Icon Sport

Le XV des plus pénalisés by La Grande Mêlée !

Le XV des plus pénalisés by La Grande Mêlée !
Par Rugbyrama

Le 28/07/2021 à 16:52Mis à jour Le 30/07/2021 à 10:57

LA GRANDE MELÉE - Tichit, Nixon, Etzebeth... Après le XV des meilleurs franchisseurs, place désormais au XV des plus pénalisés de la saison de Top 14.

Pilier : Antoine Tichit (Castres) - 31 pénalités concédées

Le pilier de 32 ans arrivé en provenance d'Oyonnax en 2015 s'est imposé comme un titulaire indiscutable à Castres. Avec 22 matchs disputés Tichit est, en revanche, le joueur étant le plus pénalisé de la saison avec 31 pénalités concédées cette année. Le natif de Rouen est principalement pénalisé en mêlée : "C'est en lien aussi avec le temps de jeu et l'engagement que j'ai. Les autres joueurs à mon poste ont deux fois moins de temps de jeu, à peu près, donc il faut comparer ce qui est comparable. Il y a un certain nombre de fautes sur lequel je travaille, c'est sûr. Il faut que j'arrive à progresser et à sortir des radars des arbitres, car il ne me reste plus longtemps à jouer et je n'ai pas envie de laisser cette image derrière moi." déclairait le joueur dans les colonnes d'ActuRugby.

Talonneur : Tolu Latu (Stade Français) - 26 pénalités concédées

Latu cette saison ce sont 24 feuilles de matchs (dont 21 titularisations) pour 5 essais inscrits. Le talonneur international australien (1,07 m et 110 kg) était sur tous les fronts sur cette saison, à tel point que son nombre de pénalités est logiquement conséquent. Une fois de plus, le joueur arrivé en France en 2019 en provenance de l'Australie, a su faire parler ses qualités de défenseur hors pair, agressif et dur sur l'homme.

Pilier : Sam Nixon (Bayonne) - 30 pénalités concédées

Comme les deux précédents, Sam Nixon a effectué une saison pleine du côté de Bayonne, indispensable pour son club. L'anglais de 25 ans a concédé malgré tout bon nombre de pénalités, il est en effet l'un des joueurs les plus pénalisés du championnat à cause, notamment, de ses fautes en mêlée. L'ancien joueur de Bath quitte néanmoins le Pays Basque, un an seulement après son arrivée.

Deuxième ligne : Eben Etzebeth (Toulon) - 24 pénalités concédées

Le colossal deuxième ligne sud-africain du RCT (2,03m et 122kg) se met également à la faute régulièrement, notamment au sol ou dans les mauls. Arrivé à Toulon en 2019 en provenance de Stormers, les attentes autour du champion du monde sont immenses et il en est encore bien loin. Sur cet exercice 2020-2021, il a réalisé son plus grand nombre de minutes jouées dans une seule saison, depuis le début de sa carrière. Malheureusement pour lui, il ne parvient toujours pas à ramener les Toulonnais au sommet.

Top 14 - Eben Etzebeth (Toulon)

Top 14 - Eben Etzebeth (Toulon)Icon Sport

Deuxième ligne : Sébastien Vahaamahina (Clermont) - 24 pénalités concédées

Derrière Matsushima, Sébastien Vahaamahina est le deuxième joueur le plus utilisé de l'ASM cette saison. Qui dit "plus de matchs joués" dit forcément "plus de pénalités concédées. Malgré une blessure suivie d'une opération chirurgicale réparatrice en fin de saison, l'ancien international français a réalisé une belle saison au Marcel-Michelin.

Troisième ligne : Alexandre Roumat (Bordeaux) - 21 pénalités concédées

Le natif de Dax a disputé sa quatrième saison à Bordeaux et ce fut visiblement celle de la confirmation pour Roumat. Avec 20 matchs dont 16 titularisations, le troisième ligne aile de l'Union Bordeaux-Bègles a réalisé une saison de haute-volée, à l'image de son club qui a terminé demi-finaliste de la coupe d'Europe et du championnat de France. Un effectif en pleine progression qui correspond à un Alexandre Roumat en pleine ascension, qui progresse et fait des erreurs, certes, mais apprend beaucoup.

Troisième ligne : Luke Whitelock (Pau) - 20 pénalités concédées

Il est le joueur qui a disputé le plus de minutes cette saison à Pau. Son équipe a souffert tout au long de l'année et la défense paloise avait fort à faire pour maintenir le club dans l'élite. C'était également le cas de Whitelock, régulièrement mis en difficulté, ce qui explique ses vingt pénalités concédées. Le néo-zélandais a tant donné et a néanmoins réalisé une saison assez encourageante pour la suite.

