Midi Olympique

Top 14 - Toulouse s'offre le Racing et suit le train infernal de Clermont

Toulouse s'offre le Racing et suit le train infernal de Clermont

Le 15/09/2018 à 22:28Mis à jour Le 16/09/2018 à 11:09

TOP 14 - Vainqueur 30-17 du principal choc de cette 4ejournée face au Racing, le Stade Toulousain conserve, à l'instar de Clermont, son invincibilité en TOP 14. Mais, comme contre La Rochelle il y a une semaine, les hommes d'Ugo Mola laissent filer un bonus offensif qui leur tendait les bras.

Le Stade Toulousain enchaîne. Après un match nul en ouverture du championnat sur la pelouse du LOU, les coéquipiers de Jerome Kaino ont signé une troisième victoire consécutive ce samedi soir. Une victoire sans réellement trembler (30-17), face à un Racing des mauvais soirs. Les Franciliens, qui ont fait le voyage en Haute-Garonne sans Finn Russell ou encore Virimi Vakatawa, ont mordu la poussière à Ernest-Wallon. Rapidement mené 14-3, après deux essais de Mermoz (7e) et Guitoune (22e), le club ciel et blanc a laissé passer l'occasion de revenir en fin de première période et surtout au retour des vestaires. Toulouse a bien failli en profiter pour signer une victoire bonifiée. C'était sans compter sur une fin de match poussive.

Top 14 - Maxime Mermoz, Romain N'tamack (Toulouse) contre le Racing

Top 14 - Maxime Mermoz, Romain N'tamack (Toulouse) contre le RacingRugbyrama

Nakarawa se loupe en 8

Cette affiche entre deux des trois équipes installées sur le podium du Top 14, avant le coup d'envoi de cette 4e journée, avait de quoi faire saliver sur le papier. Au terme de 80 minutes marquées par multitude de scories et un temps fou passé à disputer des mêlées fermées, les observateurs avertis sont plutôt restés sur leur faim. Malgré une entame prometteuse, avec une volonté de jouer des deux côtés et un rythme effréné sur certaines séquences, le duel n'a pas tenu la distance. A l'image d'un Nakarawa, repositionné au centre de la troisième ligne, qui s'est peu à peu éteint pour finir par marcher sur la pelouse en regardant ses coéquipiers plaquer à tour de bras face à un Stade Toulousain alors en infériorité numérique (45e).

La gestion catastrophique des 10 minutes passées à 15 contre 14, au retour des vestiaires, a plombé les hommes du duo Labit-Travers. Tout près de marquer juste avant la pause, après trois minutes dans les 5m adverses, les Racingmen ont donné l'impression de ne même pas chercher à mettre la main sur le ballon pendant que Tekori purgeait sereinement sa suspension de 10 minutes, pour succession de fautes, sur le banc. Pire, ils ont encaissé, dans ce laps de temps, un troisième essai signé Guitoune (47e), auteur d'un doublé devant son public.

Toulouse laisse encore échapper une victoire bonifiée

Emmené par un Thomas Ramos encore impeccable au pied, et qui a donné des sueurs froides à la défense adverse sur plusieurs relances, Toulouse n'a pourtant pas retenu la leçon du week-end précédent. A deux doigts de se faire rattraper par la Rochelle après avoir mené 26-0, bonus offensif en poche, le Stade a encore quelque peu terni sa partition pour sa deuxième réception consécutive. Surclassé 21-3, le Racing est revenu à un essai du match nul en l'espace de 30 minutes. Réveillés par Imhoff, sur une remontée de balle de 70 mètres (51e), les Franciliens n'ont d'ailleurs laissé entrevoir le bonus offensif à Toulouse que l'espace de quatre minutes.

Top 14 - Jordan Joseph (Racing 92) contre Toulouse

Top 14 - Jordan Joseph (Racing 92) contre ToulouseMidi Olympique

Après Zebo (52e), auteur de son 3e essai personnel cette saison, c'est Imhoff, encore lui, qui a relancé un peu le suspense en fin de match (74e). Avant que la botte de Ramos ne ramène finalement, et logiquement, le Racing à la raison. A des années lumières de leur claque infligée à Agen (50-7) la semaine passée, les coéquipiers d'Henry Chavancy rentrent bredouilles de leur second déplacement. Avec, pour seule satisfaction, le fait d'avoir privé des 5 points de la victoire un adversaire direct pour les phases finales. Toulouse, seule équipe qui n'a toujours pas connu le goût de la défaite avec Clermont, pointe toutefois à 4 unités de l'ASM au classement. En raison, en partie, de ses bonus laissés en route.

Contenus sponsorisés
0
0