Icon Sport

Takulua : "Toulon, même en milieu de saison, ça ne se refuse pas !"

Takulua : "Toulon, même en milieu de saison, ça ne se refuse pas !"

Le 27/02/2020 à 14:31

TOP 14 -Arrivé il y a désormais une semaine, Sonatane Takulua (29 ans, 38 sélections avec les Tonga) a fait ses grands débuts sous le maillot toulonnais contre La Rochelle. Entre son départ inattendu de Newcastle et ses ambitions sous le maillot varois, le puissant demi de mêlée (1.76m, 95 kilos) s'est confié à Rugbyrama.

Sonatane, comment se sont passés vos premiers jours à Toulon ?

Je suis arrivé lundi dernier (N.D.L.R. le 17 février) à Toulon. J'ai immédiatement passé ma visite médicale à l'hôpital, puis j'ai signé mon contrat et finalisé les derniers détails mercredi. En suivant, dès le jeudi, Patrice Collazo m'a expliqué qu'il pourrait compter sur moi contre La Rochelle... Et quand il a donné le groupe vendredi, cette première sous le maillot toulonnais s'est concrétisée. Je suis content d'avoir rapidement eu l'opportunité de jouer ; c'est la meilleure façon de s'intégrer ! Plus globalement, la météo est folle, l'équipe est talentueuse et je suis vraiment fier et heureux d'être à Toulon aujourd'hui.

Quid des premiers contacts avec le groupe ?

Dans un premier temps j'ai rencontré l'ensemble du staff. Chacun m'a expliqué un maximum de choses pour que je sois à l'aise le plus rapidement possible. Puis Patrice m'a parlé du plan de jeu, pour que je sois tout de suite plongé dans le projet collectif. Les joueurs, eux, m'ont demandé de me présenter, m'ont pris sous leur aile et m'ont expliqué que j'étais le bienvenu dans le groupe. C'est vraiment agréable, on sent que l'équipe vit bien.

" Avant le coup d'envoi j'étais à la fois nerveux et heureux d'avoir l'opportunité de disputer mes premières minutes pour le RCT"

Connaissiez-vous certains joueurs de l'effectif ?

J'ai eu la chance de croiser Liam Messam et d'autres joueurs quand je jouais avec les Tonga. Donc les mecs n'étaient pas des inconnus à mes yeux ; mais désormais j'ai l'opportunité de les côtoyer quotidiennement... c'est fou ! Le seul que je connaissais personnellement c'était Bryce Heem, puisqu'il jouait à Worcester jusqu'à l'été dernier ! C'est le joueur duquel je suis le plus proche depuis mon arrivée. Les premiers jours il m'a emmené à l'entraînement, et à l'aéroport pour le match. Il m'a également fait découvrir des cafés, des restaurants, c'est vraiment cool de sa part !

Et finalement vous avez fait vos premiers pas sous le maillot du RCT moins d'une semaine après votre arrivée en France. Comment l'avez-vous vécu ?

Quand j'ai terminé ma visite médicale, Patrice Collazo m'a immédiatement demandé si j'étais prêt à jouer. Je me sentais bien et je voulais montrer que je pouvais faire mes débuts, alors j'ai dit oui. Maintenant je ne pensais pas qu'il me ferait confiance aussi rapidement (sourire). J'étais fier ! Avant le coup d'envoi j'étais à la fois nerveux et heureux d'avoir l'opportunité de disputer mes premières minutes pour le RCT.

Si on vous voit depuis plusieurs saisons sous le maillot tongien -vous avez notamment inscrit un essai à la France lors du dernier mondial- quel est votre parcours ?

