Icon Sport

Un Racing 92 resté sur sa faim

Un Racing 92 resté sur sa faim

Le 13/06/2019 à 18:00Mis à jour Le 13/06/2019 à 18:13

TOP 14 - Qualifié pour les quarts de finale des deux compétitions dans lesquelles il était engagé, le Racing 92 a aussi perdu ses deux matchs à élimination directe. Un bilan moins bon que la saison précédente et donc forcément décevant pour le club de Jacky Lorenzetti.

Le moment fort : L’apogée contre l’UBB (45-27)

À une semaine de son terrible quart de finale de Champions Cup contre le Stade toulousain, le Racing répète ses gammes face à un concurrent direct pour les phases finales. Avant cette vingtième journée, l’UBB est en effet quatrième, deux places et un point devant le club francilien, et se dit que cette année sera la bonne pour se qualifier pour les playoffs. Ce jour-là, les Racingmen font taire tous ceux qui envisageaient une impasse en vue de l’échéance européenne. Les Girondins sont surclassés par le jeu de vitesse des hommes du duo Travers – Labit, qui leur plantent six essais et 45 points dans la musette.

Le troisième acte d’un mois de mars très prolifique pour le Racing 92, après des victoires tout aussi confortables à Grenoble (16-34) et contre La Rochelle (50-14). Avec 129 points marqués en trois matchs, l’attaque altoséquanaise est à son apogée et les promesses d’une fin de saison exceptionnelle sont nombreuses. La suite sera bien plus fade.

Le moment difficile : Le divorce des "Lolo"

Alors que le Racing tente encore de se reconstruire de son échec cuisant en Champions Cup face aux Toulousains (21-22), sa saison prend une nouvelle tournure dramatique peu avant le déplacement à Pau. En cause, les fuites d’une négociation déjà avancée entre la FFR et Laurent Labit pour intégrer le staff des Bleus. Dans l’incertitude et spectateurs d’une fracture naissante entre l’ancien arrière et son binome de toujours Laurent Travers, les joueurs livrent une prestation insipide au Hameau (29-27).

Laurent Labit et Laurent Travers (Racing 92)

Laurent Labit et Laurent Travers (Racing 92)Icon Sport

Pressé de clarifier la situation, Labit s’exécute et annonce au groupe sa décision de quitter le Racing à la fin de la saison. Officialement, les joueurs assurent que le fait d’être fixé leur permettra de se refocaliser sur le sportif. Dans les faits, la copie rendue au match suivant, à domicile face au Stade français (23-27), trahit un mal profond, que les victoires à Perpignan (14-52) et contre Agen (3-35), tous deux démobilisés, ne dissiperont pas vraiment. Le barrage perdu face à La Rochelle (13-19), dans une lithanie d’approximations, en sera l’ultime illustration.

Le tournant : La désillusion européenne face à Toulouse (21-22)

La Champions Cup était, cette année encore, l’objectif prioritaire des Ciel et Blanc. Sorti deuxième meilleure équipe de la phase de poules, le Racing s’est offert le droit de recevoir en barrage. Sa malchance, être tombé sur Stade toulousain, leader éclatant du Top 14. Son malheur, se faire battre par une équipe haut-garonnaise privée de son meneur de jeu Zack Holmes sur carton rouge dès la vingt-deuxième minute de jeu. Ce jour-là, le finaliste de l’édition 2017-2018 a pris une claque majuscule. Il n’aura plus jamais confiance en ce jeu plaisant qu’il avait plutôt bien réussi à développer jusque-là, et restera quelconque jusqu’au bout.

Le joueur clé : l’explosion de Vakatawa

Vu l’effectif et les ambitions du club, disons-le clairement, la saison francilienne est insuffisante en termes de résultats. Au niveau des joueurs, peu d’entre eux ont brillé sur la durée. Virimi Vakatawa fait partie de ceux-là.

Avec 13 essais en Top 14 (meilleur marqueur du championnat), 17 en tout avec la coupe d’Europe, l’ancienne star du rugby à 7 a été le joueur le plus décisif de son équipe cette saison, validant ainsi plus que jamais son repositionnement au centre, amorcé par Laurent Labit au cœur de l’exercice précédent. Seul petit bémol pour le Franco-Fidjien : il n’a pas pesé sur les deux matchs à élimination directe disputés par son club, notamment lors du récent barrage contre La Rochelle où il fut transparent.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0