Midi Olympique

Les résultats de cette soirée de matchs amicaux

Les résultats de cette soirée de matchs amicaux
Par Rugbyrama

Le 02/08/2019 à 20:52Mis à jour Le 03/08/2019 à 14:53

TOP 14/PRO D2 - Ce vendredi 18 équipes jouaient des matchs amicaux, dont 7 de Top 14 qui affrontaient leurs futurs concurrents ou des clubs de Pro D2. Après une préparation estivale, c'était le moment pour les joueurs d'appliquer les plans de jeux établis et de prendre du plaisir sur le pré. Quels ont été les résultats de ces 9 matchs ? Voici la réponse...

18h30 : Toulouse 21 - 12 Colomiers

Dans un galop d'essai sans grandes envolées, Toulouse a fait respecter la hiérarchie en s'imposant sans trembler face à de vaillants Columérins. Il a fallu attendre le temps additionnel de la première mi-temps pour que les hommes d'Ugo Mola parviennent à faire sauter le verrou columérin. Deux autres essais sont venus sanctionner la domination toulousaine. Cette rencontre fut l'occasion de voir à l'oeuvre les recrues toulousaines Antoine Miquel, Bastien Chalureau ou Werner Kok qui ont tout trois livré une bonne copie. On pressent que l'ailier sud africain va martyriser les défenses de Top 14 au vu de ses appuis et de sa vitesse de course...

Les joueurs de Colomiers, battus mais pas abattus, peuvent se réjouir. Ils ont su tenir le défi du rythme imposé par le champion de France et leur défense a été globalement à la hauteur. Ils ont même sauvé l'honneur grâce à deux beaux essais de Victor Moro et Youssef Saaidia en fin de match. Encourageant !

18h30 : Aurillac 24 - 5 Bourgoin

Aurillac s'impose logiquement, mais il reste du travail. On ne pouvait pas s'attendre à du grand spectacle pour une première sortie en amical. Aurillac est sorti vainqueur de sa confrontation avec un Bourgoin-Jallieu qui voulait en découdre avec l'échelon supérieur. Victoire large certes, mais encore beaucoup de boulot. Les Berjaliens n'ont pas rendu la partie facile aux Aurillacois très timides sur le premier acte. À défaut de pouvoir jouer, le choix était clairement d'occuper le terrain adverse et Neisen a parfaitement jouer sa partition dans ce registre.

Dominateurs en mêlée, les Aurillacois n'arrivent pourtant pas à enchainer, contrairement à Bourgoin qui joue tout ce qui se présente, s'appuyant sur le pied et la vista de l'ouvreur Dunlop et des lignes arrières plutôt en jambes avec Mawalu, Eymond ou encore Cachet. Mais le Stade défend plutôt bien sa ligne. Les locaux prendront finalement le score par le pied de Neisen (3-0, 16e). Aurillac tente, se cherche, mais ne se trouve toujours pas avant qu'un éclair frappe à la 30e. Au sortir d'une mêlée dans ses 40, Dubourdeau sort une chistera gagnante qui lance un mouvement avec Gaveau, une-deux et Bouyssou qui conclut quasi sous les perches. Neisen transforme (10-0, 30e).

Bourgoin tente de réagir, mais se heurte toujours à la défense locale. Plus rien à se mettre sous la dent avant la pause. Changement de ton en seconde période avec un nouveau XV pour les Aurillacois et de Berjaliens qui conservent leur ossature. Les Isérois posent des problèmes durant dix minutes, empêchant le Stade de développer quoi que ce soit, et campant copieusement dans le camp adverse. Mais les locaux tiennent bon. Le temps de se mettre en place et de retrouver de la discipline, Aurillac reprend la main, notamment en mêlée source de plusieurs pénalités favorables.

À la suite de l'une d'elle De Wet trouve une pénaltouche. Derrière, c'est le talonneur Rieu qui file à dame après son lancer et un maul conquérant. De Wet transforme (17-0, 58e) et sur le renvoi, l'essai du match. Relance depuis les 22 de Gogoladze qui sert Yobo. Les deux remontent le terrain sur quarante mètres avant que l'ailier fidjien Yabaki ne finisse le travail sur les 40 restants. 24-0 après la transformation de De Wet. Aurillac déroule, Bourgoin faiblit mais ne lâche rien. D'ailleurs ils seront récompensés en toute fin de match suite à une pénaltouche et un maul victorieux de leur talonneur Bezuidenhou. 24-5, rideau.

