Other Agency

Stade Rochelais : Plisson (déjà) comme à la maison

Stade Rochelais : Plisson (déjà) comme à la maison

Le 03/12/2019 à 13:53Mis à jour Le 03/12/2019 à 14:28

TOP 14 - Ovationné et décisif pour ses premiers pas avec le Stade Rochelais samedi dernier face à Castres (22-13), Jules Plisson ne pouvait pas vraiment rêver meilleurs débuts sous ses nouvelles couleurs. L'enfant du Stade Français a marqué de précieux points pour la suite de son aventure.

À peine arrivé, déjà adoubé. En manque de temps de jeu et la tête un brin au fond du seau depuis des mois, Jules Plisson a engrangé une sacrée dose de confiance en l'espace de quelques jours, sur les bords de l'Atlantique. Alors que personne ou presque n'avait vu venir l'épisode de son transfert mi-novembre, et que certains supporters rochelais raillaient même son arrivée, l'ancien parisien a finalement eu le droit à un comité d'accueil rarement vu, si ce n'est jamais, pour le baptême d'une recrue à Marcel Deflandre. A l'image des "Plisson, Plisson, Plisson" scandés par le public maritime sur ses premiers points inscrits en jaune et noir (69e). Frissons garantis.

Avant même son entrée en jeu remarquée et emplie d'émotion à la 54e minute de jeu, Jules Plisson avait pu jauger sa cote de popularité à l'échauffement puis lors de l'annonce de la composition des équipes. Applaudi comme s'il était le chouchou des bagnards depuis des années, l'international de 28 ans a aussi été salué, après coup, par Jono Gibbes et ses coéquipiers présents en conférence de presse. "Taper le ballon de presque 50m, c'est énorme [...] Il a eu l'opportunité de montrer sa classe", appréciait le directeur du rugby rochelais. 50m comme la distance trouvée au pied sur son premier ballon, puis, à peu près, celle de sa première tentative loin d'être évidente, à gauche des perches castraises.

Une intégration facilitée

Lancé par le staff jaune et noir à 16-13 en faveur de La Rochelle - un contexte pas franchement des plus favorables - Jules Plisson n'a pas tremblé pour réussir ses deux tirs au but, mettre à l'abri les siens en fin de match et sortir le Castres Olympique du bonus défensif. Cela ne surprend pas son pilier gauche Dany Priso, aux côtés duquel il a déjà évolué par le passé : "On ne lui pas mis la pression, on l'a mis à l'aise dans le groupe." Même son de cloche chez Brock James : "Il a un petit entourage ici, avec lequel il a joué au Stade français. Ils sont à l'aise dans le groupe. Il est vite rentré, on l'a vu par la performance ce soir. Rentrée très importante."

Geoffrey Doumayrou, Jérémy Sinzelle, Ramiro Herrera, Dany Priso ou encore le responsable du développement du Stade Rochelais Robert Mohr...Jules Plisson en connaît, du monde, dans sa nouvelle maison. Même après 14 années passées dans son club de cœur, le Stade Français, l'ouvreur international aux 18 sélections, n'a pas connu un dépaysement total en rejoignant la deuxième formation professionnelle de sa carrière. Il a même été croisé en train de rigoler, jeudi dernier, avec son ancien coéquipier puis entraîneur parisien Julien Dupuy, actuellement en tournée dans les clubs en tant que membre du staff de l'équipe de France U20 développement. Bref, comme à la maison, Jules Plisson.

Une simple doublure ?

Avec seulement 94 minutes de jeu dans les jambes cette saison avant de refouler les pelouses du Top 14 contre Castres, Jules Plisson sait que le chemin reste long et encore semé d'embuches pour être compétitif comme par le passé. Une seule fois titulaire en cinq apparitions, l'ex-parisien s'était notamment distingué pour avoir raté l'immanquable face...à La Rochelle ! C'était le 30 août dernier à Deflandre, lors de la 2e journée du championnat, avec la transformation du match nul au bout du pied après la sirène. Trois mois jour pour jour avant ses débuts plus qu'intéressants sous le maillot maritime. Des débuts qui demandent maintenant confirmation.

Il y a une réelle carte à jouer à son poste, à l'ouverture. Entre un Maxime Lafage pas dans les plans, un Brock James amené à intégrer le staff dès la saison prochaine, un Ihaia West en méforme car pressé comme un citron jusqu'à la dernière goutte la saison passée, l'ex-parisien ne manque pas d'espoirs pour prendre régulièrement les rênes du jeu rochelais. Qu'en pense le principal intéressé ? Couvé par son nouveau club le temps de poser ses valises et de se mettre dans le bain, Jules Plisson ne s'est pas encore confié aux médias. Hormis quelques mots lâchés au micro du diffuseur Canal+, à l'issue de son baptême du feu samedi soir : "J'accumule beaucoup de frustration depuis un bon bout de temps, j'avais besoin de ressortir ça et franchement, aujourd'hui, c'était cool." Il y a pire comme préface de sa nouvelle histoire de rugbyman.

*crédit photo de couverture : Xavier Léoty

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0