Je suis né et j'ai vécu de 1991 à 2003 au Tonga. Ensuite mes parents ont déménagé en Nouvelle-Zélande. Je n'avais jamais véritablement joué au rugby dans mon pays d'origine : je faisais du touch rugby et on s'amusait dès qu'on trouvait une bouteille d'eau ou quelque chose qui ressemblait à un ballon, mais c'est en arrivant en Nouvelle-Zélande que j'ai véritablement démarré le rugby, à 12 ans. Nous vivions à Dargaville, une toute petite ville du Northland (N.D.L.R. la région la plus au nord du pays) qui m'a permis de découvrir le rugby en club. J'ai grandi, progressé, jusqu'à recevoir un coup de téléphone pour représenter les Tonga en 2014. Quelle fierté ! En 2015 Newcastle m'a appelé et j'ai découvert l'Angleterre. J'y suis resté quatre saisons et demi et me voilà désormais à Toulon.

Toulon vous a contacté en cours de saison. Comment appréhende-t-on un changement de club en plein milieu d'un exercice ?

Mon agent m'a appelé pour me dire que Toulon cherchait un demi de mêlée, suite au départ de Rhys Webb, pour savoir si ça pourrait m'intéresser. Je lui ai dit que signer en France était un rêve, et tout s'est accéléré ! C'est vrai que ça peut être particulier de jouer pour deux clubs lors du même exercice, mais je voulais relever un nouveau challenge. J'aime me fixer des objectifs ambitieux, et j'avais l'opportunité d'écrire une nouvelle page folle... Donc j'ai foncé ! Newcastle a été très compréhensif avec moi... Je pense qu'ils ont aimé mon investissement lors des cinq dernières saisons, et ils ont compris ma requête ; Toulon, même en milieu de saison, ça ne se refuse pas !

" Vous imaginez : Jonny Wilkinson, Ma'a Nonu et tant légendes sont passées par le RCT, et aujourd'hui c'est moi que le club contacte ? Ça fait rêver !"

S'il est actuellement au Tournoi des six nations, comme se prépare-t-on à la concurrence avec Baptiste Serin, qui s'est imposé comme l'une des pièces maîtresses du RCT depuis son arrivée ?

J'adore être confronté aux meilleurs ! Plus les mecs sont forts, plus j'ai envie de me hisser à leur niveau. Ça me pousse à travailler plus, à progresser. Je n'ai jamais vu la concurrence comme une opposition entre deux joueurs, mais comme une compétition saine. Je me suis donc toujours bien entendu avec les autres 9 que j'ai côtoyé par le passé. Aux côtés de Baptiste Serin, mais également d'Anthony Méric et de Yoan Cottin, je vais essayer d'apprendre, de devenir un joueur plus complet. Ce sera bénéfique pour moi, mais également pour l'équipe. Je ne vois pas le retour de Baptiste Serin d'un mauvais oeil. Que je sois numéro 1, 2 ou 3 je vais toujours essayer de donner le meilleur de moi-même.

Challenge Cup - Baptiste Serin (RC Toulon) contre l'Aviron bayonnais (Bayonne)

Challenge Cup - Baptiste Serin (RC Toulon) contre l'Aviron bayonnais (Bayonne)Icon Sport

Que représente le RCT à vos yeux ?

Il est l'histoire du rugby ! Au-delà du fait que l'équipe joue le haut de tableau, ce qui forcément est intéressant, je voulais avoir la chance de pouvoir faire partie de cette histoire. Vous imaginez : Jonny Wilkinson, Ma'a Nonu et tant légendes sont passées par le RCT, et aujourd'hui c'est moi que le club contacte ? Ça fait rêver ! Toulon a tout gagné, et forcément, quand on reçoit un coup de téléphone du RCT, c'est immense... Ma famille est fière, et je suis vraiment heureux d'être aujourd'hui un joueur toulonnais.

Quels sont vos objectifs en venant à Toulon ?

Acquérir de l'expérience, devenir un meilleur joueur, gagner des trophées et m'éclater sous ces nouvelles couleurs. Je veux donner le meilleur de moi-même, et voir où ça nous mènera. Personnellement, je vais essayer de progresser au pied, c'est un vrai objectif. Et si j'arrive à parler français rapidement, ce sera le jackpot (rires).

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés