Icon Sport

Ben Lam et Rémi Lamerat ont porté Bordeaux... Les notes de l'UBB

Ben Lam et Rémi Lamerat ont porté Bordeaux... Les notes de l'UBB

Le 20/06/2021 à 09:58Mis à jour Le 20/06/2021 à 10:08

TOP 14 - Si les Bordelais ont sans doute perdu leurs illusions sur un fait de jeu malheureux, ils ont dans l’ensemble tenu la dragée haute aux champions d’Europe en titre. Ben Lam et Rémi Lamerat ont été à la hauteur de l’évènement.

Ils ont répondu présents

Avec deux essais et des interventions souvent tranchantes, l’ailier Ben Lam a été un des hommes forts de l’UBB sur cette demi-finale. Un de ceux qui a permis à son équipe de jouer dans l’avancée. Mais qui a aussi usé de sa puissance physique en défense à l’image de la façon dont il a coffré Ntamack (31e) pour glaner une précieuse munition pour son équipe.

Dans le même registre, Remi Lamerat, dont l’activité défensive a été la hauteur de l’évènement, a été un des meilleurs Bordelais. Le trois quarts centre, à l’exception d’un jeu au pied malheureux directement en touche, a joué juste et fort. Le troisième ligne Guido Petti a également beaucoup défendu, grattant deux ballons ou ralentissant constamment les libérations de balles toulousaines. Il a également volé un ballon en touche (46e).

Enfin, dans ce rayon, Ben Tameifuna a encore justifié son statut d’impact player dans la droite lignée de son entrée décisive en match de barrage contre Clermont. Sur un temps de jeu réduit, il s’est souvent proposé pour jouer autour des zones de ruck, offrant à son équipe la possibilité de jouer dans l’avancée. Enfin, « Big Ben » a fait souffrir la mêlée toulousaine.

Ils auraient pu mieux faire

Le troisième ligne centre Scott Higginbotham s’est montré à l’image de sa rentrée lors du match de barrage face à Clermont : très actif et parfois décisif. Il a souvent chassé Antoine Dupont, le gênant dans son registre de jeu habituel. Las, il a été parfois maladroit et trop pénalisé (quatre pénalités sifflées contre lui en un quart d’heure en première période), offrant notamment six points à Thomas Ramos. Dommage car il aurait pu être l’homme du match. Son sens du jeu lui a permis de réaliser deux interceptions importantes. De son côté, le trois-quart centres Ulupano Seuteni, auteur d’une bonne prestation jusqu’à son geste fatidique, était également à créditer de geste de classe à l’image de l’action amenant le premier essai de Ben Lam sur laquelle il élimine trois défenseurs avant de servir Petti d’une délicieuse chistera. Las, son geste sur Romain Ntamack lui a valu d’être expulsé et a peut-être coûté le gain de la rencontre à son équipe.

De son côté, le demi de mêlée Maxime Lucu, peut-être moins en vue qu’en barrage, a tout de même confirmé son nouveau statut. Il a su gérer les temps forts et les faibles de son équipe, malgré du déchet et une longueur dans son jeu au pied pas toujours suffisante. L’arrière Romain Buros s’est révélé décisif sur le deuxième essai de Ben Lam (55e). Il a souvent joué juste. Mais il s’est aussi montré discret, ne prenant que peu de risque dans une rencontre qui imposait peut-être d’avoir un peu plus d’audace, notamment pour remonter des ballons à la main.

Une rencontre également contrastée pour Cameron Woki, moins en vue que d’habitude. A son actif, il a contré un drop de Romain Ntamack (33e). Le deuxième ligne Kane Douglas s’est montré un cran au-dessus de son compère de la deuxième ligne, mais n’a pas non plus crevé l’écran. Même topo pour les piliers Vadim Cobilas et Jefferson Poirot. Ce dernier a toutefois, comme à son habitude montré une grande activité, se proposant souvent autour des zones de ruck.

Ils n’ont pas apporté suffisamment

Mathieu Jalibert a rendu une copie très propre, mais au regard de son statut, on attendait plus du demi d’ouverture bordelais. Offensivement, il a pris ses responsabilités, sans jamais être décisif. Défensivement, il n’a pas pu empêcher Thomas Ramos d’inscrire l’essai de la victoire toulousaine. Bref, il n’a pas pesé comme les supporters bordelais étaient en droit de l’attendre. Dans le même registre Santiago Cordero n’a pas déçu. Mais lui aussi aurait dû permettre à son équipe de franchir un cap supplémentaire. Il n’en fut rien. Il s’est montré maladroit sur cet en-avant grossier, sans pression, sous du jeu au pied haut toulousain (21e).

Le deuxième ligne Cyril Cazeaux a certes eu une belle activité défensive, mais a aussi beaucoup péché par maladresse. Il a également été sanctionné pour ne pas avoir libéré le ballon près de la ligne d’en-but toulousaine. Propre sur ses lancers, Clément Maynadier n’a pas ménagé sa peine dans le combat. Seulement, il n’a pas franchement marqué ses adversaires, faute d’une puissance suffisante.

Les notes :

Jefferson Poirot 5/10

Clément Maynadier 4/10

Vadim Cobilas 4/10

Kane Douglas 5/10

Cyril Cazeaux 4/10

Cameron Woki 5/10

Guido Petti 6/10

Scott Higginbotham 6,5/10

Maxime Lucu 6/10

Mathieu Jalibert 6/10

Benjamin Lam 7/10

Remi Lamerat 7/10

Ulupato Seuteni 5/10

Santiago Cordero 4/10

Romain Buros 6/10

Contenus sponsorisés