Rugbyrama

Saga Castres - La cure de jouvence

Saga Castres - La cure de jouvence
Par Simon Valzer via Midi Olympique

Le 04/08/2020 à 17:39Mis à jour Le 04/08/2020 à 17:40

TOP 14 - Avec un effectif plus ou moins similaire à celui de la saison passée, le Castres Olympique s'est armé de quelques nouveaux joueurs.

Arrières

Encore cette année, le fond de terrain du CO devrait être bien couvert. En effet, on trouve toujours les deux tauliers Julien Dumora et Geoffrey Palis, qui évoluent respectivement au club depuis 2014 et 2013. Les deux hommes peuvent aussi être associés en match, quand Palis évolue à l’aile. À noter qu’en raison de la Coupe du monde, Dumora a beaucoup joué (et brillé) à l’ouverture la saison dernière. En couverture, l’ailier Armand Batlle peut tout à fait dépanner au poste.

Ailiers

Voilà un poste où la concurrence promet d’être rude. La saison passée, Filipo Nakosi et Martin Laveau ont été les plus utilisés aux extrémités de la ligne d’attaque. Mais Armand Batlle reste un joueur sûr, expérimenté et rigoureux sous les ballons hauts. Le CO a recruté à Grenoble le prometteur Bastien Guillemin, qui a signé 14 apparitions en Pro D2 l’année dernière ainsi que le très jeune fidjien Osea Waqaninavatu (20 ans), en provenance du club de Fijdi Drua. À suivre…

Centres

Ici aussi, le CO paraît armé. Le patron au poste se nomme Thomas Combezou. À 33 ans, le centre a signé une dernière saison fracassante en marquant sept essais avant le gel des compétitions. Sachant qu’il en avait déjà marqué six la saison précédente, "Zouzou" sera encore précieux cette saison. Dans son registre, on trouve aussi le puncheur Florian Vialelle, pur produit de la formation tarnaise. Plus puissant, l’expérimenté Yann David sera une fois encore chargé d’imposer sa dimension physique sur la ligne d’avantage, tout comme la recrue venant de l’Usap, le Fidjien Adrea Cocagi. Son jeune compatriote Vilimoni Botitu (22 ans), international à VII avec les Fidji, sera suivi de près. Lucas Tharin (21 ans) poursuivra encore son apprentissage aux côtés de pros.

Ouvreurs

Depuis 2015, date de son arrivée dans le Tarn, le maître à jouer du Castres olympique est le bouillonnant argentin Benjamin Urdapilleta. Après avoir exaucé son rêve de Coupe du monde avec l’Argentine, l’ouvreur est aujourd’hui pleinement concentré sur le CO. En son absence, et dans l’ombre de Dumora, Thomas Fortunel a fait 13 apparitions toutes compétitions confondues la saison dernière et s’est notamment illustré dans le bon parcours de Castres en Challenge. Le jeune Pierre Tatre tentera de glaner du temps de jeu, mais cela ne sera pas facile car une fois encore, l’habituel arrière Julien Dumora s’est montré à son avantage en 10, ainsi que dans l’exercice des tirs au but.

Demi de mêlée

À Castres, Rory Kockott est à la mêlée ce que "Benja" est à l’ouverture. Mais attention : Kockott compte maintenant deux jeunes concurrents. Le demi de mêlée uruguayen Santiago Arata possède un profil assez similaire à l’international français : un dynamiteur qui aime jouer les duels autour des rucks. L’autre concurrent est du même âge que l’Uruguayen (23 ans) et se nomme Jérémy Fernandez, qui tentera d’augmenter son temps de jeu par rapport à l’année dernière (5 apparitions).

Numéros 8

Autre poste où le CO est bien pourvu, avec deux redoutables porteurs de balle, les tanks Anthony Jelonch et Ma’ama Vaipulu. Le premier, international tricolore, peut également évoluer sur le côté de la mêlée si le staff souhaite muscler son pack. Vaipulu est un pur numéro 8 en revanche. Le capitaine Mathieu Babillot peut également occuper le poste, voire le très polyvalent international canadien Tyler Ardron.

Troisième ligne aile

En l’absence de Mathieu Babillot qui retrouve cette saison ses galons de capitaine et que l’on trouvera donc aux avants-postes de toutes les batailles du CO, c’est le flanker Baptiste Delaporte qui fut le plus utilisé la saison dernière (924 minutes). Dans le sillage de ces deux leaders du groupe castrais, on trouve des joueurs de qualité et de profils différents. La recrue toulonnaise Stéphane Onambélé excelle dans le déplacement et le jeu au sol, tandis que le jeune Kévin Kornath, recruté à Montpellier est un excellent porteur de balle avec son gabarit plus lourd (110 kg). Plus atypique, le Fidjien Semi Kunatani sera l’électron libre de cette troisième ligne, notamment grâce à son explosivité et sa capacité de faire des différences auprès des rucks ou au large.

Deuxième ligne

Avec les retraites de Capo Ortega et Samson, Loïc Jacquet sera le gardien de la cage castraise pour encore au moins une saison puisqu’il a prolongé son contrat avec le CO. À ses côtés, on lui associerait volontiers le Canadien Tyler Ardron qui possède un profil complémentaire à celui de Jacquet. Dans le registre du gros pousseur, le pack castrais pourra compter sur Hans Nkinsi, de retour après ses trois mois de suspension. Le CO possède aussi trois joueurs à très fort potentiel au poste avec le rugueux Sud-Africain Ryno Pieterse, le champion du monde bleuet Florent Vanverberghe et le pensionnaire du centre de formation Dorian Clerc.

Piliers

Deux hommes se détachent pour chaque côté de la mêlée : à gauche, il s’agit du taulier Antoine Tichit et de son acolyte Tudor Stroe. Le premier a profité du confinement pour subir deux opérations chirurgicales et a retrouvé le chemin des terrains en pleine forme. À droite, le CO est équipé avec le colosse Wilfrid Hounkpatin que le staff du XV de France surveille de près, et son homologue tricolore Danie Kotze qui compte bien terminer sa belle aventure castraise par une saison aboutie. Derrière ces quatre hommes, le gaucher canadien Matt Tierney tentera de gagner du temps de jeu, tout comme la recrue aurillacoise, l’international allemand Julius Nostadt. Pour sa première saison avec les pros l’année dernière, le jeune gaucher Wayan de Benedettis a signé un beau total de 16 apparitions toutes compétitions confondues, et devra confirmer cette saison son beau potentiel.

Talonneurs

Jody Jenneker étant parti, un boulevard s’ouvre pour Marc-Antoine Rallier, dont la mobilité et la précision au lancer s’avèrent toujours aussi précieuses. Un peu moins utilisé la saison dernière, Kévin Firmin devrait retrouver cette année du temps de jeu, à moins que la hiérarchie au poste ne soit bousculée par le très prometteur Gaëtan Barlot, auteur d’une bonne saison avec Colomiers l’année dernière. Reste à voir si le Columérin s’adaptera bien au Top 14. Mais au vu de son potentiel et de ses qualités sur les fondamentaux au poste à 23 ans, on serait plutôt optimiste…

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés