Icon Sport

Toulon, nouvelle donne à la mêlée

Toulon, nouvelle donne à la mêlée

Le 08/10/2020 à 10:02Mis à jour Le 08/10/2020 à 11:17

TOP 14 - Si Baptiste Serin semble aujourd'hui indiscutable au RCT, Sonatane Takulua et Anthony Méric prouvent apparition après apparition qu'ils sont bien plus que de simples remplaçants de luxe. Ancien demi de mêlée international, mais également entraîneur toulonnais jusqu'à la saison passée, Sébastien Tillous-Borde analyse les forces et l'émulation de ce trio particulièrement complémentaire.

Qu'il semble loin, le temps où Patrice Collazo devait composer avec le départ Baptiste Serin de pour le Tournoi des 6 Nations, la blessure d'Anthony Méric et les envies d'ailleurs de Rhys Webb. Pourtant, pas plus tard qu'en janvier dernier, seul Yoan Cottin pouvait évoluer à la mêlée toulonnaise, et le staff varois ne pouvait que croiser les doigts pour qu'il ne lui arrive rien. Alors quand dix mois plus tard, le RCT possède dans son effectif trois joueurs en pleine forme, c'est tout un club qui respire.

Ancien demi de mêlée international, mais également entraîneur des lignes arrières du RCT lors des deux dernières saisons -et alors qu'il vient d'obtenir son diplôme pour devenir manager- Sébastien Tillous-Borde a accepté d'analyser les forces toulonnaises au poste de numéro 9, affirmant que "Toulon est bien armé avec ces trois mecs aux profils très complémentaires. Ils peuvent faire évoluer leur stratégie en fonction des matchs, de la météo, des adversaires. Et avoir deux 9 internationaux, qui ont connu des Coupes du monde, auxquels on ajoute un mec qui peut franchir un cap, c'est intéressant pour le RCT".

Baptiste Serin, le "leader de ce groupe"

Blessé (comme il l'est depuis le quart de finale de Challenge Cup) ou non, Baptiste Serin demeure un joueur indiscutable au RCT. Demi de mêlée de classe internationale, qui peut également dépanner à l'ouverture, l'ancien bordelais a la confiance du staff, du groupe et prouve l'étendue de ses talents sortie après sortie. "Baptiste est arrivé après la Coupe du monde 2019 et s'est immédiatement intégré, raconte Sébastien Tillous-Borde. Que ce soit sur ou en dehors du terrain, il s'est imposé comme le leader de ce groupe. Il fait le lien entre les trois-quarts et les avants, est apprécié par tous les joueurs et il a autant de poids dans le vestiaire que sur le jeu".

Top 14 - Baptiste Serin (Toulon) contre Lyon

Top 14 - Baptiste Serin (Toulon) contre LyonIcon Sport

Alors qu'il souhaitait donner un nouvel élan à sa carrière en rejoignant la rade, Serin a prouvé à qui pouvait en douter qu'il était sans discussion possible l'un des meilleurs neuf européens. "La mayonnaise a donc pris, et Baptiste est devenu important. Il a pris le jeu à son compte, a participé à la construction du projet et est devenu indispensable. En signant à Toulon, Baptiste voulait franchir un cap, et je crois qu'il a plutôt réussi ce challenge : il marque, joue, s'amuse, tente des coups, est décisif". Accélérateur émérite, Serin est en plus devenu un "animateur parfait" depuis son arrivée sur la rade : "Il sait trier les ballons, sentir les coups, accélérer ou non. Il est serein, et ne panique jamais. Si on ajoute une technique de passe et un jeu au pied de qualité, Baptiste est un joueur de très haut-niveau".

