière, les Clermontois ont malgré tout arracher une place en barrage. L'ASM a du potentiel, mais devra mieux l'utiliser pour éviter de se faire peur, sinon de se faire éjecter du top 6 par des équipes plus affamées.

Le club des revanchards

Ils visaient tous au minimum les barrages. Castres, Toulon, Lyon et Montpellier sont tous partis en vacances au soir de la dernière journée avec des trajectoires différentes. Le club héraultais s'est relevé d'un début de saison catastrophique en glanant la Challenge Cup et en assurant le maintien à une semaine du gong final. Les Cistes débuteront la saison avec un effectif plus étoffé que la saison dernière. Le puissant talonneur des Wallabies Brandon Paenga-Amosa, Geoffrey Doumayrou ou Masivesi Dakuwaqa arrivent au MHR pour relancer le club de Mohed Altrad et truster, à nouveau, les premières places. Nourris de la dureté de la saison passée, les hommes de Saint-André seront plus coriaces que jamais.

Top 14 - Gabriel Lakfia (Toulon) et Yacouba Camara (Montpellier) s'affronteront dès la 1ère journée du Top 14

Top 14 - Gabriel Lakfia (Toulon) et Yacouba Camara (Montpellier) s'affronteront dès la 1ère journée du Top 14Icon Sport

Autre formation attendue à la relance, le RCT. Plombé par les doublons et les blessures, les Toulonnais ont finalement échoué à se qualifier et repartent aujourd'hui avec autant d'ambitions que d'incertitudes. Avec 12 recrues pour 14 départs, Toulon entame une nouvelle ère et doit remettre de la constance dans son jeu pour revenir dans le top 6. Même schéma pour Lyon, qui a vu plusieurs de ses cadres (Rodda, Oosthuizen, Wisniewski...) partir à l'intersaison. Si le recrutement est, sur le papier très prometteur, le LOU ne peut pas se priver d'une deuxième saison sans phase finale.

Toujours à la lutte mais jamais favori, le Castres olympique arrive une nouvelle fois comme l'équipe la plus piégeuse du championnat. Capables de s'imposer contre n'importe quel ténor du championnat, les Castrais devront prendre le maximum de points contre des équipes réputées moins imposantes. Mais le CO devrait bien être présent dans cette lute à dix pour une place dans les six.

Par Clément LABONNE

Contenus sponsorisés