Icon Sport

Le (premier) tournant des ambitions montpelliéraines

Le (premier) tournant des ambitions montpelliéraines

Le 27/09/2019 à 13:12Mis à jour Le 27/09/2019 à 17:11

TOP 14 - Dimanche à 12h30 au GGL Stadium, les Héraultais (4e) feront face à leur premier gros test sous pression cette saison face à l’UBB, co-leader du Top 14 et toujours invaincue. Un défi de taille sur bien des plans pour les coéquipiers du capitaine Kélian Galletier.

"Nous pouvons perdre des matches, mais après il y a la façon de les perdre. Et celle-là m’a dérangée. A titre perso, la semaine a été plutôt difficile." Une colère froide exprimée jeudi après-midi en conférence de presse par Xavier Garbajosa, au sujet du non match livré quinze jours plus tôt par ses troupes à Agen. Un revers que le manager a toujours en travers de la gorge. Une sortie de route (29-10): qu’il prend d’abord pour lui : "C’est ma première déception ici. Je me suis trompé dans la préparation. "

Garba hausse le ton

Avant de mettre ses hommes face à leurs responsabilités, sans détour ni ménagement, pour les piquer dans leur orgueil. Et les inclure aussi, dans le même bateau que lui: "Jepensais avoir affaire à des grands garçons, expérimentés et capables de sentir quand le contexte allait être délicat. Surtout qu’il y a des joueurs qui ont une dizaine d’années de Top14 derrière eux… J’ai besoin d’avoir des relais dans le groupe et sur le terrain. Je pensais que le discours, relayé par des leaders ou plutôt des joueurs qui connaissaient ce contexte allait suffire. Je le répète, je me suis trompé et c’est de ma faute. "

Un discours musclé vous dites? Attendez la suite : "Maintenant on reçoit le co-leader, une équipe qui est toujours invaincue et montre de belles choses avec un nouveau staff. Cela appartient désormais aux joueurs, qui ont la chance de recevoir. Moi je ne serai pas sur le terrain dimanche par contre. A eux de voir ce qu’ils veulent y mettre vraiment, dans l’engagement, l’investissement et les attitudes. Pour l’équipe et le club. (…) Bordeaux est un vrai test de personnalité pour nous."

Une question de dynamique

Le premier. On va donc savoir si la quatrième place actuelle du MHR est un trompe-l’œil ou une vérité. Car pour l’instant, les Cistes ont seulement réussi à battre des Palois et des Rochelais méconnaissables au GGL Stadium. Et ils ont perdu à Castres où l’UBB a déjà gagné, ainsi qu’à Agen, terre de la balade toulonnaise de la première journée. Des points perdus que Montpellier : "ne rattrapera jamais et qui pourraient compter à la fin", dixit le capitaine Kélian Galletier. Alors, il n’y a pas le feu à la maison bleue (loin de là), car il ne faut pas oublier que les joueurs de Montpellier réalisent un bien meilleur début de saison que l’an dernier. Mais on sent que ce choc dominical représente déjà un tournant.

Match amical - Xavier Garbajosa et Kélian Galletier (Montpellier) après le match contre Brive

Match amical - Xavier Garbajosa et Kélian Galletier (Montpellier) après le match contre BriveIcon Sport

Et le visage fermé du manager héraultais comme ses mots forts sciemment choisis, traduisent une forme de pression ou d’appréhension, liée à une semaine pas comme les autres. Le flanker parle de ce rendez-vous: "Bordeaux c’est quatre matchs, quatre victoires et des bonus, ainsi qu’une belle victoire face à Paris. On reçoit un gros du championnat, on y est préparés. Nous n’avons pas existé à Agen et si on a des prétentions dans ce championnat, il ne faut pas réitérer la même performance ce week-end, ou nous n’existerons pas."

En quête de constance

Les Cistes sont encore aujourd’hui capables du meilleur comme du pire et donc, l’inverse opposé d’une équipe régulière : "C’est un fait et si j’avais la solution je ferais changer les choses. Je ne l’aie pas aujourd’hui. Même en tant que capitaine, je cherche les mots, ce qu’il faut faire de mieux pour arranger ça. Cela fait partie de mon rôle. Je pense qu’il faut se remettre tous en question car on en a besoin."

Ses coéquipiers ont aussi besoin d’apprendre de leurs erreurs pour ne plus les répéter. Et la première mi-temps catastrophique face aux Rochelais doit rester gravée dans leur esprit avant ce choc selon Martin Devergie : "On a répété cette erreur à Agen sur tout le match mais surtout en première période. Il va falloir être vraiment concentrés, garder nos ballons et ne surtout pas leur rendre au pied, car ils sont excellents sur turnovers et ont déjà marqué beaucoup d’essais en contre. La conservation sera la clé avec notre défense. A nous d’être très pragmatiques."

Xavier Garbajosa va plus loin dans l’analyse : "Bordeaux met beaucoup sous pression l’adversaire, surtout sans ballon. Cette équipe joue peu ou pas dans son camp, mais elle est redoutable par son jeu au pied de pression, sa “chasse” défensive très bien organisée et un énorme travail dans les rucks où elle ralentit tous les ballons. C’est très dense des 15 mètres aux 15 mètres."

Rucks, défense et alternance offensive

Si l’on ajoute à cela une touche et une mêlée efficaces, on comprend mieux l’ampleur de la mission des Bleus et Blancs, toujours aussi friables en mêlée et parfois irréguliers en touche. Mais cette formation a aussi les qualités offensives et physiques pour faire craquer l’épais rideau défensif adverse.

Les atouts, pour déstructurer cette formation et la faire déjouer : "On a visualisé leurs failles dans la semaine et c’est à nous de nous mettre dans les bonnes conditions pour avoir de l’alternance dans notre jeu, être capable de déplacer les ballons et les hommes. Et surtout, il faudra être efficace. Sur les premiers matches, l’enthousiasme est là, la philosophie de jeu change un peu. Mais il y a aussi pas mal de “scories”. Aujourd’hui on doit trouver l’équilibre entre déplacer les ballons, les conserver, prendre des initiatives et aussi, ne pas jeter les ballons pour les jeter", ajoute le manager.

Conserver cette fraîcheur et cette audace réaffirmées, tout en retrouvant une rigueur et un instinct de tueur un peu perdus. En respectant donc un triptyque essentiel : gagner la guerre des rucks et le duel des défenses, privilégier l’alternance en attaque sans jamais surjouer. Sans oublier de ne pas laisser trop d’occasions en route et de ne surtout pas se lancer dans une habituelle course à handicaps, que le MHR ne pourrait cette fois-ci pas remonter. L’évolution, c’est pour maintenant. Lors de ce premier test de haute volée, qui est déjà un tournant, sur les plans de la dynamique et des ambitions

Contenus sponsorisés