Icon Sport

Section Paloise : se mettre à l'abri au plus vite

Section Paloise : se mettre à l'abri au plus vite

Le 04/04/2019 à 15:00Mis à jour Le 04/04/2019 à 15:49

TOP 14 - En cette fin de championnat, la Section Paloise souffre. Un succès face à Lyon, dimanche au Hameau, lui permettrait d’éclaircir son horizon quelque peu obscurci. Il impulserait aussi une dynamique en vue de la saison prochaine.

Mathématiquement, à six journées du terme du championnat, la Section Paloise n'est pas assurée de son maintien en top 14. À la onzième place au classement, les hommes de Simon Mannix possèdent quatre longueurs d'avance sur Agen et treize sur Grenoble, deux adversaires menaçants. Même si le calendrier d'aucune de ces trois équipes ne ressemble à une promenade de santé, on y remarque que Grenoble recevra quatre fois, tandis que Pau et Agen n’évolueront que trois fois à domicile. Côté Section, le menu au Hameau s'annonce gratiné avec la venue de Lyon ce dimanche, du Racing le 27 avril et de Grenoble le 18 mai. Aussi, avant d'accueillir les Isérois mi-mai, pour un match qui pourrait s'avérer crispant, il serait bon de se mettre à l'abri au plus vite.

Top 14 - Bernard Pontneau (Président de Pau)

Top 14 - Bernard Pontneau (Président de Pau)Icon Sport

Une situation qui ne semble pas inquiéter outre mesure le président Bernard Pontneau qui s'est voulu rassurant dans l'émission sportive de France Bleu Béarn. "On n'est jamais véritablement tranquille. Néanmoins, l'objectif de cette fin de saison est avant tout de faire grandir le groupe dans l'optique de créer une dynamique qui nous mettra en adéquation avec nos ambitions de la saison prochaine, insiste-t-il. Nous sommes en fin de cycle pour certains joueurs et en début pour d'autres, avec des espoirs qui arrivent à maturité. On va s'appuyer sur eux pour créer une spirale de confiance "

Une fin de saison dans la souffrance

Cette spirale prendrait véritablement tout son sens ce week-end par une victoire face à Lyon. Pas au mieux ces derniers temps, les Lyonnais ont obtenu des résultats en dents de scie. C'est peut-être le moment d'en profiter, histoire de gagner en sérénité. "C'est sûr qu'un succès contre Lyon rassurerait et nous donnerait une bonne dose de sérénité avant la réception de Grenoble", reconnaît Yves Coup, supporter de la première heure et blogueur de la Tribune d'en face. "Même si la probabilité d'une fin de saison cauchemardesque est faible, elle existe. Aussi, vaut-il mieux être prudent et se mettre à l'abri le plus vite possible. Le président se veut rassurant, c'est normal, il est dans son rôle. Toutefois, la méfiance reste de rigueur surtout que j'ai encore en mémoire ce match contre Agen la saison dernière, perdu à domicile, alors qu'une victoire nous aurait ouvert les portes du top 6 " Deux saisons successives et pourtant incomparables.

Top 14 - Daniel Ramsey (Pau) contre Castres

Top 14 - Daniel Ramsey (Pau) contre CastresIcon Sport

L'euphorie de l'année passée a fait place aujourd'hui au pessimisme et à la souffrance. "C'est vrai que nous terminons dans la souffrance une saison où nous avions les moyens de faire beaucoup mieux, poursuit le président. On espérait une saison forte avec un remix générationnel et nous n'avons pas atteint nos objectifs. Pourtant, il y a du sérieux à l'entraînement, le travail individuel et collectif est bon. En général le travail paye, mais nous avons connu trop d'atermoiements "

Une malchance tenace

Des atermoiements qui ont conduit Bernard Pontneau à piquer une grosse colère fin février afin de remettre les pendules à l'heure. "À cette période certains joueurs ne respectaient pas les basiques et ça, je ne pouvais pas l'accepter, rappelle-t-il. Depuis, j'ai vu de belles et de bonnes choses. On doit désormais s'installer dans une spirale de confiance en expédiant le ballon au large, comme on sait le faire et ne pas jouer petit bras. Notre système de jeu est basé sur la circulation du ballon, pour cela il faut de la confiance. Jouer dans le dos c'est bien mais pas n'importe comment non plus." La Section est capable d'envoyer du jeu et de déborder ses adversaires, comme en témoigne l'essai conclu par Julien Fumat contre Montpellier (4e) après une remontée de ballon de 90 mètres et quatre temps de jeu. Ces mouvements d'envergure sont hélas trop rares et un grain de sable ou un détail vient toujours gripper la machine. Une malchance tenace qui a fait basculer certains matchs du mauvais côté ou rebondir le ballon dans le mauvais sens. "C'est vrai que parfois la chance nous a tourné le dos, reconnaît le président. On a perdu des matchs qu'on aurait dû gagner, mais c'est le sport " Espérons désormais que Dame Malchance laisse un peu tomber les Palois en cette fin de saison et que leur horizon, pour le moment bien obscurci, va très rapidement s’éclaircir.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0