Icon Sport

Top 14 - Raconte moi ton essai d'ailier... Julien Blanc

Raconte moi ton essai d'ailier... Julien Blanc
Par Rugbyrama

Le 11/09/2018 à 15:25Mis à jour Le 11/09/2018 à 15:29

TOP 14 - Face à Grenoble, beaucoup n'auront retenu que l'essai de sprinteur de Jesse Mogg, clairement exceptionnel il faut dire. Mais c'est le second, celui de Julien Blanc, qui a retenu notre attention à la fois pour sa singularité et pour le culot de ce jeune joueur.

Il arrive parfois que grâce à une occasion, un placement opportuniste ou au bon travail d'un coéquipier, l'on puisse marquer des essais qui resterons plus que d'autres. Peut être sur une situation inhabituelle, comme si un trois quart marquait en pick and go, ou qu'à l'inverse un pilier se retrouvait en bout de ligne pour conclure une action d'envergure.

De manière moins stéréotypée, c'est la situation dans laquelle s'est retrouvé le demi de mêlée palois Julien Blanc, au relais d'une bonne relance initiée par Charly Malié. Fraîchement arrivé de Béziers, le joueur de 25 ans relate : "On se retrouve dans le camp adverse mais l'ouvreur grenoblois Pourteau dégage loin devant.

Le ballon retombe dans les bras de Charly (Malié) qui décide de relancer. Il accélère, trouve l'espace et parvient à naviguer dans la défense du FCG. A l'affût, Julien Blanc se propose à hauteur : "Je converge vers lui et il me donne le ballon après contact. Le premier rideau est battu et je me retrouve en un contre un face à ce même Pourteau alors je décide de tenter le coup en prenant l'extérieur. Ça me réussi et c'est tant mieux car ça fait plaisir de marquer des essais du genre, moi qui n'ai pas l'habitude de me retrouver dans des super situations de débordement comme cela", décrit avec entrain le jeune palois.

Modeste et très reconnaissant pour son premier essai sous les couleurs vertes de Pau, le fils d'Eric Blanc (champion de France avec le Racing en 1990) préfère remercier son coéquipier : "C'est un bel essai mais je remercie surtout Charly Malié car c'est vraiment lui qui fait le plus gros sur l'action. Il m'ouvre la porte, moi je n'ai plus qu'à conclure".

Un beau plaidoyer qui ne doit tout de même pas nuancer l'action de classe de Julien Blanc, qui a là montré toutes ses qualités de punch et de vitesse grâce à un pur cad'-deb' que n'auraient pas renier des spécialistes en la matière tels que Juan Imhoff ou Wesley Fofana.

Un essai d'ailier donc, qui a parfaitement conforté l'avance au score qu'avait prise un peu plus tôt la Section grâce à un exploit (la encore) de Jesse Mogg. Pour une victoire cruciale face à Grenoble, après deux matchs peu rassurants, malgré la dernière victoire poussive face à Toulon le samedi précédant. "C'est une belle victoire qui traduit surtout un super état d'esprit de l'équipe sur ce match. Car il s'agit de la victoire d'un groupe soudé et qui a su exploiter les coups pour s'imposer à l'extérieur, explique le principal intéressé. Il faut aussi retenir l'exemplarité de chacun sur l'agressivité et notamment en défense pour tenir bon face à Grenoble qui se faisait menaçant. Notre premier rideau était vraiment en place et c'est aussi ce qui nous a permis de glaner cette victoire qui fait vraiment du bien."

Une chose est sûre, vue par certains comme l'outsider parfait, la Section Paloise aura cette saison encore de sérieux arguments à faire valoir dans la course à la qualification, grâce notamment aux cannes de ses trois quarts. En tête de cette ligne, Julien Blanc, lui qui préfère calmer ses ambitions et pense d'abord à "apporter un maximum à l'équipe". Il paraît que l'appétit vient en mangeant...

Théo Fondacci

Contenus sponsorisés
0
0