Other Agency

L’Aviron a fait front face au défi physique du MHR

L’Aviron a fait front face au défi physique du MHR

Le 12/10/2019 à 22:55Mis à jour Le 12/10/2019 à 22:58

TOP 14 - L’Aviron bayonnais a remporté un quatrième match consécutif dans ce championnat. Seconds ex-aequo avant le match de l’UBB, les Basques savourent, mais ne s’enflamment pas.

Lorsque Yannick Bru s’est présenté en conférence de presse sur les coups de 18 heures, le patron du sportif était naturellement heureux du succès de ses joueurs. Mais l’ancien entraîneur des avants du XV de France était surtout soulagé. Pour cause, ce dernier craignait logiquement la densité physique des Héraultais : "Honnêtement, j’étais très inquiet avant le match. Pour ceux qui ont vu Clermont-Montpellier, j’ai vu beaucoup de séquences pendant lesquelles Clermont ne s’en sortait pas sur l'intensité physique qu’avait mis Montpellier." Samedi, les ingrédients furent une nouvelle fois les mêmes pour la bande à Monribot et c’est grâce à une grosse solidarité et un courage énorme que les ciel et blanc l’ont emporté.

Néanmoins, ce n’était pas le match de l’année et rares furent les envolées sur la pelouse de Dauger. Les Ciel et Blanc en étaient tous conscients après le match, à commencer par leur manager Yannick Bru : "Montpellier nous a empêché de mettre de la vitesse dans notre jeu, donc nous étions frustrés à la pause parce que ce n’était pas le Bayonne que l’on a envie de voir. Mais il y a une raison à ça, puisque sur chaque collision, nous étions mis en difficulté par le MHR. Nous n’arrivions pas à entretenir la vitesse du jeu sur les passages au sol, donc ça a été très, très compliqué."

Top 14 - L'arrière Aymeric Luc célèbre la victoire de ses coéquipiers de Bayonne

Top 14 - L'arrière Aymeric Luc célèbre la victoire de ses coéquipiers de BayonneOther Agency

Difficile, mais au final l’Aviron a rempli sa mission. Au passage, Bayonne enchaîne une quatrième victoire consécutive dans ce championnat et se retrouve deuxième ex-aequo du Top 14, avant la rencontre de l’UBB demain. Mais l’humilité reste de mise chez le champion de France de Pro D2. "Nous sommes vraiment dans une spirale positive. Les rebonds sont là. C’est bien. Mais la marge de manœuvre est infime, martèle Yannick Bru. On a quelque chose avec nous qui nous porte. Je crois qu’on le provoque. En ce moment, on gagne les matchs. On fait beaucoup d’efforts, ça passe de peu, mais il y aura un moment où ça ne passera plus. Il faut garder beaucoup d’humilité."

Darlet enchaîne, Luamanu impressionne

Dans la lignée de sa prestation magistrale à Agen, Matt Luamanu a récidivé contre Montpellier. Sans cesse dans l’avancée et auteur du deuxième essai de son équipe, il a logiquement été élu homme du match. Tom Darlet, après une première titularisation en Top 14 sept jours plus tôt, Viliamu Afatia, très percutant ou Filimo Taofifenua, toujours aussi adroit, ont également été très bons face au MHR. D’ailleurs, Darlet ne cachait pas vivre "un rêve de gosse" après la rencontre.

Top 14 - Tom Darlet (Aviron bayonnais)

Top 14 - Tom Darlet (Aviron bayonnais)Icon Sport

Globalement, les avants ont su répondre présent face au défi physique imposé par les Héraultais. Et le choix du staff, qui avait décidé d’opter pour six avants sur le banc pour deux trois-quarts s’est avéré payant. "Le banc nous a beaucoup apportés aussi souligne Bru. Nous nous attendions à ça. Il y a eu une grosse débauche d’énergie et nous avions fait ce choix du 6-2 parce qu’on se doutait que devant ça allait vraiment être un combat de boxe."

Monribot, Gorin et Galarza touchés

Top 14 - Jean Monribot (Aviron bayonnais) est sorti sur civière

Top 14 - Jean Monribot (Aviron bayonnais) est sorti sur civièreOther Agency

Cette bataille a laissé des traces dans les rangs de l’Aviron. Jean Monribot, touché aux cervicales, a quitté ses partenaires à la 50e minute, sur une civière, après de longs instants au sol. Les premiers examens sont rassurants selon son manager qui a posté un message dans la soirée sur Twitter. André Gorin, qui l’avait remplacé, est sorti à deux minutes de la fin. À son sujet, le manager de l’Aviron, Yannick Bru, expliquait, inquiet : "Il s’est abîmé un genou. Je pense qu’il va être indisponible plusieurs semaines." Mariano Galarza a également été remplacé, commotionné, après un gros choc accidentel avec un de ses partenaires. "Nous avons laissé des forces dans la bataille, reconnaît Bru. C’était un peu prévu..." Un coup dur que cette victoire au courage atténue quelque peu.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0