19h00 : Brive 21 - 29 Montpellier

Débuts réussis pour Montpellier face à Brive Les joueurs de Xavier Garbajosa se sont imposés au forceps face à une vaillante équipe de Brive (29-21), ce vendredi à Millau. L’ailier héraultais Gabriel Ngandebe s’est fait remarquer avec un triplé. Des débuts prometteurs. Montpelliérains et Brivistes effectuaient ce vendredi leur rentrée sur la pelouse du parc des sports de Millau. Le promu corrézien et le dernier 6e du Top 14 ont offert au public millavois une belle partie, engagée, ponctuée par de beaux gestes. Et quelques maladresses techniques, certes, passage souvent obligé pour des équipes qui arrivent au terme dune préparation physique assez dense débutée au début de l’été.

Le promu briviste se montrait entreprenant d’entrée, avec longues phases de possessions à quelques mètres de l’en-but héraultais. Mais quelques erreurs techniques lors de la dernière transmission ou du dernier geste les empêchaient de concrétiser ces premiers temps forts. Et c’est bien le MHR, par l’intermédiaire de Gabriel Ngandebe, qui ouvrait la marque après une percée de Konrath. Après le carton jaune de l’arrière montpelliérain Benjamin Fall, le puissant n°8 samoan Fa’aso’o, très en vue pour cette première sortie de la saison ramenait les Brivistes à égalité après une percée dans la défense héraultaise.

Vaillants, les Brivistes poursuivaient leur domination et remontaient 70m, les joueurs du capitaine Kélian Galletier étaient souvent pénalisés au sol. Mais, contrés une nouvelle fois à quelques mètres de l’en-but, ils s’avouaient vaincus et encaissaient un nouvel essai après une longue chevauchée de Ngandebe (14-7 à la mi-temps). Ngandebe très en vue Au retour des vestiaires, et au fil des revues d’effectif des deux coaches, Brive revenait dans la partie par l’intermédiaire de son centre Guillaume Galletier, ex-montpelliérain et cousin du n°6 du MHR. Après un nouvel essai inscrit par Esteban Abadie, qui donnait l’avantage aux Brivistes, le show Gabriel Ngandebe pouvait commencer.

Le jeune ailier franco-camerounais inscrivait un doublé qui allait sceller la victoire du MHR. Le premier à la suite d’un bon lancement de jeu où il faisait parler ses cannes pour aplatir en bout de ligne, et le second après un renversement au pied de Bouthier. « Je suis sûr à 100 % qu’il va réaliser une grande saison », réagissait après-match l’ailier star Nemani Nadolo à propos de son jeune coéquipier, nommé dans le XV des révélations de la saison passée par Midi Olympique, il y a quelques semaines. Sous le soleil millavois, Brivistes comme Montpelliérains auront produit de belles prestations pour un premier galop d’essai. Le promu, affaibli en fin de match par son infériorité numérique (carton jaune d’Alban Ramette), a montré de belles choses et un pack puissant, capable de rivaliser avec une solide équipe héraultaise.

19h00 : Agen 21 - 21 Mont-de-Marsan

La première rencontre amicale du SUA LG à Mont-de-Marsan, avant les oppositions Montpelliéraines et Rochelaises, a été l’occasion de tester les jeunes, ainsi que les recrues. Appliqués en première période (14-7), les Agenais repartent des Landes avec un match nul. La saison du SUA LG débutait aujourd’hui sur la pelouse, en piteux état, du stade Guy Boniface de Mont-de-Marsan pour une rencontre amicale, marquant le retour du manager Agenais Christophe Laussucq sur ses terres. Et le SUA attaque fort, trois minutes de jeu à peine et Sam Vaka arrache un ballon et s’en va seul aplatir entre les poteaux après une course de 60 mètres.

