Icon Sport

Sur fond de période internationale, les Toulousains au révélateur briviste

Sur fond de période internationale, les Toulousains au révélateur briviste
Par Rugbyrama

Le 17/10/2020 à 11:22Mis à jour Le 17/10/2020 à 11:26

TOP 14 - Alors que le Stade toulousain sera amputé de nombreux internationaux durant l'automne, ces derniers auront une dernière chance de se montrer en club, face à Brive ce samedi (15h35). Face à tout ces départs, c'est un deuxième championnat qui commence pour les hommes d'Ugo Mola, et le déplacement en Corrèze n'est pas un cadeau.

Alors que le Stade toulousain sort d'une belle victoire chez le Racing 92 et tient sa place de leader, c'est une toute autre phase du championnat que vont aborder les joueurs d'Ugo Mola. En effet, la longue période internationale privera Toulouse de nombreux cadres qui partiront avec les Bleus : François Cros, Antoine Dupont, Cyril Baille ou encore Thomas Ramos. En tout, il sont huit. Mais la force du Stade toulousain depuis plusieurs années, et cette saison encore, c'est sa profondeur de banc. Et elle sera de nouveau primordiale lors des journées à venir.

Face à Brive cet après-midi (15h35), ça sera la dernière chance pour Julien Marchand et consort de se montrer sous le maillot rouge et noir. "On avait annoncé avant le début de la saison avoir en quelque sorte plusieures compétition à jouer" prévient Clément Poitrenaud, l'entraîneur des skills. "Mais on est contents pour les joueurs qui partent, on ne peut que se réjouir de pratiquer un rugby qui permet à nos joueurs d'évoluer au plus niveau. Mais on s'est préparé à cette période, on commence à être habitué entre maintenant et la saison dernière avec la Coupe du Monde".

Balès : "À des joueurs comme moi de prendre des responsabilités"

Le Stade Toulousain a l'habitude de ces périodes de doublon, mais cela lui a quand même souvent fait défaut. Les habituels remplaçants vont donc devoir reprendre le flambeau, des joueurs comme Alexi Balès, Antoine Miquel, Zack Holmes ou Louis-Benoît Madaule. Mais Toulouse pourra aussi compter sur des joueurs très importants qui resteront comme Aldegheri, Médard, Tekori ou encore Tauzin. "Tout le monde doit répondre présent et il y a beaucoup de qualité dans cet effectif" selon Alexi Balès, arrivé de La Rochelle à l'intersaison et qui sera titulaire à la mêlée cet après-midi. "À des joueurs comme moi de prendre des responsabilités" raconte le principal intéressé.

L'ancien joueur d'Agen, où il avait été révelé au grand public, devra donc saisir sa chance dès cet après-midi. Et quand on lui parle de pression, Alexi Balès est lucide : "Bien sûr qu'il y a toujours une forme de pression, mais il y a une dynamique qui s'est enclenché en ce début de saison, à nous de s'engouffrer dans cette dynamique".

Le test briviste, pas un cadeau

Le Stade Toulousain va donc entamer ce "nouveau championnat" avec un déplacement plus que périlleux à Brive. Un endroit qui ne réussit pas tellement aux Toulousains qui n'ont gagné qu'une fois à Amédée-Domenech sur les 10 dernières années. "C'est une équipe qui est très difficile à manoeuvrer à domicile, qui est très agressive, qui est bien organisée, on s'attends à beaucoup de combat" analysait Clément Poitrenaud. Les Toulousains pourront s'appuyer sur un banc XXL pour se sortir du piège corrézien. En effet, Dupont, Baille, Cros ou encore Ntamack sont remplaçants.

Mais en face, les Brivistes réalisent un bon début de championnat avec deux victoires à domicile et un bonus défensif arraché à Bordeaux. Une confiance adverse dont se méfie le membre du staff toulousain. "On sent beaucoup de solidarité dans cette équipe, leur jeu est clair mais il y a peu de brèches dans leur défense, ils travaillent les uns pour les autres". L'année dernière, les Toulousains avaient fait l'amére expérience de cette solidarité et aggresivité de tout les instants de Brive car les Haut-Garonnais s'étaient inclinés 23-9. "On a tous en mémoire ce match de la saison dernière" se souvient l'ancien international français. "On avait pris ce match au sérieux mais ont s'était fait surprendre mais sur du jeu rapide. Brive, ce n'est pas qu'un jeu d'avant, c'est aussi des initiatives".

Mais les Brivistes devront faire avec moins de supporters qu'à l'accoutumée. "Pour le coup, la jauge partielle ne sera pas négligeable car on connaît la ferveur de ce public". Malgré tous les voyants au vert, Toulouse devra donc rester bien sur ses gardes. "Tout va bien oui" admet Clément Poitrenaud "sauf que l'on va regarder un finale de Coupe d'Europe à la télé". De quoi peut-être motiver le Stade toulousain qui, s'il l'emporte, pourrait prendre le large en tête du championnat.

Par Kenny Ramoussin

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés