Midi Olympique

Toulouse a retrouvé son Graal

Toulouse a retrouvé son Graal

Le 26/06/2019 à 16:28Mis à jour Le 26/06/2019 à 19:26

TOP 14 - Saison de titre et de records en pagaille pour un Stade Toulousain revenu au sommet, sept ans après son dernier Bouclier de Brennus. Ces Rouge et Noir jeunes et décomplexés ont plané sur cette saison avec aisance et folie.

Moment fort : Le succès à domicile contre le Leinster

Evidemment, soulever à nouveau ce Bouclier qui n’avait plus arpenté le Capitole depuis sept ans reste ce que la plupart des Stadistes retiendront dans quelques années. Mais peut-être qu’un autre moment a été fondateur : la réception du Leinster en Coupe d’Europe le 21 octobre 2018. Quadruple vainqueur de l’épreuve et tenant du titre avec une équipe ressemblant fort au XV d’Irlande, les Celtes venaient en conquérants à Ernest-Wallon pour le leadership de la poule 1 et montrer qui était le patron sur le Continent.

Et avec une équipe avec beaucoup d’éléments inexpérimentés à ce niveau, non seulement les joueurs de Mola, Sonnes et Servat ont gagné (28-27) mais ils ont aussi élevé leur niveau pour ne plus jamais le baisser de la saison. Ils ont aussi prouvé qu’ils disposaient d’une profondeur de banc inattendue et qui allait s’avérer payante durant une longue saison de près de 365 jours et 14 opérations chirurgicales.

Champions Cup - Yoann Huget (Toulouse) contre le Leinster

Champions Cup - Yoann Huget (Toulouse) contre le LeinsterIcon Sport

Moment difficile : La débâcle polémique à Montpellier

66 points à Montpellier. Accusés de faire tourner et d’envoyer la marmaille à l’abattoir un certain 23 septembre 2018, les Haut-Garonnais ont encaissé un lourd 66-15 au GGL Stadium (5e journée). Le staff n’a eu de cesse de répéter, à raison, que l’expulsion prématurée de Faasalele (17e) avait changé la donne ce cette rencontre. Mais au-delà de la lourdeur du score, ce revers polémique a eu comme effets positifs de donner de l’expérience à la jeune génération et aux joueurs moins utilisés, tout en boostant aussi tout un effectif riche de quelques 45 éléments qui s’est juré un « plus jamais ça. »

Le tournant : Ce quart européen mémorable au Racing 92

Spécialistes des tournants et retournements de situations lors de plusieurs rencontres mal embarquées, les Rouge et Noir ont aussi connu un tournant clé dans leur saison, malgré une extrême régularité de bout en bout. Il s’agit du quart de finale de Champions Cup au Racing 92 le 31 mars 2019. Il s’agissait déjà du premier match de phase finale de la saison, ce qui donnait le LA pour la suite.

La déception des joueurs du Racing 92 contre Toulouse

La déception des joueurs du Racing 92 contre ToulouseIcon Sport

L’absence du cadre Tekori sur la feuille de match (en deuil) ou l’expulsion rapide de Zack Holmes (23e), les Toulousains s’en sont servis tels des atouts. Face à la solidité du pack francilien, les hommes du président Didier Lacroix ont osé sortir un avant pour rester au complet derrière sur le synthétique de l'Arena. La stratégie a été payante et le succès à fort suspense (22-21) les a lancé vers une folle fin de saison, même si les Stadistes ont logiquement chuté chez un Leinster plus fort en demie européenne.

Le joueur : Sofiane Guitoune, comme jamais

Kaino a été un guide, Mauvaka ou Tauzin des révélations et Kolbe a confirmé qu’il était l’un des tous meilleurs joueurs du Top 14 quand Dupont peut-être le meilleur Tricolore. Mais un certain trois-quarts a semblé flotter au-dessus des autres et des matches. On avait souvent l’impression qu’il suffisait de donner le ballon à ce centre de 30 ans pour qu’il débloque les rencontres en marquant ou en faisant marquer en toute facilité. Épargné par les blessures et installé au centre malgré sa polyvalence, Sofiane Guitoune a marqué les esprits. Avec 12 essais au compteur au final et son éternel sourire, il a même été rappelé en équipe de France.

Top 14 - Sofiane Guitoune (Toulouse)

Top 14 - Sofiane Guitoune (Toulouse)Icon Sport

La stat : 3 défaites en championnat

Les records sont tombés cette saison avec les joueurs de la Ville rose : plus grande série d'invincibilité (14 matches), plus grand nombre de points (42) et de victoires (9) en voyages, plus grosse remontée durant un match (29 points à l’UBB), meilleur total final de points au classement (98) ou plus grand nombre d'essais marqués (102). Mais l’un des chiffres les plus parlants et qui se retient est le nombre de défaites en championnat. 3. Les Stadistes n’ont perdu qu’à trois reprises sur toute une saison de Top 14. Ce fut à Montpellier, contre Castres et à Toulon. Mémorable. Comme cette saison.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0