Troisième ligne : Fritz Lee (Clermont) - 18 pénalités concédées

Cette saison, le troisième ligne de Clermont a disputé 24 matchs de Top 14 et continue de s'imposer avec constance dans le XV clermontois. Avec ses six essais marqués, Fritz Lee se distingue principalement par ses qualités offensives, sa capacité à faire jouer ses partenaires, prendre du terrain et passer après contact. Néanmoins, il fait partie de ceux qui sont les plus pénalisés, ce qui va forcément avec le temps passé sur les pelouses du championnat.

Demi de mêlée : Rory Kockott (Castres) - 18 pénalités concédées

Le champion de France 2013 et 2018 est un spécialiste du dépassement de fonction. L'excellent demi de mêlée de 35 ans s'implique chaque saison avec la même détermination sous le maillot castrais et n'hésite pas à s'engager quand le danger s'abat sur son équipe. C'est, en grande partie, ce qui justifie le nombre de pénalités concédées par le natif d'East London.

Top 14 - Rory Kockott (Castres)

Top 14 - Rory Kockott (Castres)Icon Sport

Demi d'ouverture : Benjamin Urdapilleta (Castres) - 14 pénalités concédées

A l'instar de son compère de charnière Rory Kockott, Benjamin Urdapilleta est un véritable compétiteur et n'hésite pas à donner de sa personne. Le deuxième meilleur buteur du championnat (296 points) est néanmoins l'ouvreur de Top 14 ayant concédé le plus de pénalités (14). Arrivé au CO en 2015, l'international argentin est devenu un joueur indispensable au sein de son équipe.

Centre : George Moala (Clermont) - 14 pénalités concédées

Le trois-quarts centre néo-zélandais sort d'une superbe saison à Clermont. Elément majeur de la meilleure attaque du championnat, George Moala s'est également montré imperturbable en duel grâce à ses qualités défensives et sa présence physique impressionnante. Sur la saison 2020-2021, il dispute 19 rencontres (dont 17 titularisations). Sa montée en puissance est de bonne augure pour la suite au sein d'un club, en période de transition, qui semble vouloir faire de George Moala l'élement indispensable.

Centre : Ma'a Nonu (Toulon) - 16 pénalités concédées

Après avoir quitté le Rugby Club Toulonnais en 2018, le double-finaliste de championnat de France a effectué son grand retour cette saison chez les Rouge et Noir. En revanche, le néo-zélandais de 39 ans n'a pas convaincu, et pour cause, son âge avancé entre autres ne lui permet pas forcément d'avoir le même impact et la même intensité que par le passé. Il aura néanmoins disputé 1063 minutes cette saison et concédé 16 pénalités. De la saison de Ma'a Nonu, nous retiendrons principalement le retour en France du double champion du monde All Black.

Ailier : Axel Muller (Brive) - 15 pénalités concédées

Axel Muller a été tout simplement grandiose cette année du côté de La Corrèze. A l'image de son équipe, le natif de Mendoza a su réagir dans les moments forts et élever son niveau de jeu pour éviter la descente en Pro D2. Audacieux, explosif et endurant, l'ancien joueur d'Oyonnax et de Toulon a pris confiance au fil de la saison. Il termine également meilleur marqueur de Brive, sa meilleure saison depuis le début de sa carrière.

Ailier : Josua Tuisova (Lyon) - 9 pénalités concédées

L'ailier fidjien est le joueur de la liste ayant concédé le moins de pénalités. Avec 14 essais inscrits, le phénomène du LOU Josua Tuisova a réalisé sa saison la plus prolifique depuis ses débuts à Toulon en 2013. Redoutable finisseur, Josua Tuisova a également des qualités physiques qui lui ont permis de remplacer Bastareaud au centre et Taufua au poste de troisième ligne centre. De ce fait, il a été davantage exposé à des tâches défensives que ses autres concurrents au poste d'ailier, ce qui peut expliquer notamment ses 9 pénalités concédées.

Arrière : R. Buros (Bordeaux) / T. Veainu (Stade Français) / J. Dumora (Castres) / C. Malié (Pau) - 10 pénalités concédées

Avec 10 pénalités concédées les quatre arrières Buros, Veainu, Dumora et Malié sont à égalité.

Contenus sponsorisés