Sonatane Takulua, la "bonne pioche"

Arrivé en provenance de Newcastle en février dernier, pour pallier au départ de Rhys Webb, l'international tongien (29 ans, 38 sélections) a immédiatement eu du temps de jeu. Malheureusement, son élan a rapidement été stoppé par la Covid-19. "À Newcastle c'était un leader, et il nous avait posé des problèmes quand on les avait croisés en Coupe d'Europe. Alors quand Laurent Emmanuelli est parvenu à le recruter en cours de saison dernière, c'était une excellente pioche". Dans un profil différent de Baptiste Serin, "Tane" a su parfaitement gérer le confinement, pour revenir en grande forme dès le début de saison, et s'imposer comme une alternative de luxe à l'international tricolore. "C'est super intéressant d'avoir plusieurs joueurs de haut-niveau, et Sonatane en est un : il a 38 sélections, une bonne passe, un bon jeu au pied, peut buter, est intelligent en défense et peut mettre de la vitesse malgré sa puissance. Son profil est super intéressant pour Toulon".

Challenge Cup - Sonatane Takulua (Toulon) contre les Scarlets

Challenge Cup - Sonatane Takulua (Toulon) contre les ScarletsIcon Sport

Titulaire en l'absence de Baptiste Serin (touché à l'acromio-claviculaire), le Tongien a montré qu'il avait les épaules pour mener l'attaque toulonnaise. "Il amène de la concurrence à Baptiste et une véritable plus-value au groupe. C'est excellent pour le RCT. Et même s'il a aujourd'hui moins d'aura sur le groupe que ne peut en avoir Baptiste, il se montre à son avantage à chaque rencontre. Sonatane peut ralentir le jeu, l'accélérer et s'adapter à la rencontre. C'est un stratège aguerri, capable de se montrer à son avantage dans un jeu cadré, mais qui peut également sortir du cadre si le jeu l'impose". Et s'il demeure un cran derrière l'indiscutable Baptiste Serin, Takulua devrait encore enchaîner avec le départ de l'ancien bordelais en équipe de France. Une bonne nouvelle pour le RCT comme pour le joueur, qui semblent s'être bien trouvés.

Anthony Méric, "il va avoir le déclic"

Joueur de grand talent, et alors qu'il devait écraser toute forme de concurrence à son plus jeune âge, Anthony Méric a vu son explosion être freinée par deux ruptures des ligaments croisés. Pourtant, pour sa septième saison sur la rade, le Montalbanais semble être enfin en passe de suivre sa destinée. "Antho, le pauvre, a connu deux saisons quasi-blanches. Quand t'es jeune, talentueux, que tu as besoin de confiance et que tu te pètes deux fois en un an, c'est horrible. Ça lui a demandé beaucoup de patience, et il a énormément travaillé pour retrouver son rugby. Aujourd'hui j'ai l'impression qu'il revient très bien. Il a besoin de jouer, et s'il arrive à enchaîner il peut apporter beaucoup au RCT". Reconnu pour sa capacité à coller au ballon, à sentir le jeu et à mettre de la vitesse, l'ancien pensionnaire du pôle France apporte du gaz à chacune de ses entrées, et s'est notamment illustré en inscrivant un essai contre Toulouse.

Top 14 - Anthony Meric (Toulon) contre Toulouse

Top 14 - Anthony Meric (Toulon) contre ToulouseMidi Olympique

"Il fait de bonnes entrées, et je pense qu'il est en train de franchir un cap. Quand je jouais, c'était un jeune prometteur, et même s'il a perdu deux années, il n'en demeure pas moins un joueur de talent. Plus encore que Baptiste et Sonatane, Anthony est un éjecteur. Il va très vite, est très endurant et il peut mettre le danger sur les défenses. Il doit encore progresser sur sa passe, son jeu au pied, mais a tout pour réussir. Selon moi, c'est le moment où jamais pour lui. À 25 ans, Anthony n'est plus un jeune joueur, et cette saison il doit atteindre son meilleur niveau. Le club l'a prolongé d'une saison, lui fait confiance et je suis convaincu que s'il prend les choses à son compte, il va avoir le déclic. Ce ne sera jamais un demi de mêlée de 90 kilos, mais il aime plaquer, aller au combat et c'est un mec qui sent le rugby". Comme Takulua, Méric devra profiter du départ de Baptiste Serin pour accumuler du temps de jeu, et montrer à qui peut bien en douter qu'il peut s'imposer comme un joueur de premier choix à Toulon.

Contenus sponsorisés