Icon Sport

Lyon veut savoir où placer la barre

Lyon veut savoir où placer la barre

Le 14/02/2020 à 16:11

TOP 14 - Le bloc de trois matchs qui s’annonce pour le LOU va lui permettre de se jauger sur sa capacité à enchainer les performances, dans le but de se préparer à ce qui l’attendra en phase finale s’il se qualifie, et justement à essayer de conforter une place dans le Top 2.

Si l’entraineur de l’UBB Christophe Urios confiait cette semaine que son groupe "n’avait pas la flamme" et qu’il espérait "trouver le briquet" face à un "manque d’enthousiasme", c’est aussi une manière de mettre un peu la pression sur son groupe avant de défier le LOU, leader. "Je pense que ce Christophe a voulu dire, c’est que l’on sent qu’il faut que les joueurs basculent. On a vite mis le doigt sur ce que l’on voulait faire et il y a un gros point d’interrogation sur ce match. À nous de répondre à cette question. C’est vrai que tu sens qu’il faut être derrière les mecs. C’est tout l’enjeu et c’est à eux de se le décider", affirme Pierre Mignoni qui partage la problématique de cette affiche qui est une reprise après la longue coupure.

À Lyon, le retour à l’entrainement s’est fait le 8 février et la coupure aura donc duré 13 jours. "Cela a fait du bien à tout le monde, mentalement et physiquement. On sait que le bloc qui arrive va être très gros pour nous. Cela devenait dur d’enchainer et heureusement que Pierre (Mignoni) a fait tourner le groupe, précise Noa Nakaitaci. À partir de maintenant, on va essayer de se préparer pour la suite et, du coup, chaque match sera préparé comme un match de phase finale. On en est encore loin, rien n’est acquis mais on essaie de se préparer pour ça", poursuit l’ailier. Oui, la cassure qui se fait en cette mi-février et alors qu’il reste 12 matchs à disputer, doit permettre de faire basculer la saison au plus près des ambitions de toutes les équipes.

Un enchainement qui ressemble à une phase finale

Le triptyque avant la nouvelle pause consiste donc en un déplacement en Gironde, suivi de la réception du Racing 92 puis d’un autre rendez-vous à Brive. Autrement dit, ce sont les actuels 2e et 4e qui se dressent sur la route du leader, avant un autre morceau réputé pour sa solidité à domicile. Les deux premières étapes ressemblent donc à s’y méprendre à ce que peuvent représenter des phases finales, et à cette nécessité d’apprendre à enchainer les performances sur des rendez-vous couperets. "Ce bloc de trois permettra de savoir où on a mis la barre", confirme d’ailleurs Mickaël Ivaldi. Ce UBB-LOU, "c’est le choc de la journée mais notre préparation est toujours la même. On a hâte d’y être. Il faudra être concentré", enchaine le talonneur.

Si les trois prochaines échéances ne seront pas accompagnées d’une sentence - notamment car Lyon possède 12 points d’avance sur La Rochelle et le Racing 92 actuellement aux portes des places qui permettent de valider directement le billet pour les demi-finales à Nice - elles seront vraiment riches en enseignements pour Pierre Mignoni et son staff. "C’est un match qui te prépare à des matchs de phase finale. J’espère que mes joueurs vont l’aborder comme ça. Cela va être très très dur. On va être très attendu. Il faut que l’on montre que l’on a envie de faire un grand truc. Je suis un peu dans l’attente de voir comment les joueurs vont être", dit-il, après une bonne semaine d’entrainement débutée par un travail obligatoire de réathlétisation.

" Ils n’auront aucune excuse sur la capacité à être étincelant (Pierre Mignoni)"

À ce titre, sans dire qu’il y a une forme de crainte, il y a un peu d’appréhension. D’abord, "on a toujours un brin de pression sur tous les matchs, c’est obligé, car on a un peu cette pression de repasser deuxième", dixit Ivaldi. Aussi et surtout car "souvent, dans ces matchs de reprise, il y a un peu de déchet technique, constate Mignoni. Il ne faut pas que ce soit pénalisant pour nous. Il faut que l’on arrive à mettre de l’intensité face au manque de rythme. J’espère que la fraicheur aura fait du bien et prendra le dessus. Ils n’auront aucune excuse sur la capacité à être étincelant, à avoir une énorme envie. Je préfère que l’on fasse tomber quelques ballons mais que l’on soit présent dans l’euphorie d’un match" attendu par tous.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés