Icon Sport

Rétro 2019 : Castres, entre deux ères

Rétro 2019 : Castres, entre deux ères
Par Rugbyrama

Le 01/01/2020 à 09:37Mis à jour Le 01/01/2020 à 09:41

TOP 14 - 2019 fut l'année du changement pour le club tarnais. Mauricio Reggiardo a succédé à Christophe Urios, dont l'histoire à Castres ne s'est pas très bien terminée malgré un bilan global trois étoiles.

Le fait de l'année

La fin de l'aventure Urios à Castres. Après quatre saisons abouties et un titre de champion de France en 2018, Christophe Urios a choisi de suivre un autre chemin pour la saison 2019-2020. Très tôt, le technicien a annoncé qu'il irait rejoindre le projet de Laurent Marti auprès de l'UBB. C'est Mauricio Reggiardo qui a été choisi pour le remplacer à la tête du Castres olympique. Pour l'Argentin, cette signature à Castres a tout du retour aux sources. C'est la quatrième venue de l'ancien pilier international dans la sous Préfecture du Tarn. Après un mandat de joueur entre 1995 et 2006, puis deux missions en tant qu'entraîneur des avants en 2007 et 2015, le Pumas possède désormais les pleins pouvoirs.

Sa mission sera de faire grandir encore le club tarnais en réussissant à le qualifier dès le premier exercice de son mandat. « J'ai senti que j'étais enfin prêt pour le poste, nous déclarait Reggiardo au cœur de l'été. Tous ceux qui se sont assis sur le banc du CO avant moi on fait grandir ce club. Les deux Laurent, Serge Milhas, David Darricarrère, Matthias Rolland, Christophe Urios et aussi tous ceux qui étaient là encore avant ceux-là. C'est à mon tour maintenant de le faire grandir. »

En s'appuyant sur un effectif très stable et entouré d'un staff qu'il s'est choisi (Stéphane Prosper pour les trois-quarts, Patrick Furet pour les avants, auxquels s'ajoute Joe Worsley, recruté pour s'occuper de la défense au mois de novembre), Reggiardo s'est jeté à corps perdu dans sa nouvelle mission. Avec succès ? L'avenir le dira.

Le joueur : Julien Dumora

La dernière saison de l'ère Urios a été quelque peu gâchée par les blessures pour l'arrière castrais. Touché aux adducteurs et opéré au mois d'octobre 2018, il est revenu au mois de janvier 2019 mais a vu son retour sur les terrains gâché par de nombreux petits pépins qui l'ont finalement tenu éloigné de la fin de saison difficile des tarnais. Julien Dumora a mis les bouchées doubles pour soigner sa préparation et démarrer la nouvelle saison avec une faim de cadet. Pari réussi. À 32 ans, l'homme est aujourd'hui dans la forme de sa vie et a réalisé un début de saison 2019-2020 exceptionnel. Tour à tour ouvreur -il a remplacé avec brio le titulaire du poste Benjamin Urdapilleta pendant sa pige à la Coupe du monde- ou arrière aux jambes de feu, Julien Dumora a aussi prouvé qu'il avait un pied exceptionnel. À plusieurs reprises, il a sauvé les Castrais en inscrivant des points décisifs. Il fait partie des meilleurs réalisateurs de l'exercice.

Top 14 - Julien Dumora (Castres).

Top 14 - Julien Dumora (Castres).Icon Sport

Le match

Le succès face à Lyon lors de la onzième journée de Top 14. C'était le match à ne pas perdre et les Tarnais ont su le gagner avec brio, affirmant leur montée en puissance ressentie depuis quelques semaines et l'arrivée de Joe Worsley pour renforcer leur staff, sur le secteur défensif notamment. En passant quatre essais à l'équipe qui affichait les meilleures statistiques de la saison en défense, les Tarnais ont montré qu'ils étaient de redoutables attaquants lorsqu'ils étaient en confiance. Autre point de satisfaction, les Lyonnais, pourtant auteurs de 34 essais au moment du match, soit plus de trois de moyenne par rencontres jouées, n'ont pas réussi à franchir la ligne d'en-but tarnaise. C'était la première fois de la saison que les joueurs du CO parvenaient à ne pas encaisser d'essai en Top 14. Un vrai progrès.

La défaite qui fait tâche

Pour être parfaitement exacts, nous voyons plutôt deux défaites qui font tâche en 2019 pour le Castres olympique. La première est à mettre au crédit de l'équipe de Christophe Urios et est survenue le 25 mai 2019. Castres, qui bénéficiait d'une voie royale pour se qualifier en phase finale, recevait un Toulon démobilisé et devait impérativement l'emporter après avoir déjà gâché deux occasions de se qualifier un peu plus tôt dans la saison, en concédant deux défaites à domicile consécutives contre Toulouse et Montpellier. Las, ce sont les Toulonnais, malgré une équipe remaniée, qui jouaient un mauvais tour aux hommes d'Urios, l'emportant 25-16. Conjuguée aux succès de La Rochelle et de Montpellier, cette défaite sonnait le glas des espoirs de Castres de voir la phase finale, pour la première fois du mandat de l'ancien talonneur.

La déclaration

" C'est une très belle histoire qui finit mal"

Christophe Urios, après la fin de son mandat gâchée par une série de trois défaites consécutives à domicile, privant le club tarnais d'une quatrième qualification consécutive pour la phase finale. Une fin en eau de boudin pour celui qui a porté le club tarnais sur le toit du Top 14 en 2018.

Par Bourniquel David.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés