Icon Sport

Top 14 - Yohan Beheregaray (Clermont) : "Cette saison, je prends tout ce qu’il y a à prendre"

Beheregaray : "Cette saison, je prends tout ce qu’il y a à prendre"

Le 13/09/2018 à 16:57

TOP 14 - Avant de rejoindre l’ASM en 2014, le Béarnais a porté le maillot de la Section paloise en cadets et en Crabos. Originaire d’Arudy, à quelques kilomètres au Sud de Pau, ce match a bien sûr une saveur particulière pour le talonneur de 22 ans.

Rugbyrama : L’ASM est première du Top 14 et invaincue. Est-ce qu’il n’y a pas une pression supplémentaire à être désigné comme favori pour le Brennus par les observateurs ?

Yohan Beheregaray : Avec trois victoires et 40 points inscrits à chaque fois, c’est encourageant oui mais à nous de garder les pieds sur terre. Je ne sais pas si nous avons plus d’assurance mais nous savons ce que nous sommes capables de faire. Notre bon début de championnat et notre victoire au Racing n’enlèvent pas la pression. Nous en avons tous les weekends. Nous avons envie de gagner tous les matches et il y a une pression du résultat constante. Nous laissons de côté ce qui se dit à l’extérieur et nous continuons à travailler. Pau va nous attendre mais nous allons être attendus partout. Il faut mettre les ingrédients classiques du rugby si nous voulons exister.

Samedi, tu vas retrouver Le Hameau. Tu avais coché ce match sur ton calendrier ?

Y.B : Bien sûr on surveille toujours le calendrier, on regarde quand on reviendra à la maison. Avant et après le match c’est particulier mais une fois que je suis sur le terrain, cela ne change rien. J’ai découvert ce nouveau stade l’an dernier, c’est devenu vraiment un joli stade même s’il l’était déjà. Il était un peu plus ouvert avant, là on sent vraiment que cela se referme autour de nous, un peu comme au Michelin. C’est toujours plaisant de jouer dans des stades comme ça. Il y aura ma famille et des amis. Mais ils viennent aussi me voir au Michelin, ce ne sera pas la première fois.

L’an dernier, plusieurs jeunes du groupe avait joué ce match au Hameau (Défaite 22-21). Vous avez l’impression d’avoir appris de cette rencontre ?

Y.B : Si nous avions fini le match avec beaucoup de jeunes il ne faut pas oublier que nous étions menés à la mi-temps et que nous avons fait basculer le match en apportant beaucoup d’envie et de rythme. On est repassé devant et il y a cette dernière action qui nous fait perdre mais c’est aussi grâce aux jeunes que l’on est revenu dans la partie.

C’est un mauvais souvenir car on le perd sur la dernière action. On veut se racheter et prendre le maximum de points à Pau. Pour moi, il y a un peu plus cet esprit de revanche car je viens du Béarn mais sur le terrain, je sais faire la part des choses. Je laisse l’affectif de côté.

Top 14 - Clermont contre le Racing 92

Top 14 - Clermont contre le Racing 92Icon Sport

Cette équipe vient de gagner à Grenoble et semble décomplexée ?

Y.B : On est toujours plus décomplexé à l’extérieur car nous n’avons rien à perdre. Samedi, à nous d’être décomplexé, d’avoir une grosse défense, une bonne conquête et de l’agressivité car après, nous savons mettre notre jeu d’attaque en place.

En termes d’agressivité, on peut voir que vous avez déjà mis la barre très haut ?

Y.B : A partir de la deuxième mi-temps du match contre Agen, on a réagi. Nous avons fait le travail dans les rucks et cela facilite le travail pour nos trois-quarts. L’accent a été mis là-dessus. Dans la semaine nous avons des ateliers où il n’y a pas énormément de vitesse mais où il y a beaucoup d’impact afin d’être prêt le weekend. Nous n’avons pas pu mettre cette intensité l’an dernier car on ne voulait pas blesser les joueurs, l’effectif était assez diminué comme ça. Là, l’envie est collective, même les ailiers s’y mettent.

Personnellement comment vis-tu ce début de saison, avec deux entrées en jeu contre Paris et le Racing ?

Y.B : Nous avons fait une bonne préparation, les matches se passent bien donc pour l’instant tout va bien. L’an dernier j’ai fait 20 feuilles de matches, cela reste la saison où j’ai joué le plus depuis que je suis avec les professionnels. C’est paradoxal car même si nous avons été dans la difficulté, j’ai progressé. J’ai enchaîné les matches car John (Ulugia ndlr) a été pas mal touché.

C’est comme ça que l’on progresse le plus : en jouant. Cette saison, je prends tout ce qu’il y a à prendre, je donne le maximum que ce soit sur la préparation physique ou les entraînements, pour jouer le plus de matches possibles. C’est ma troisième saison avec les pros. Tout ce qu’ils m’ont donné quand je suis monté à l’étage au-dessus, c’est aussi à moi de le redonner aux Espoirs qui arrivent et faire un peu le lien entre les plus anciens et les jeunes.

Contenus sponsorisés
0
0