Icon Sport

Bourgarit : "Marquer ? Bien sûr que j'y prends goût"

Bourgarit : "Marquer ? Bien sûr que j'y prends goût"

Le 23/01/2021 à 09:00Mis à jour Le 23/01/2021 à 10:55

TOP 14 – Auteur d'un doublé hier soir encore lors de l'écrasante victoire du Stade Rochelais face à Bayonne (40-3) et désormais co-meilleur marqueur du championnat avec 8 essais, Pierre Bourgarit avait la banane à l'issue du match. Le talonneur rejoindra le XV de France, dimanche soir.

Deux essais supplémentaires à votre compteur, Pierre, face à Bayonne. Vous y prenez goût !

Bien sûr que j'y prends goût (sourire). C'est toujours une satisfaction personnelle. Après, je ne rentre pas sur le terrain en me disant, au coup d'envoi : "Il faut que je marque des essais sinon j'aurai fait un mauvais match." J'essaie de relativiser là-dessus. Certes, aujourd'hui, je suis peut-être en haut du classement mais c'est vraiment anecdotique. Je marque sur deux ballons portés, pas sur deux belles envolées. C'est la récompense du travail de tout un groupe. On a pu s'appuyer sur un gros paquet d'avants qui a presque excellé.

Comme à Agen, vous avez vraiment insisté sur les groupés pénétrants et la mêlée.

Clairement. Toute la semaine, on avait axé notre travail là-dessus. On savait que l'Aviron viendrait avec un gros paquet d'avants qui n'allaient pas vendre leur peau comme ça. Ça s'est vu sur le terrain. A la 30e, il y avait encore 7-3. Pourtant, on est bien, on se sent dominateurs mais, malheureusement, on n'arrive pas à concrétiser. On savait que l'on n'allait pas marquer essai sur essai en vingt minutes de jeu. Ça a mis un peu de temps à se décanter. Après, physiquement, on a pris le dessus, on a pu jouer plus de ballons. Le score est venu ensuite.

Bayonne n'a jamais été en position de marquer.

C'est vrai que l'on n'a pas été trop inquiété, défensivement. A part cette action, en seconde période, où ils "brèchent" dans leurs 40 et on se retrouve dans nos 22. Mais on a été en place, il faut se satisfaire de ça. Après, on sait que Toulouse va venir avec beaucoup plus d'intentions que Bayonne. Ça va remettre un gros défi. On espère qu'il y aura la victoire au bout.

"Si on passe un bon mois avec de bons résultats, je pense que la qualification sera un peu plus nette pour nous."

Le groupe insistait cette semaine sur l'importance de vite relancer la dynamique après cette coupure de dix jours et au regard justement du calendrier à venir (Toulouse, Racing, Toulon). Vous prenez cinq points, c'est tout bon ?

Cette coupure, je pense qu'elle nous a fait du bien, physiquement. Ça ne fait pas de mal de couper deux semaines même s'il y avait ce Covid et que l'on a repris avec un groupe vraiment étriqué, avec peu de joueurs. Mais on avait à cœur de remettre la machine, de repartir de l'avant, de récupérer notre place de leader. Tout cela est accompli. C'est une satisfaction. Après, il reste encore pas mal de journées, c'est loin d'être terminé. On a une grosse réception, derrière. Deux gros déplacements aussi. Ça va clairement être un moment très important pour l'équipe. On va jouer des effectifs eux aussi privés d'internationaux. Ce n'est pas une finalité. Il faut se dire qu'il faut travailler deux fois plus et avoir envie de gagner ces matches. Parce que si on passe un bon mois avec de bons résultats, je pense que la qualification sera un peu plus nette pour nous.

Vous restez sur une titularisation contre l'Angleterre, avec le XV de France (en finale de la Coupe d'Automne des Nations). On vous imagine heureux de figurer dans les trois talonneurs de la première liste.

J'avais connu ça, un peu, en 2019. Mais c'est vrai que j'étais beaucoup moins en forme qu'aujourd'hui. Donc c'est vraiment une satisfaction personnelle d'être dans cette première liste. Mais si on n'en était pas là collectivement avec le club, ce ne serait peut-être pas aussi facile individuellement. C'est bien pour moi mais il faut savoir dire merci aux copains, aussi.

Vous vous "tirez la bourre" d'ailleurs, avec Grégory Alldritt, lui aussi encore auteur d'un doublé. Il en est à six essais.

Dès que je marque un peu, il se met un défi tout seul et il a envie de marquer plus que moi (rires). Aujourd'hui, on a fait égalité. La dernière fois, il n'a pas réussi (Bourgarit avait marqué un triplé contre Agen et Alldritt, un doublé, NDLR). Aujourd'hui, il m'a rattrapé. On verra la prochaine fois, balle au centre !

Contenus sponsorisés