Icon Sport

Racing 92 : deux matchs pour éviter le fiasco

Racing 92 : deux matchs pour éviter le fiasco

Le 14/05/2019 à 13:17Mis à jour Le 14/05/2019 à 13:21

TOP 14 - Battu et inquiétant lors des deux dernières journées, le Racing 92 s’est mis une pression supplémentaire en vue de la qualification. Il reste deux matchs aux Franciliens pour évacuer le spectre d’une humiliante élimination et si possible retrouver un fond de jeu.

Les Racingmen sont, cette semaine, en stage à Saint-Cyprien (Pyrénées-Orientales), non loin de Perpignan, pour préparer le déplacement de samedi à Aimé-Giral. On pourrait y voir une punition collective après la grosse déception face au Stade français (23-27) si cette mise au vert n’avait pas été programmée en amont du derby. Il sera tout de même beaucoup question de cohésion alors que le Racing 92 vient d’enchaîner deux très pales copies, notamment dans ce match face au voisin parisien qui devait lui ouvrir les portes d’un barrage à domicile.

Top 14 - Camille Chat (Racing 92) contre le Stade français

Top 14 - Camille Chat (Racing 92) contre le Stade françaisIcon Sport

"On a vu une équipe en difficulté, sans automatisme ni repère, raconte Christophe Moni, ancien Parisien, aujourd’hui consultant et suiveur attentif du Top 14. On la sentait perdue face à un Stade français pourtant pas au mieux. Le manque de vitesse dans les enchaînements était frappant et c’était globalement assez pauvre."

Toulouse, l’origine du mal

Un constat en décalage complet avec celui du mois de mars, où le Racing avait marqué 129 points en trois matchs et semblait lancé à pleine balle vers une fin de saison titanesque. Un envol brisé par l’échec en quart de finale de la Champions Cup contre le Stade toulousain (21-22). "Cette défaite leur a fait beaucoup de mal, c’est une évidence, confirme Moni. Elle ne les a pas rassurés dans leur système de jeu même si cela n’était pas flamboyant non plus depuis le début de la saison. Cela a été un coup d’arrêt pour eux."

La déception des joueurs du Racing 92 contre Toulouse

La déception des joueurs du Racing 92 contre ToulouseIcon Sport

"Avec, en plus, les blessures, la méforme actuelle de joueurs comme Simon Zebo et le fait de ne pas avoir pu compter pleinement sur Finn Russell, qui débloque les situations, le jeu du Racing manque de vitesse et est vraiment stérile. La réintégration des meilleurs éléments va peut-être changer la donne mais pour l’instant, ils ont du mal." Depuis ce fameux quart de finale, le Racing joue moins et ses résultats en pâtissent. Il a laissé échapper une victoire à Clermont qui lui tendait les bras (31-31), a vraiment pioché pour battre Montpellier à domicile (26-25) et s’est pris les pieds dans le tapis à Pau (29-27) et contre le Stade français (23-27).

" Si cette équipe décide d’aller chercher un titre, elle a les moyens de le faire"

Avec seulement 3 points d’avance sur le MHR, septième, et deux déplacements à venir, le club francilien n’est pas à l’abris de l’accident industriel que constituerait une non-qualification. Sa chance, peut-être : jouer la lanterne rouge et conclure à Agen, "une équipe qui a des valeurs, chez elle, que beaucoup d’autres n’ont pas", dixit Laurent Travers, mais dont le maintien est acquis à 99%. Pour Christophe Moni, le scénario catastrophe n’est pas envisageable : "Je n’y crois pas une seule seconde. Ils ont les individualités pour inquiéter n’importe quelle équipe. Ils doivent maintenant retrouver un peu de liant et que les joueurs phares soient de nouveau en mesure de débloquer les situations. Ce n’est évidemment pas rassurant de les voir produire si peu mais tout est ouvert et possible en phases finales. Cette équipe a d’énormes ressources et avec le talent dont elle dispose, si elle décide d’aller chercher un titre, elle a les moyens de le faire. Il suffit de le décider." Mais de le faire vite !

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0