Mais la réponse Montoise ne se fait pas tarder, sixième minute, Naituvi, après une action d’école ramène les siens, après la transformation de Loustalot, à égalité. Il ne fallait pas arriver en retard à Boniface ! Valentin Saurs, suite à une touche, vient fixer le dernier défenseur Montois en bout de ligne et permet aux Agenais de virer en tête après 19 minutes. Les Montois sont joueurs et ne prennent pas les points, conséquence de leur passage en touche, un contre du jeune Gauthier Maravat (28e). À noter aussi que la maladresse était au rendez-vous, les en-avant s’étant multipliés des deux côtés.

Les Agenais, bien présents défensivement dans le premier acte, n’ont laissé que très peu de marge de manœuvre aux hommes de David Auradou. Les Landais concluent la première période en mettant de l’intensité, mais la maladresse caractérisée par un énième en-avant de Naituvi, pourtant seul sur son aile gauche, le prive d’un essai tout fait (37e). Les Agenais, sans avoir été incroyables, mène donc à la pause 14-7 à Boniface. Un duel de talonneur dans le second acte. Une équipe toute neuve pour le SUA, quelques changements pour les Montois, voilà de quoi reprendre la rencontre, sous une chaleur écrasante. Et ce sont les locaux qui se montrent les premiers en action au retour des vestiaires.

47e minute, le talonneur Khribache, conserve le ballon au chaud dans un maul et ramène les siens à égalité avec la transformation de Gerber (14-14). Globalement, la deuxième période est semblable à la première avec de l’envie de bien faire des deux côtés, et une belle rigueur défensive. Mais des imprécisions techniques trop fréquentes, sont venues hacher le jeu et donner du travail à Mr Datas. Dans le secteur de la mêlée fermée toutefois, les Montois ont pris l’ascendant sur leurs homologues Lot-et-Garonnais, mais les lancements de jeu qui en découlent ne sont pas concluants. Louis Zarantonello à la 73e minute, répond à son homologue talonneur et vient lui aussi marquer son essai en force.

Transformé par Thomas Vincent, le score vire en faveur du SUA (14-21). À une minute du terme c’est encore Mohamed Khribache qui marque, avant que Gerber ne clôture le score 21-21 (79e). Dans un match de reprise haché par les imprécisions techniques de part et d’autre, le SUA n’a pu faire mieux que match nul avec deux équipes composées de essentiellement de recrues et de jeunes Espoirs. Mont-de-Marsan, grâce à un doublé de son talonneur Mohamed Khribache sauve les meubles.

19h00 : Lyon 42 - 19 Grenoble

Un petit retard à l’allumage, mais finalement les Lyonnais ont imposé leur domination dans ce duel amical aux airs de derby. Devant environ 4 000 personnes au stade Pierre-Rajon de Bourgoin, ils l’ont emporté largement, 42-19. Mais le score est flatteur, car les Grenoblois n’ont pas été ridicules, loin de là. Ce sont même les Isérois qui ont surfé sur les quinze jours supplémentaires de préparation pour imposer leur rythme dans le premier tiers de la partie.

Disputée en trois périodes de 30 minutes, cette rencontre a notamment vu Mathieu Bastareaud pousser pour la première fois en mêlée, et il s’en souviendra… pour preuve ses quelques points de suture. L’ancien Toulonnais aura livré une partie intéressante dans ce nouveau rôle de troisième ligne centre, avant d’être remplacé durant le deuxième tiers, après avoir livré de gros efforts. Les deux entraineurs ont d’ailleurs pu effectuer une très large revue d’effectif, avec plus de 70 joueurs observés sur les 90 minutes de match !

Les Grenoblois ont ouvert le bal, surfant sur un Selponi en forme pour permettre à Guillemin d’inscrire le premier essai (9’, 0-7). Et l’ouvreur arrivé de Perpignan était une nouvelle fois à l’origine d’une belle remontée, dans la continuité d’une mêlée où son paquet d’avants avait pourtant subi, pour ensuite voir Taufa transpercer la défense adverse (27’, 7-12). Mais après avoir tenu environ une demi-heure, les hommes de Stéphane Glas ont ensuite craqué.

