Other Agency

Barthélémy, de la Fédérale 1 au Top 14

Barthélémy, de la Fédérale 1 au Top 14

Le 01/10/2019 à 15:14

TOP 14 - Titulaire au centre pendant toute la saison dernière, Romain Barthélémy a glissé à l’ouverture en ce début de championnat. Rien de plus naturel pour ce numéro dix de formation au parcours atypique qui retrouve le Top 14, neuf ans après l’avoir découvert.

Lundi après-midi, sur le terrain annexe de Jean Dauger. L’entraînement est terminé depuis maintenant une bonne heure. Romain Barthélémy, lui, fait des heures supplémentaires. Après s’être livré à un petit concours de drops avec son coéquipier Peyo Muscarditz, “Barthé” travaille ses tirs au but et ses renvois depuis la ligne médiane sous l’œil de son président, Philippe Tayeb. Une manière de se réhabituer au poste d’ouvreur et aux responsabilités qui vont avec. Titularisé dix-huit fois sur vingt-et-une au poste de premier centre l’an dernier, Romain Barthélémy a été décalé à l’ouverture en ce début de saison. "C’est un de nos quatre capitaines. Il comprend bien ce qu’on veut mettre en place sur le terrain. C’est un très bon relais pour l’encadrement, parce qu’il est fédérateur et il sent le rugby. Je pense que la position de dix colle mieux à ses qualités et défauts que la position de douze, à l’échelon au-dessus", justifie Yannick Bru.

" Romain à l’ouverture, ce n’était pas une solution par défaut"

Pour ceux qui connaissent Romain Barthélémy depuis quelques années, ce retour à l’ouverture n’a pourtant rien d’exceptionnel. Utilisé principalement en numéro douze sur sa première saison à Albi (2011/2012), les six suivantes l’ont vu jouer la plupart du temps en dix.

Pro D2 - Romain Barthélémy avec le maillot d'Albi en 2014 contre Agen

Pro D2 - Romain Barthélémy avec le maillot d'Albi en 2014 contre AgenIcon Sport

Rémy Ladauge, qui l’a retrouvé à l’Aviron après l’avoir coaché pendant quatre ans au SCA, raconte : "Avec Romain, nous avons lutté pour le maintien pendant plusieurs saisons consécutives. C’est vrai qu’il était un maillon essentiel des cadres albigeois, qui ont permis au club de se maintenir, puis sous Ugo Mola, d’atteindre la demi-finale d’accession (en 2015)." Au départ de Tedder et Du Plessis, cet été, le staff ciel et blanc s’est questionné pour savoir s’il devait, ou non, recruter un ouvreur pour accompagner Fajardo et Ordas. "Je savais que Romain à l’ouverture, ce n’était pas une solution par défaut poursuit Ladauge. Ça ne me faisait pas du tout trembler de partir avec lui dans le trio des ouvreurs."

Élevé à la sauce toulonnaise

Enfant du Sud-Est, Romain Barthélémy a découvert le rugby à Nice, à l’âge de cinq ans, avant d’intégrer le Pôle Espoirs de Hyères une décennie plus tard. Ses premiers pas dans le monde professionnel ont lieu, logiquement, du côté de Mayol, en 2011. Mais à l’époque, l’ouvreur titulaire s’appelle Jonny Wilkinson. Au centre ? On retrouve Contepomi, Kefu ou Lovobalavu pour ne citer qu’eux.

Romain Barthélémy avec les espoirs du RCT contre l'ASM en décembre 2010

Romain Barthélémy avec les espoirs du RCT contre l'ASM en décembre 2010Icon Sport

Le jeune Barthélémy (21 ans) peine alors à trouver du temps de jeu (quatre matchs) et décide de partir à Albi. "C’était compliqué, à l’époque. Il n’y avait pas les règles des Jiffs. En revanche, il y avait beaucoup de pression et je n’étais pas forcément aidé. Il fallait être prêt pour jouer, je ne l’étais pas et j’avais besoin d’apprentissage." Il aura lieu dans le Tarn, sous la houlette d’Henry Broncan (2011-2014), d’Ugo Mola (2014-2015) ou de Mauricio Reggiardo (2015 - 2016).

" Si je n’avais pas d’autres options, j’allais arrêter le rugby"

En 2017, le Sporting ne parvient pas à éviter la relégation et descend en Fédérale 1. Mais Barthélémy ne veut pas quitter le navire qui prend l’eau et reste une saison à ce niveau. "Je pense qu’il n’avait pas grand-chose à faire en Fédérale 1, juge Yannick Bru. Il y a plein de très bons joueurs dans ce championnat qui ne se donnent pas les moyens d’exploiter leur potentiel au maximum. Il était un peu dans ce cas-là." Le concerné enchaîne : "J’ai fait un an, mais je ne comptais pas non plus faire quatre ans à ce niveau. Je m’étais dit que, si je n’avais pas d’autres options, j’allais arrêter le rugby. Au fond de moi, je pensais que j’avais peut-être le niveau pour jouer en Pro D2, mais je n’avais pas eu de contact intéressant." Jusqu’à ce que Pierre Olivier Toumieux ne le contacte en mars 2018. Le président du conseil de surveillance, qui le suivait depuis quelque temps, a flairé le bon coup. En deux ans, Romain Barthélémy est passé de la Fédérale 1 au Top 14. "C’est énorme, je pensais que tout ça, c’était mort pour moi. Après, tout est allé très vite. Quand je suis arrivé de Fédérale 1, l’an dernier, je ne pensais même pas jouer et je me suis retrouvé titulaire. Je ne sais pas si je suis au niveau, mais j’essaye tous les week-ends d’être le plus performant."

Armandie avant Mayol ?

Et au-delà du simple fait de jouer, le garçon de 29 ans, capitaine à Albi, est devenu un élément cadre de l’effectif ciel et blanc. "C’est un joueur qui a une certaine expérience du fonctionnement avec nous, il a du leadership. C’est important de l’avoir dans le groupe, surtout pour des matchs qui s’annoncent serrés comme celui d’Agen", annonce Yannick Bru. "Ça va être une rencontre compliquée et avec de la pression, poursuit “Barthé”. Jusqu’à maintenant, on disait qu’il n’y en n’avait pas trop parce que nous recevions des gros. Là, ça va être vraiment intéressant à jouer et j’ai hâte de voir comment l’équipe va réagir."

Top 14 - Romain Barthélémy (Bayonne) avant d'affronter le Stade français

Top 14 - Romain Barthélémy (Bayonne) avant d'affronter le Stade françaisOther Agency

Avant l’hypothèse d’un nouveau déplacement important pour lui, dans un peu plus de deux semaines, à Mayol. À ce sujet, Barthélémy conclut : "J’espère faire des bons matchs pour pouvoir prétendre à une place dans l’effectif. Toulon est une ville que j’aime. C’est là où j’ai grandi après Nice, donc je serais vraiment content de retourner là-bas. Si je joue ? Ca montrera, aussi, tout le chemin qui a été parcouru depuis que j’ai quitté le club. Pouvoir y retourner, est une grande fierté."

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0