Icon Sport

L'antisèche : Brive a plié, mais Brive n'a pas craqué

L'antisèche : Brive a plié, mais Brive n'a pas craqué
Par Rugbyrama

Le 01/12/2019 à 15:12Mis à jour Le 01/12/2019 à 16:04

TOP 14 - Le Stade français va mieux mais reste fragile. Un point ramené de Corrèze et quelques certitudes. Le regain de forme en seconde période est intéressant. Pourtant, les Coujoux n'ont rien lâché et signent un cinquième succès à domicile en autant de rencontres.

Le match : Brive a joué avec le feu

On attendait un Stade français conquérant en début de rencontre pour résister à la furia corrézienne, ça n'a pas loupé. De l'avancée sur chaque initiative, une mêlée retrouvée et des lancements de jeu séduisants... Résidait alors l'impression de découvrir un nouveau Paris, totalement différent de celui du début de saison. Pourtant, malgré plusieurs "breaks", les hommes de Julien Arias se montraient fragiles à l'approche de l'en-but adverse. Danty manquait d'aplatir, Fickou de finir contrairement à Muller, auteur d'une interception contre le cours du jeu (25e)... Et voilà comment la période de domination parisienne se terminait en eau de boudin.

D'autant plus que dans le sillage de Blanc et de Muller, les Coujoux reprenaient du poil de la bête et inscrivaient un second essai par Asieshvili dans l'axe (31e). La brève réaction de Delbouis sur la sirène n'était que l'arbre qui cachait la forêt tant le constat était alarmant : le Stade français est impuissant.

Top 14 - Secou Macalou (Paris)

Top 14 - Secou Macalou (Paris)Icon Sport

La seconde période était en revanche totalement différente. Les hommes de la capitale revenaient avec de nouvelles intentions et les Brivistes se fragilisaient. Matera, Latu, Hall et Segonds donnaient une nouvelle dynamique à leur équipe. Cela se traduisait avec l'essai d'Hamdaoui. S'en suivait un duel du buteurs entre Segonds et Laranjeira et c'est bien ce dernier qui avait le dernier mot et permettait à son équipe de souffler.

Le tournant du match : Danty a mangé la feuille

Paris rentre avec un bonus défensif, mais Paris rentre frustré. Et pour cause, en début de rencontre, Jonathan Danty était à deux doigts de mettre les Coujoux dans le dur. En effet, ces derniers récupéraient un ballon près de leur ligne et le relançaient. Sauf qu'un en-avant permettait au centre parisien de récupérer un ballon et d'allait à dame. Pourtant, un rebond capricieux l'empêchait de conclure. Un coup de pouce du destin pour les Brivistes qui s'en tiraient avec seulement une pénalité d'encaissée. Gageons d'avancer qu'en cas d'essai, le match aurait connu une tournure différente.

Top 14 - Jonathan Danty (Stade français)

Top 14 - Jonathan Danty (Stade français)Icon Sport

Pas dans son match, Danty écopait par la suite d'un carton jaune et laissait son équipe à 14. C'est avec cette période qui coïncidait le regain de forme des locaux, pas avares d'efforts et qui reprenaient le match à leur compte. Ce n'est pas la première fois que le joueur formé au club pénalise son équipe puisque cela avait déjà était le cas à Armandie il y a quelques semaines lorsqu'il avait croisé le chemin de Léo Berdeu dans les airs...

Le joueur du match : Axel Muller

Depuis le début de la saison, avec Julien Blanc, ils sont les deux dynamiteurs de l'effectif briviste. En début d'après-midi, son interception s'est avérée décisive puisqu'elle a permis à son équipe de reprendre les commandes. De plus, il a manqué d'inscrire un doublé en déposant Delbouis à la course après une chevauchée folle de son demi de mêlée. Ce sont d'ailleurs ces deux-là qui sont à l'origine de l'essai d'Asieshvili.

Pro D2 - Axel Muller (Brive) contre Carcassonne

Pro D2 - Axel Muller (Brive) contre CarcassonneIcon Sport

Cependant, on pourra regretter le carton jaune dont il a écopé juste avant la pause. Celui-là même qui a permis à Julien Delbouis d'inscrire le premier essai parisien sans vis-à-vis. D'ailleurs, cette réalisation a relancé Paris. Mais les quelques interventions défensives de Muller en seconde période en font notre homme de la rencontre.

La question : la Pro D2 est-elle vraiment envisageable pour le Stade français ?

Qu'on aime ou qu'on n'aime pas la méthode mise en place par le Dr. Wild, le club de la capitale compose avec un effectif exceptionnel, dans lequel figure de nombreux internationaux comme Latu, Matera, Fickou et autres Sanchez. De l'expérience et de la jeunesse complètent cette profondeur qui laissait croire, en début de saison, que Paris jouerait à nouveau les premiers rôles dans ce championnat.

La Pro D2 est-elle vraiment envisageable pour le Stade français ?

Sondage
5078 vote(s)
Oui
Non

Sauf que voilà, les week-ends se suivent et se ressemblent. Derniers avec seulement 10 points, les Stadistes jouent clairement le maintien avec d'autres équipes comme Agen, Bayonne, Brive voire Pau et Castres. Cependant, il est difficile de croire qu'ils ne se maintiendront pas, tant les talents qui composent l'équipe semblent pouvoir renverser la tendance.

Par Mathieu Vich

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0