Si les Lyonnais ont réagi sur leur première offensive, conclue par Couilloud en sortie de regroupement (13’, 7-7), le demi de mêlée s’est offert un triplé. En profitant d’un éclair de Nakaitaci (38’), puis en jouant vite une pénalité (41’). Entre temps, Maurouard était venu bonifier un ballon porté (37’). Dominateurs dans les duels, les joueurs de Pierre Mignoni imposent leur rythme et cassent les plaquages, comme Mignot sur son aile (54’, 35-12).

La suite n’est que maitrise malgré une certaine baisse de rythme. Goujon vient conclure en bout de ligne une action collective des Rhodaniens, (65’, 42-12) tandis que les Isérois sauvent l’honneur d’un ballon porté terminé par Jacquot (88’, 42-19). Mais les joueurs de Stéphane Glas pourront finalement regretter d’avoir craqué dans le second tiers, car ils auront rivalisé face au LOU durant quasiment une heure, posant de vrais problèmes à une équipe qui doit encore monter en puissance avant de défier Clermont le 16 août prochain.

19h00 : Béziers 21 - 17 Carcasonne

19h30 : Provence 28 - 12 Valence Romans

20h00 : Montauban 31 - 21 Nevers

D'amical que le nom... L'USM remporte une rencontre très plaisante que les Montalbanais ont davantage pris à cœur. La preuve avec cette pénalité de la gagne à la 70e minute par Silago, pas commun pour un match de préparation estivale. D'abord avec les ballons portés, ensuite grâce à un joli rugby, Sapiac réussit sa soirée et vainc un adversaire pourtant annoncé un cran au-dessus. Les deux équipes se retrouveront dans le Tarn-et-Garonne pour une revanche le 13 septembre.

20h30 : Bayonne 28 - 30 Stade français

Une semaine après son premier match de la saison face à Nevers, le Stade Français se déplaçait au Pays Basque, à Bayonne. L’Aviron, qui de son côté démarrait son année, rentrait tambour battant dans la rencontre. Les ciel et blanc mettaient beaucoup d’intensité dès les premières minutes et ouvraient logiquement le score avec un essai d’Aymeric Luc, transformé par Brandon Fajardo (7-0, 5e). La réponse des hommes d’Heyneke Meyer ne se faisait pas attendre. Dominateurs en mêlée fermée et profitant de leur supériorité numérique après le carton jaune infligé à Mat Luamanu pour un plaquage haut, ils revenaient à deux unités grâce à une réalisation de l’ancien Bayonnais Adrien Lapègue (7-5, 13e).

Les locaux, emmenés par un Jean Monribot en forme et plein de tonicité, reprenaient une longueur d’avance après une pénalité rapidement jouée par Guillaume Rouet et un essai inscrit par ce même Rouet (14-5, 17e). Alors que la rencontre se montrait un peu plus brouillonne, sur une attaque en première main des ciel et blanc et un ballon cafouillé, Lionel Mapoe interceptait la gonfle et filait dans l’en-but adverse (14-12, 25e). Une pénalité de Steyn, à la demi-heure de jeu, permettait finalement aux hommes de la Capitale de virer en tête à la pause, 14-15. Avec trente nouveaux joueurs sur la pelouse, ou presque, la seconde période démarrait comme la première. Très rythmée.

Malgré un carton jaune à l’encontre de Clément, pour un plaquage sans les bras (41e), les Parisiens prenaient le large lorsque Daguin interceptait une passe de Muscarditz et s’en allait en terre promise (14-20, 42e). Thierry Futeu, dix minutes plus tard, laissait les siens temporairement à treize et l’Aviron en profitait en bonifiant son temps fort avec un essai de Duhau, transformé par Ordas (21-20, 52e). S’ensuivait alors un chassé-croisé qui voyait les Parisiens de Lester Etien reprendre l’avance (21-27, 63e), avant de se faire repasser devant, grâce au dynamisme d’un Maxime Lamothe très en jambes (28-27, 68e).

Finalement, au terme d’une longue dernière action, le Stade Français récupérait une ultime pénalité à 50 mètres face aux perches. Joris Segonds ne tremblait pas et permettait aux siens de l’emporter 28-30.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0