Icon Sport

Julien Blanc : Un talent (presque) tout neuf !

Julien Blanc : Un talent (presque) tout neuf !
Par Rugbyrama

Le 28/10/2019 à 16:00

TOP 14 - Auteur d’un superbe début de saison avec Brive, Julien Blanc s’est encore montré décisif samedi dernier face à Bordeaux-Bègles. Alors que le géorgien Vasil Lobzhanidze va faire son retour suite à la coupe du monde, la concurrence au poste de demi de mêlée s’annonce rude dans les semaines à venir. Mais l’ancien Palois a déjà marqué des points sur ces 8 premières journées...

On peut avoir parfois tendance à l’oublier, mais Julien Blanc a déjà 27 ans. Pourtant, il aborde les matchs de son club avec la fraîcheur d’un jeune joueur. Passer entre autres par Béziers, Oyonnax ou Pau, le demi de mêlée est déjà fort d’une solide expérience, qu’il apporte à son club formateur.

Pour son manager, Jérémy Davidson, c’est assurément une bonne pioche pour le CAB : "Les recruteurs n’ont pas trop mal travaillé il me semble… (sourire). Chez nous, il a plus de temps de jeu et donc une continuité dans sa progression. Il continue d’ailleurs de progresser week-end après week-end. Chaque semaine on a l’impression qu’il joue plus en équipe et il exprime ses talents de vitesse en se montrant aussi dangereux dans les phases de duel. La vitesse, Il l’apporte également à notre jeu et c’est vraiment plaisant par rapport à ce que l’on veut mettre en place."

4 demis de mêlée avec le retour de Vasil Lobzhanidze

Avec le champion du monde des moins de 20 ans, Quentin Delord et David Delarue, lui aussi formé au club, Brive a débuté la saison avec trois demis de mêlée performants. Avec le retour de la coupe du monde du titulaire du poste la saison passée en Pro D2, le géorgien Vasil Lobzhanidze, le casse-tête s’annonce pour le staff, à l’image de l’entraineur des arrières, Jean Baptiste Péjoine : "Ce sont quatre profils différents et complémentaires pour le jeu de Brive. Julien, je l’ai connu alors que j’étais encore joueur au club. J’ai le souvenir de ce jeune demi de mêlée qui sortait de notre centre de formation. À une époque où on pratiquait un jeu basé sur la conquête et l’occupation, Julien avait déjà des qualités individuelles qui sortaient du lot."

Top 14 - Julien Blanc (Brive)

Top 14 - Julien Blanc (Brive)Icon Sport

Pour trouver du temps de jeu, Julien Blanc a dû s’exiler, mais retrouve aujourd’hui celui qui a occupé le poste pendant 17 saisons et qui aime à le voir encore progresser : "C’est un amoureux du jeu de rugby et il joue sans aucune pression. Maintenant que je suis dans le staff j’ai envie de lui apporter toute mon expérience. Il doit être un leader de jeu, capable de s’adapter stratégiquement en conservant son petit grain de folie, qui fait de lui le premier attaquant de l’équipe. Il avait une certaine pression à revenir ici, mais il a su très vite prendre sa place. Il est dans une bonne dynamique, mais il peut encore progresser, car le poste de demi de mêlée demande une constante évolution."

Sa philosophie ? Progresser encore et toujours !

Une envie de progresser que l’intéressé partage avec son coach : "Je suis très content de revenir ici après avoir porté ce maillot chez les jeunes. J’ai encore une vraie marge de progression dans tous les secteurs. J’ai la volonté de gagner en constance, de peser plus sur le jeu de mon équipe, m’améliorer techniquement comme tactiquement"

Et pour réussir dans cette entreprise, l’ancien palois n’a pas peur de la concurrence : "Avec la présence de 4 demis de mêlées au club, il y a une concurrence saine, qui nous pousse à toujours travailler pour s’améliorer. C’est ensuite aux coachs de faire le choix du titulaire. En ayant la chance de beaucoup jouer depuis le début de la saison, On commence à trouver des connexions avec les lignes-arrières." Des connexions que l’on a pu apprécier samedi face à Bordeaux-Bègles, avec un amour de coup de pied, pour l’essai de Joris Jurand.

Julien Blanc (Brive)

Julien Blanc (Brive)Icon Sport

Si Julien Blanc aime à étoffer sa palette technique, c’est aussi et avant tout pour assouvir sa passion immense pour le jeu en lui-même. Un virus que lui a transmis son père, l’ancien joueur du Racing Eric Blanc : "Avec mon père, on partage cette passion du rugby. Il suit évidemment ma carrière comme tout parent suit ses enfants, mais il n’est pas envie de trop donner son avis pour me laisser mener mon propre chemin."

Avec déjà 6 titularisations en 9 matchs, Julien Blanc et son club de Brive sont sur le bon chemin, celui du maintien. Mais pour vivre une saison plus sereine encore, le club corrézien, comme son demi de mêlée, doivent encore trouver des certitudes loin de leur stade Amédée-Domenech.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0