Icon Sport

Paiva : "On a encore une grande marge de progression"

Paiva : "On a encore une grande marge de progression"

Le 11/10/2019 à 16:37

TOP 14 - À 23 ans, Thierry Paiva, assure depuis le début de saison, en tant que pilier gauche. En l'absence de Jefferson Poirot et de Peni Ravaï, l'Union peut s'appuyer sur ce pur produit de la formation girondine. Échange avec un pilier qui représente l'avenir de la conquête de l'UBB.

Thierry, comment digère-t-on la défaite à Lyon après une telle performance de votre équipe ?

C'est très difficile à digérer. Mais, en même temps, aujourd'hui (N.D.L.R. mardi) on a fait la vidéo, on est revenu sur le match, on a vu ce qui a fait qu'on perd le match et c'est ce qui a fait qu'on aurait pu le gagner. En lui-même, ce match a été très rude. On a pensé jusqu'au bout pouvoir le gagner. Après, on est tombé sur une équipe qui était très réaliste et qui a su marquer à chaque fois qu'elle est venue dans notre camp. Et une fois, qu'elle a pris le score en cette fin de match, cela a été très dur de revenir. On a beaucoup appris de ce match et je pense que cela va nous servir pour les rencontres qui vont arriver, notamment les deux prochains, Clermont et Brive.

Personnellement, 6 matchs, 5 titularisations, 1 seule fois remplaçant, votre début de saison est réussi ?

Oui. Je profite entre parenthèses de l'absence de Peni (Ravai) et de Jeff (Poirot). Après, je me sens très bien depuis l'an dernier. Sur le début de saison, je me sens aussi bien et j'ai la chance que les coachs continuent à me faire confiance. J'essaye de donner le meilleur de moi-même et on verra par la suite comment cela va se passer.

La conquête de l'UBB, notamment en mêlée est en dents de scie : bien un jour, dominée un autre. Comment l'expliquez-vous ?

C'est vrai. Cela peut-être différent d'un match à l'autre. C'est une remise en question à chaque match, même à chaque mêlée. C'est important de le garder en tête. Contre Montpellier, on a eu une conquête très difficile. On a eu du mal à s'adapter par rapport à l'arbitrage et à la manière dont le droitier se positionnait. On a travaillé et rectifié le tir pour Lyon. On savait que la conquête allait être un niveau au-dessus et que si on n'était pas prêt pour ce match, cela allait être très compliqué pour pouvoir exister à Lyon.

Top 14 - Les packs de Bordeaux-Bègles et Lyon s'affrontent en mêlée fermée

Top 14 - Les packs de Bordeaux-Bègles et Lyon s'affrontent en mêlée ferméeIcon Sport

Imaginiez-vous un tel parcours de l'UBB en début de saison ?

Je ne l'imaginais pas trop. Je suis plutôt quelqu'un qui prend les matchs les uns après les autres. Je savais, par contre, que l'on avait à cœur de se racheter par rapport à la fin de saison dernière. C'était important pour nous de commencer très fort avec un nouveau staff, de nouveaux joueurs qui apportent beaucoup au groupe. Mais c'est vrai que l'on est très content de ce début de saison et on fait tout pour que cela continue comme cela.

Les entraînements que vous proposent Christophe Urios et son staff sont-ils aussi physiques qu'on le dit ? Comment le vivez-vous ?

Oui, ce sont des entraînements intensifs, mais après, sur le terrain, on retrouve les résultats. Ce qui importe le plus. Et puis après, au-delà d'être intensifs, ce sont des entraînements très bien gérés. Toutes les séances ne sont pas aussi intensives. Cela dépend de la semaine. Les premiers jours sont un peu plus calmes et cela monte en puissance. La deuxième séance est souvent en volume et après en fin de semaine, c'est plutôt sur de la vitesse. Alors, oui, c'est intensif, mais par contre le week-end, on se sent très bien. Donc cela porte ses fruits.

Vous faites partie des jeunes joueurs issus de la formation girondine. Est-ce une responsabilité supplémentaire ?

On est en effet quelques-uns comme Lucas Méret, Matthieu Jalibert, Jules Gimbert. C'est bien pour le club d'avoir des jeunes qui percent. Pour nous, c'est une grosse fierté de pouvoir porter les couleurs de notre club de cœur. J'espère que cela va continuer longtemps. Au-delà de ça, on est très content avec tous les joueurs. C'est toujours un plaisir de jouer chez soi devant ses amis, devant sa famille. C'est une motivation supplémentaire, quelque chose de très beau.

Top 14 - Matthieu Jalibert (Bordeaux-Bègles) contre Montpellier

Top 14 - Matthieu Jalibert (Bordeaux-Bègles) contre MontpellierIcon Sport

Quelle est la marge de progression que vous vous donnez, personnellement ?

Sur le début de saison, j'ai eu du mal à retrouver un peu mon rythme. C'était dû à ma blessure en fin de saison et à ma préparation que je n'ai pas pu débuter avec tout le monde. J'ai repris plus tard et donc sur les premiers matchs, j'ai eu du mal à trouver mon rythme. Là, plus je joue et plus je me sens bien. Mais j'ai encore une bonne marge de progression sur des secteurs que j'ai ciblés. Je sais qu'avec le temps, à force de jouer, cela va s'améliorer.

Et la marge de progression de l'UBB, à combien l'estimez-vous ?

On l'a vu encore ce week-end. Malgré nos bons résultats, je trouve que l'on a encore une grande marge de progression, notamment sur la gestion des temps forts et des temps faibles, sur ces moments là, où l'on n'avait pas l'habitude d'être si prêt à l'extérieur, sur de gros matchs comme ça. C'est là, où on peut progresser le plus : sur la gestion de ces moments. Mais pour cela, on a le staff, des joueurs d'expérience qui sont arrivés. Et on en parle. Il y a aussi la conquête où on doit continuer à progresser. Quelques fois, elle nous fait défaut. On peut être plus régulier. Cela nous aidera encore plus à avoir de meilleurs résultats.

Dimanche prochain, vous allez affronter un autre grand du championnat Clermont. Comment allez-vous aborder ce match ?

Clermont, c'est en plus assez souvent des matchs ouverts. Cela ne se joue jamais à une grande différence. Le nom suffit. Clermont, on sait que c'est une grande équipe. On va bien se préparer pour ce match. Après Lyon, attaquer sur Clermont, ce n'est pas trop compliqué à préparer. Il faut juste être prêt. On enchaîne avec encore une grosse équipe. Et après, on a envie de se racheter de cette défaite, car on voulait vraiment réaliser quelque chose à Lyon.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0