Icon Sport

Montpellier : comme d’habitude…

Montpellier : comme d’habitude…

Le 05/01/2020 à 17:10

TOP 14 - Montpellier Les Héraultais triomphent dans la douleur de Brive (29-26) au GGL Stadium et ne se rassurent donc pas après le nul concédé face au Stade Français le week-end dernier. Aucune progression n’est à noter, sauf en mêlée. Malgré tout, les Cistes pourraient terminer la phase aller dans les six, en cas de résultats favorables de leurs concurrents aujourd’hui.

Sans connaître le résultat de cette rencontre, on imagine, à la lecture des statistiques offensives héraultaises, que le MHR n’a fait qu’une bouchée de Brive : 205 passes, 557 mètres parcourus ballons en main, 52 défenseurs battus, 11 franchissements et 16 offloads. Impressionnant ! Mais ces chiffres sont trompeurs.

Car, si les Cistes ont bien gagné samedi (après trois défaites et un nul), ils se sont encore fait peur. En passant tout près d’une seconde déconvenue à domicile après le nul concédé face au Stade Français. Xavier Garbajosa : "Cette victoire fait du bien sur le plan comptable. (..). A chaud, je n’ai pas envie de dire des choses que je pourrais regretter. A l’image de ce dernier essai (pour Brive, NDLR)… J’ai un peu honte de l’image que l’on donne à la fin. J’ai ‘impression qu’on fait le plus dur et qu’à la fin on s’écroule."

Absents sur la dernière action du match, les Cistes ont permis à leurs adversaires de marquer un sublime essai de cent mètres. « Avoir un tel relâchement en fin de match, ce n’est pas acceptable », regrette Fulgence Ouedraogo.

A l’image de cette entame, réussie sur les intentions de jeu, mais complètement ratée au niveau de la justesse technique et des choix tactiques. Quelle impatience et quel déchet ! "C’est un manque de technique, c’est aussi à un moment donné de faire des passes pour des passes (sic). Avoir la possession du ballon, c’est le jouer dans l’alternance pour pouvoir se créer des espaces d’un côté du terrain. Si c’est pour envoyer tous les ballons à droite et à gauche, et surtout, se les jeter à la figure quand il n’y a pas lieu. Ce n’est pas jouer au rugby, ce n’est pas respecter le jeu", ajoute le manager.

Darmon, Jac. du Plessis et Mikautadze sortent du lot

Par manque de réalisme, le MHR (qui a perdu Nadolo d’entrée de jeu, possible déchirure à la cuisse), ne prend jamais confiance. Malgré une mêlée retrouvée et un Handré Pollard à 88% de réussite face aux perches. Une ritournelle expliquée par le capitaine : "J’ai l’impression de venir devant vous (les journalistes) et de dire tout le temps la même chose. De faire toutes les semaines les mêmes erreurs et de ne pas progresser. (…) On n’a pas encore les solutions. A nous de rester ensembles. On est dans une période un peu difficile et il va falloir relever la tête et montrer autre chose. Car pour l’instant, ce n’est vraiment pas suffisant."

Une vérité criante sur les deux derniers week-ends. Montpellier vient de livrer un de ses matchs les plus faibles de ces dernières années ; mais s’évite surtout, une crise grâce à ce succès. Et pourrait même terminer la phase aller dans les six, en cas de résultats favorables de ses concurrents directs (Toulouse et Toulon) ce soir. Ambitieux, Garbajosa n’est pas satisfait du bilan : "Je suis déçu. Totalement. A un moment donné, je n’espérais non pas une forme de déclic, car ce n’est pas en six mois qu’on arrive à changer les choses. Mais, j’espérais un peu plus de certitudes. Encore une fois, à la sortie de ce match-là, on n’a aucune certitude." Incontestable. Mais attention à ne pas tomber non plus dans le négativisme au quotidien, démotivant pour un groupe en manque d’assurance.

Samedi, la soirée a failli virer au cauchemar. Et il faut donc aussi savoir savourer une victoire, aussi moche soit-elle. Les deux week-ends de Champions Cup qui arrivent (à Gloucester et contre Connacht), doivent désormais servir de bouffée d’oxygène à ce MHR, trop fébrile sous pression. Kélian Galletier conclut : "On va disputer la coupe d’Europe où l’équipe est déjà éliminée et nous jouerons peut-être plus libérés. Ce sera peut-être aussi un bon moyen d’avancer sur notre jeu avant d’aller à La Rochelle."

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0