Icon Sport

Top 14 - Toulouse, un rendez-vous attendu par Grenoble

Toulouse, un rendez-vous attendu par Grenoble

Le 30/08/2018 à 10:05Mis à jour Le 30/08/2018 à 12:17

TOP 14 - Revenu sans bonus de La Rochelle, le FCG dispute samedi (20h45) son premier match de la saison au stade des Alpes face au Stade toulousain. Une rencontre importante pour Grenoble à plus d’un titre.

Ouvrir son compteur victoire

Malgré une possession en sa faveur (59 %), le FCG n’est pas parvenu à accrocher ne serait-ce qu’un point à La Rochelle (21-28). Un bonus qui aurait été pourtant mérité. En tout cas, Grenoble a montré des premiers signes rassurants sur sa capacité à exister en Top 14. "En partant à La Rochelle, on n’était pas inquiets", rétorque le troisième ligne centre Loïc Godener. On croyait en nous. "On a joué crânement notre chance. Cela ne nous a pas souri. Je pense qu’on s’est trop précipité à la fin. On a vu qu’on pouvait faire quelque chose. On a été tous un peu comme des gamins excités à se dire : ‘on va faire le coup’. Le problème est que l’on a tout misé sur la vitesse et on a perdu la propreté." Pour son premier match à domicile samedi (20h45) au stade des Alpes, "il va falloir ramener des points et pas le point de bonus défensif", glisse avec le sourire l’ancien pensionnaire du Racing. "On doit montrer une très bonne image et surtout prendre des points", abonde le pilier droit Davit Kubriashvili.

Donner le ton à domicile

La saison dernière en Pro D2, seul Perpignan avait réussi à s’imposer en Isère (17-24). Grenoble va chercher à rester aussi solide sur ses terres en Top 14 cette saison. "Si on pense en calculs, si on gagne tous nos matchs à domicile, on est maintenu, souligne Loïc Godener. On sait que ça va être compliqué mais on va tout faire pour ne pas craquer et faire du stade des Alpes le plus longtemps possible une citadelle imprenable." Battre le Stade toulousain ce week-end, auteur d’un bon match nul (16-16) à Lyon, enverrait un message à la concurrence. "On doit marquer notre territoire, exhorte Davit Kubriashvili. L’équipe a montré du caractère, a bataillé jusqu’au bout à La Rochelle. Il faut continuer à s’améliorer cette semaine. On doit répondre présent face à cette belle équipe."

Maintenir l’engouement suscité contre Oyonnax

Si la dernière rencontre du FCG en Top 14 remonte au 6 mai 2017 face à son voisin lyonnais (53-21), les Isérois ont disputé ce fameux barrage d’accession face à Oyonnax le 12 mai dernier. Dans une ambiance exceptionnelle au stade des Alpes où 18 500 spectateurs s’étaient massés, les Isérois ont décroché avec la manière (47-22) leur ticket pour l’Élite. Il s’agit désormais de maintenir ce bel élan populaire, cet engouement. "Il faut qu’on reste sur cette dynamique en tribunes et qu’on apporte vraiment un vrai public à cette équipe qui a retrouvé le Top 14", souhaite Cédrick Kambourian, président des Mammouth’s, un des groupes de supporters grenoblois. À l’image de Loïc Godener, les joueurs sont impatients de retrouver le stade des Alpes, en espérant pouvoir revivre des moments forts comme celui face à l’USO. "Je pense que cette ambiance au stade des Alpes, je l’ai vue peut-être à Marcel-Deflandre mais pas dans beaucoup de stades. Quand le public grenoblois répond présent, ça fait du bruit."

Se mesurer à une référence

Même si Toulouse a connu un creux ces dernières années, il demeure une référence du rugby français. "Ça reste toujours un leader dans le championnat, une des meilleures équipes", confirme Davit Kubriashvili. Barragiste la saison dernière, le club aux dix-neuf titres de champion de France a retrouvé des couleurs. L’affronter est toujours un événement à ne pas manquer. "Toulouse, ça reste Toulouse. Ils ont des joueurs incroyables. C’est toujours un plaisir de se confronter à des bons joueurs chaque week-end", résume Loïc Godener.

Contenus sponsorisés
0
0