Icon Sport

Racing 92 : Retour à Colombes

Racing 92 : Retour à Colombes

Le 29/05/2019 à 17:10

TOP 14 - Le Racing 92 retrouve ce vendredi son ancien stade Yves-du-Manoir de Colombes pour le barrage face à La Rochelle. Un moment forcément teinté de nostalgie, moins de deux ans après le déménagement en grandes pompes à la Paris-La Défense Arena.

Du neuf avec du vieux. Vendredi soir, Finn Russell, Simon Zebo ou encore Donnacha Ryan fouleront pour la première fois avec le maillot du Racing 92 la pelouse de Colombes. Pour la plupart de leurs coéquipiers, comme pour le staff et les supporters, ce sera en revanche une redécouverte, dix-sept mois après le dernier match des Racingmen dans le stade olympique Yves-du-Manoir, contre Castres (29-7). "On a repris les bonnes vieilles habitudes, à savoir qu’on a commencé à regarder les prévisions météo dès la semaine dernière", blague l’entraîneur des trois-quarts Laurent Labit.

Stade Yves-du-Manoir à Colombes (Racing 92)

Stade Yves-du-Manoir à Colombes (Racing 92)Imago

L’officialisation de Colombes comme lieu d’accueil d’un éventuel barrage à domicile pour le Racing - Paris-La Défense Arena étant réservée de longue date par la chanteuse Mylène Farmer pour les répétitions de sa série de concerts - a évidemment suscité différentes réactions chez les supporters. Plutôt enthousiastes pour ceux de la première heure, fidèles habitués du vieil écrin. Un peu moins du côté des CSP+ du quartier d’affaires de La Défense, le fameux "nouveau public" dragué par le Racing 92, certainement plus à l’aise dans le confort et la température régulée de la salle de spectacle de Nanterre.

" Tous les matchs importants qu’on a eu à jouer à domicile cette saison, on les a perdus"

Laurent Labit voit, lui, plutôt d’un bon œil ce retour vers le passé : "C’est peut-être un signe du destin car tous les matchs importants qu’on a eu à jouer à domicile cette saison, on les a perdus. Ce n’est donc peut-être pas plus mal de jouer ce barrage à Colombes, dans un contexte différent. C’est même peut-être un bien !". Le futur responsable des trois-quarts du XV de France pense évidemment au quart de finale de Champions Cup face à Toulouse (21-22) mais aussi au Top 14, où les Racingmen ont chuté quatre fois à la maison, dont trois face aux trois premiers de la phase régulière.

La déception des joueurs du Racing 92 contre Toulouse

La déception des joueurs du Racing 92 contre ToulouseIcon Sport

Ils ont aussi eu toutes les peines du monde à se débarrasser de Montpellier (26-25), sixième. Leur seul match référence à Paris La Défense Arena cette saison face à un membre du top 6 fut contre…La Rochelle (50-14). Au-delà des chiffres, Colombes est aussi une boîte à souvenirs pour les Altoséquanais. Pour Henry Chavancy, bien-sûr, qui a fait ses première foulées sur la plaine des sports il y a 19 ans, mais pas que. C’est là que Maxime Machenaud, Eddy Ben Arous, Juan Imhoff et consort sont sortis vainqueurs pour la dernière fois d’un match à élimination directe.

C’était le 11 juin 2016, en barrage, face au Stade toulousain (21-16) : "On sait tous comment cette saison-là s’est terminée, avec la demie de folie à Rennes et la finale incroyable à Barcelone, se rappelle Labit. Mais on n’oublie pas qu’avant cela, on avait commencé notre épopée en phases finales par ce barrage contre Toulouse. Un match très difficile, comme toujours quand on entre dans les playoffs, mais un très bon souvenir pour nous". L’année du titre pour le Racing. Certains y verront un autre clin d’œil du destin.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0