Icon Sport

Le Stade français revient de loin

Le Stade français revient de loin

Le 15/02/2020 à 22:37Mis à jour Le 15/02/2020 à 23:03

TOP 14 - Les Parisiens se sont imposés de justesse (21-20) et conservent ainsi toutes leurs chances dans la course au maintien, mais se sont fait peur face à des Rochelais à deux doigts de réaliser un coup.

Il fallait avoir l’estomac accroché ce samedi soir à Jean-Bouin, car d’interminables mêlées ont rajouté de la dramaturgie à un final haletant. Pendant cinq minutes, les Parisiens ont poussé, ont essayé, face à des Rochelais à la limite. Et c’est finalement un ballon ressorti par James Halles à la 85e minute et orienté sur le petit côté qui permet ensuite à Nicolas Sanchez de se jeter, à pleine vitesse, pour aplatir un essai synonyme de victoire et bien plus encore. Car le Stade français entretient l’espoir du maintien qu’une défaite aurait peut-être essoufflé…

Comme un symbole, l’Argentin était victime quelques instants plus tôt d’un plaquage rude de Jules Plisson, ayant entrainé le carton jaune contre l’ouvreur rochelais, pour la première fois de retour dans son jardin, quelques mois après son départ. D’ailleurs, le n°10 des Maritimes a eu du mal à retenir son émotion au coup de sifflet final, conscient du coup manqué par son équipe, mais aussi de l’importance de ce succès pour ce club qui reste si cher à son cœur. Voilà en tout cas l’éclair dans une soirée jusqu’ici bien tristounette, où l’intensité a manqué.

Un duel haché, un vent capricieux

Parisiens et Rochelais ont eu du mal à mettre de la continuité dans leur jeu et l’on n’aura que trop peu vu de séquences construites. Les deux conquêtes ont souffert tandis que le vent n’a pas aidé. Sans oublier des buteurs pas véritablement en réussite : Nicolas Sanchez (3 sur 5), Joris Segonds (0 sur 3) et James Hall (0 sur 1) du côté parisien, et Jules Plisson (2 sur 5) dans les rangs rochelais.

Cela n’a pour autant pas empêché de voir des essais, et si Paris a clôturé le bal, il l’avait également ouvert grâce à Alex Arrate sur un enchainement des trois-quarts derrière une solide mêlée (8’). Mais La Rochelle peut être frustré, ayant inscrit une réalisation supplémentaire, lancé par Wiaan Liebenberg en position d’ailier et ce après un bon travail d’animation de la charnière (21’).

Les deux talonneurs Pierre Bourgarit et Facundo Bosch se sont également distingués à leur manière, le premier en réalisant un cadrage-débordement sur Naivalu et un raffut sur Sanchez (52’), le second en vitesse et en puissance derrière un bon maul consécutif à l’un de ses lancers en touche (70’). Malgré cela, les Maritimes se contentent du bonus défensif.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés