Icon Sport

Victime d'un AVC, le champion du monde U20 Antonin Berruyer se confie pour la première fois

Victime d'un AVC, le champion du monde U20 Antonin Berruyer se confie pour la première fois
Par Nicolas Zanardi via Midi Olympique

Le 19/05/2019 à 21:13Mis à jour Le 19/05/2019 à 21:44

TOP 14 - Au soir du 6 mars, le vice-capitaine de l’équipe de France championne du monde des moins de 20 ans l’an dernier était victime d’un accident vasculaire cérébral, dans sa chambre du centre de formation du FCG. Moins de trois mois plus tard, Midi Olympique l’a retrouvé au stade Lesdiguières pour sa première interview depuis le drame.

Le garçon est résolument positif et souriant. En pleine forme, même, et heureux de vivre, bien que sans certitudes médicales au sujet de son avenir, qu’il rêve toujours sur un terrain de rugby. Le 6 mars dernier, Antonin Berruyer, vice-capitaine des Bleuets champions du monde en juin dernier, était victime d'un accident cardio-vasculaire. Pour Midi Olympique, le Grenoblois a accepté de revenir sur cet épisode : "En clair, je me suis mis à raconter n’importe quoi. J’avais tout à fait conscience de ce que je voulais exprimer, mais les bons mots ne sortaient pas. Pour tout vous dire, au début, les autres croyaient que je jouais au con et que je me moquais d’eux ! J’ai commencé à m’inquiéter, alors je suis allé me poser un moment dans ma chambre, pour récupérer. Mais comme ça ne passait pas, j’ai demandé à Killian Geraci de descendre chercher ma mère, qui était au bord du terrain d’entraînement. Et quand il est remonté avec elle, Killian a eu le bon réflexe en appelant le docteur du club, Anthony Valour. C’est lui qui a immédiatement alerté l’hôpital et dit à ma mère de m’y emmener au plus vite. Voilà comment ça s’est passé...".

L'épisode est effectivement sérieux. "À l’hôpital vers 23h30, je n’arrivais plus du tout à parler. Le seul mot que j’arrivais à dire, c’était "Je..." et je restais bloqué". Désormais hors de danger, Antonin Berruyer sait pourtant qu'il lui reste un long chemin à parcourir. Rejouera-t-il au rugby ? "Beaucoup de gens m’en parlent mais à l’heure qu’il est, je n’ai pas pris de décision […] Si je ne reçois pas d’avis médical formellement contraire, tant qu’on ne me dit pas que c’est interdit, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas reprendre le rugby".

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés