Icon Sport

Biarritz-Bayonne : l’œil de David Roumieu

Biarritz-Bayonne : l’œil de David Roumieu
Par Rugbyrama

Le 10/06/2021 à 17:38Mis à jour Le 10/06/2021 à 18:12

TOP 14 – À l’aube de l’access match qui opposera Biarrots et Bayonnais samedi (17h30), David Roumieu trépigne d'impatience. L’ancien talonneur fait partie de ces joueurs ayant porté les couleurs des deux clubs. L’atmosphère, le contexte, ou encore le facteur X, il livre son point de vue sur ce derby basque historique.

Le Biarritz Olympique

Sportivement, les Biarrots font une belle saison, puisqu’ils vont jusqu’en finale de Pro D2. Après, d’un point de vue personnel, je trouve que leur exercice a été plutôt en dents de scie, avec certains matchs qu’ils ont perdu et qu’ils n’auraient jamais dû perdre. En fait, ça a surtout été un groupe à réaction. Sachant qu’en plus, si tu enlèves deux ou trois joueurs de leur XV type, ce n’est plus du tout la même équipe.

Biarritz peut en tout cas se reposer sur quelques joueurs très forts, comme Armitage ou Saili. Je pense même qu’on pourrait quasiment résumer l’équipe de Biarritz à ces deux joueurs-là.

" Il ne faut surtout pas que Biarritz monte en Top 14, ça ferait comme Agen"

Après, c’est une formation qui se met aussi au niveau des équipes qu’elle rencontre. C’est-à-dire que, sans faire injure aux autres clubs, les Biarrots sont capables de perdre à domicile contre les derniers et puis, s’ils jouent contre les cadors, il sont tout aussi bien capable de l’emporter.

L’Aviron bayonnais

Depuis que Yannick Bru est arrivé, il y a une forme de stabilité à Bayonne. Pour l’avoir vécu avant, lorsque l’on parlait de l’Aviron, on parlait souvent de l’extra-sportif. Désormais, on parle plus du sportif, c’est une bonne chose. Pour eux, ça reste une belle saison, même s’ils ont été assez handicapés par le Covid : ils n’ont pas joué les matchs au bon moment, ce qui a nuit à leurs performances.

Comme Biarritz, eux aussi ont perdu des matchs qu’ils auraient dû gagner, il leur a parfois manqué de la justesse au moment de concrétiser… C’est une équipe qui est en construction, mais en bonne construction on va dire.

Après, elle est quand même aussi un peu à réaction, capable de prendre une déculottée et puis de faire un gros match derrière, en allant gagner n’importe où (référence aux victoire à Toulon et à Toulouse N.D.L.R.). Car quand l’Aviron a décidé de jouer son rugby, c’est un beau rugby à voir. Pour moi, la star de l'AB, c’est vraiment l’équipe, le groupe.

Le contexte du match

Pour avoir joué beaucoup de derbys, je vous garantis que ce sont des matchs uniques. Là, peu importe la dynamique ou le statut des deux équipes, c’est un moment complètement à part. Encore plus ce week-end, car même si on ne va pas parler de derby de la mort, ce sera vraiment malheur au perdant. Même les 4 victoires du BO lors de ses 4 derniers matchs contre l’Aviron, ça n’a aucune importance. C’est simple, si les joueurs veulent passer de bonnes vacances, il faut gagner.

Si tu demandes aux supporters basques s’ils préfèrent être champions de France de Top 14 ou gagner les deux derbys, tu en as 9 sur 10 qui vont te dire qu'ils préfèrent gagner les deux derbys. C’est le match de l’année. Il n’y a pas d’équivalent dans le monde.

David Roumieu (Biarritz Olympique)

David Roumieu (Biarritz Olympique)Icon Sport

Une atmosphère des grands derbys basques

Avec tout ce qu’il s’est passé depuis un an, ça va être une belle fête, la plus belle de la saison.. On sent que ça monte en puissance de jour en jour. Et avec les 5 000 supporters au stade, on revient à une vie normale.

L’atmosphère est spéciale. Ça fait depuis dimanche soir qu’on me demande 25 000 fois par jour pour qui je serai ce week-end. Et je dois dire que mon cœur penche plus du côté de l’Avion Bayonnais, car j’ai passé neuf ans à Bayonne, et que je dois tout à ce club.

En tout cas, ici à Biarritz, on sent l’effervescence. D’ailleurs, il y a notre grand Robert Rabagny (supporter historique du BO N.D.L.R.) qui va bientôt commencer à se balader avec son camion. Ça amène de la gaieté, c’est génial.

J’ai un restaurant en ville et au niveau des réservations pour samedi, je peux vous dire que c'est énorme. Des Bayonnais, des Biarrots, tout le monde va venir. Ça fait du bien, surtout en ce moment, où on a besoin de s’amuser, de rigoler, d’oublier tout ce qu'il s’est passé récemment.

Les talonneurs des deux équipes

Selon moi, Lucas Peyresblanques est un futur grand talonneur, qui a toutes les qualités pour évoluer en Top 14, voire plus. Il y a aussi François Da Ros avec qui j'ai joué et qui peut amener toute son expérience en tant que "papa du pack", tandis que Peyresblanques doit un peu plus canaliser son énergie de jeune joueur. Même si on a tous été comme ça…

Après, il y a aussi Romain Ruffenach, qui est un très bon joueur. Je ne suis pas coach, mais si je l’étais, je prendrais Peyresblanques en titulaire et François Da Ros pour finir le match. Il peut gérer des derniers instants tendus.

De l’autre côté, il est possible que ce soit Ulugia qui débute. C’est un grand joueur de Top 14, que j’aime beaucoup et qui est complet sur le poste. Il est également assez aguerri pour ce genre de match, il a joué au plus haut niveau et a remporté le Brennus. Néanmoins, je mettrais un petit avantage au petit Peyresblanques sur ce poste de talon.

Le facteur X

Saili-Muscarditz, ça va être un gros duel. Le petit centre de Bayonne a un sacré mental, il me fait penser un peu à Richard Dourthe ! C’est un hargneux, et pour lui, ce match est encore plus spécial puisqu’il est Basque. Je sais l'importance que ça peut avoir.

Cependant, comme tous les matchs, ça va pour moi se jouer devant. Celui qui va prendre l’ascendant dans l’agressivité, peut-être parfois à la limite du raisonnable, il ne sera vraiment pas loin de remporter le match. C’est d’ailleurs là où Bayonne peut selon moi prendre le dessus.

Top 14 - David Roumieu (Aviron bayonnais)

Top 14 - David Roumieu (Aviron bayonnais)Icon Sport

L’avenir du rugby basque à haut niveau

Quoi qu’il arrive, il n’y aura pas deux clubs basques en Top 14 l’an prochain. Mais à l’avenir, dans le cas où le BO et l’Aviron arrivent à tenir financièrement, je pense qu’il est possible de retrouver les deux dans l’élite. Il le faut. Ce serait extraordinaire d’avoir à nouveau les derbys basques en Top 14.

Propos recueillis par Dorian VIDAL

Contenus sponsorisés