Icon Sport

Le derby pour les Racingmen

Le derby pour les Racingmen

Le 10/11/2019 à 18:31Mis à jour Le 10/11/2019 à 19:28

TOP 14 - Dans le derby francilien, le Racing fait le boulot en allant décrocher un succès très important à Jean-Bouin (9-25). De son côté, lanterne rouge du Top 14, le Stade Français ne se rassure toujours pas.

Il n’y a pas vraiment eu de débat dans ce match de clôture de la 9ème journée de Top 14. Les Racingmen ont mené tout au long de la partie et se sont même offert un bonus offensif grâce à un triplé de Teddy Thomas dont une dernière réalisation à la toute dernière minute (9-25). Sans solution, le Stade Français n’a jamais fait illusion dans son antre de Jean-Bouin pourtant parée de ses habits de fête pour ce derby parisien tant attendu.

« Il n’y a pas eu photo ce soir, ils ont été meilleurs que nous dans tout. Maintenant, on doit se resserrer car ça nous appartient ». De retour ce dimanche en Top 14 après la Coupe du monde, le trois-quart centre international Gaël Fickou a dressé ce constat accablant après la rencontre. Il faut dire que le Stade Français a délivré une prestation complètement désordonnée sur sa pelouse. Si la charnière Coville-Sanchez a tenté d’impulser du rythme, Paris n'a jamais réussi à enclencher la marche avant. La seule éclaircie dans le jeu parisien a d’ailleurs été le sans faute au pied de l’ouvreur argentin en première période (3/3, 9 points) qui sanctionnait l’indiscipline francilienne (carton jaune pour Vakatawa à la 23e).

Top 14 - Gael Fickou (Stade Français), face au Racing 92.

Top 14 - Gael Fickou (Stade Français), face au Racing 92.Icon Sport

Malgré beaucoup de ramdam avant ce derby parisien (Arias dans le staff, prolongation de Gabrillagues…), près de 18 000 spectateurs en tribune et un superbe maillot third frappé du Sacré-Coeur, le Stade Français a surtout confirmé la panne sèche de son rugby à l’image d’une deuxième période sans aucun point marqué.

Un réalisme clinique

À l’inverse, tout a roulé tranquillement pour le Racing 92. Chez eux à Jean-Bouin depuis presque deux ans (dernière défaite dans l’antre parisienne en décembre 2017), les Racingmen ont profité du retour d’un gros contingent d’internationaux pour maîtriser cette partie de bout en bout. Un chiffre le démontre particulièrement : il n’aura fallu aux Franciliens que 22 secondes dans le camp adverse en première période pour marquer deux essais. C’est Teddy Thomas qui par deux fois est allé en terre promise suite à un offload d’extraterrestre de Vakatawa et un jeu au pied millimétré de Russell. Malgré deux échecs au pied, Maxime Machenaud a tenu la baraque avec pragmatisme.

Top 14 - Virimi Vakatawa (Racing), face au Stade Français.

Top 14 - Virimi Vakatawa (Racing), face au Stade Français.Icon Sport

Longtemps, il n’y a eu qu’une pénalité du demi de mêlée international à se mettre sous la dent en deuxième période ainsi qu’une démonstration de la défense francilienne fermée à double tour. Il aura fallu un ultime cafouillage de Danty pour voir le troisième essai plein d’opportunisme de Teddy Thomas, bourreau d’un soir avec son triplé.

Ce dimanche, on a donc vite oublié la notion de derby tant le réalisme était cruellement clinique dans les rangs du Racing 92. Une victoire logique pour les joueurs de Laurent Travers (9-25) qui empochent même un important bonus offensif car les Racingmen sortent ainsi de la zone rouge (10e) et respirent un peu avant les deux premières semaines européennes. En revanche, les cloches de Notre-Dame ont encore sonné le glas parisien dans les enceintes de Jean-Bouin avec ce septième revers en championnat, le deuxième à domicile. Même si son président a affirmé tout sourire cette semaine que le Stade Français ne descendrait jamais, le club de la capitale s’enlise un peu plus tout en bas du classement de Top 14.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0