Icon Sport

Opération rachat pour la Section

Opération rachat pour la Section
Par Rugbyrama

Le 18/10/2019 à 18:01Mis à jour Le 18/10/2019 à 18:02

TOP 14 - Après une déconvenue à domicile face au Racing 92, un "non-match" comme tout le monde s'accorde à dire à la Section, les Béarnais accueillent Castres au Hameau samedi soir à 18h. Attention, match piège.

N'allez pas leur dire qu'ils sont déjà en danger. La série de trois défaites, après le match exceptionnel livré à Clermont (Toulouse, Racing 92 puis Lyon), ne doit pas venir entamer le moral des troupes. De toute façon, ce n'est pas vraiment la mentalité du coin. Mais quand on demande au demi-de-mêlée Samuel Marques, si le club n’a déjà plus le droit à l’erreur, la réponse est presque ironique, quoique teintée de sérieux : “Comme tous les week-ends. C’est un championnat compliqué, on le voit. Y a deux week-ends, on était encore troisième, aujourd’hui, on est onzième. Forcément, c’est un match important, avant une trêve en plus, donc on veut se rattraper devant notre public, on a à coeur de montrer autre chose, les valeurs qu’on veut véhiculer depuis le début de la saison”.

Oublié, donc, cet objectif, sans doute un peu gourmand, d’un stade du Hameau invincible. Balayé façon puzzle, dans un match où chacun s’accorde à dire que la Section est passée à côté de son rugby, par le Racing 92 qui n’en demandait pas tant. Et Castres semble donc tomber à point nommé d’après les principaux concernés. Pour Mathieu Ugena, le contexte n’est d’ailleurs pas forcément plus compliqué : “Face au Racing, on a grillé un joker qu’on s’était permis de gagner à Clermont. Maintenant on a un beau match à jouer, face à une belle équipe de Castres, toujours chiante à jouer, avec des avants costauds, c’est très compliqué, donc on va exécuter notre plan de jeu”.

" Agir à domicile comme à l’extérieur"

Chiante à jouer, ne tournons pas autour du pot, en disant cela, Ugena tient quelque chose. D’ailleurs,le refrain est connu : si Castres ne pratique pas le rugby le plus “champagne” et grisant du Top 14, son plan de jeu en fait sans surprise, une équipe sur laquelle il faut systématiquement ou presque compter dans le sprint final. Le titre de 2018 (29-13 en finale face à Montpellier), avec Urios sur le banc en est la preuve implacable : Pau devra redoubler de vigilance pour remettre la machine en route à domicile.

Top 14 - Manca (Pau)

Top 14 - Manca (Pau)Other Agency

Et sans doute également détendre un peu l’atmosphère, ou relâcher la pression tout du moins, car l’image renvoyée laisse sous-entendre qu’une forme de pression pèse sur les épaules des joueurs béarnais lorsqu’ils sortent du tunnel du Hameau. Et Fred Manca peut bien plaisanter sur Nicolas Godignon qui se fait quelques cheveux blancs, le sujet prête à débat. La Section joue-t-elle moins relâchée à domicile qu’à l’extérieur, subit-elle plus de pression ?

“Il faudrait qu’on arrive à considérer les matchs à domicile et ceux à l’extérieur de la même manière. Oui, il faut que les joueurs se lâchent. On joue assez libéré à l’extérieur, même si ça ne nous réussit pas tout le temps, oui, on peut donner une image d’équipe moins libérée à la maison. Mais peu importe où tu joues, dans notres championnat, peu d’équipes restent invaincues chez elles. Il faut faire abstraction de cela” martèle le co-entraîneur béarnais.

Scorer, le nerf de la guerre

Au-delà de cette pression, qui n’est pas unanimement ressentie par les joueurs, l’attaque paloise a quelque peu marqué le pas, nettement face au Racing, mais également face à Lyon. Offensivement, les difficultés relevées ont été analysées par le staff : “On n’a pas pu mettre en place notre jeu (contre le Racing et contre Lyon, NDLR). Mais la première raison, c’est la qualité des défenses adverses, qui est différente que lors du début de saison. Quand on n’a pas la possession, on ne peut pas imposer notre rythme. Contre le Racing, on n’a pas eu les munitions qu’on souhaitait avoir” relève Fred Manca.

Et contre Castres ? Sur le tableau de la salle vidéo du centre d’entraînement de la Section, un mot inscrit par le staff a été soigneusement encadré : DISCIPLINE. Les chiffres sont là pour rappeler aux Palois qu’ils en ont cruellement manqué lors de leurs deux dernières rencontres, à fortiori face au leader lyonnais le week-end dernier. Face au LOU, Pau a commis 17 fautes, un trop-plein déjà difficile à gérer contre n’importe quelle équipe du championnat, mais forcément fatal face au leader du Top 14. Supprimer les fautes bêtes, montrer une autre image aux arbitres, faire attention à la mêlée, aux hors-jeu, aux zones de rucks, voilà les points qui ont été revus toute la semaine par Pau, avant cette nouvelle rencontre à domicile.

Quelques points faibles à corriger donc, face à Castres, mais pas seulement. “Castres propose un jeu assez similaire à ce que propose Lyon ou le Racing” rappelle Fred Manca, avec une différence de taille, celle du jeu au pied, point fort des Castrais : “On aura un combat de plus à mener face à Castres, celui du jeu aérien” souligne le co-entraîneur palois. “Pour moi, Geoffrey Palis est le meilleur joueur en l’air du Top 14, on connaît sa qualité, à nous de ne pas leur donner les munitions, ne pas leur donner l’occasion d’utiliser cette qualité”. L’arrière de Castres appréciera sans doute le compliment. Mais les politesses s’arrêteront là…

Pour la réception de Castres, la Section Paloise pourra compter sur les retours de Tom Taylor, de Baptiste Pesenti et Julien Delannoy, mais aussi sur son 3e ligne fidjien Lekima Tagitagivalu, parti défendre, avec succès, sa cause face à la commission de la LNR après un carton jaune contesté face à Lyon. La LNR lui a donné raison, il pourra donc être aligné face aux Castrais. En revanche, l’absence de Colin Slade, Alexandre Dumoulin et Mohamed Boughanmi a été confirmée.

Pierre Bergot

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0