Icon Sport

Top 14 - Qui pour remplacer Rory Teague à Bordeaux ?

Qui pour remplacer Teague à Bordeaux ?
Par Vincent Bissonnet via Midi OlympiquePar Jeremy Fadat via Midi OlympiquePar Pierre-Laurent Gou via Midi Olympique

Le 16/11/2018 à 11:39Mis à jour Le 16/11/2018 à 11:40

TOP 14 - En début de semaine, Rory Teague est devenu le premier entraîneur écarté en Top 14 cette saison. Joe Worsley fera l’intérim en attendant l’arrivée pour la saison prochaine d’une pointure qui pourrait être Christophe Urios ou Xavier Garbajosa.

La nouvelle, même si des bruits avaient circulé en fin de semaine dernière, a surpris lundi matin : "D’un commun accord, l’Union Bordeaux-Bègles et Monsieur Rory Teague ont mis fin ce jour à leur collaboration." Depuis cinq jours, l’ancien trois-quarts n’est donc plus l’entraîneur de l’UBB. Le président Laurent Marti en avait fait le numéro un il y a près d’un an, à la suite du départ de Jacques Brunel pour prendre la tête des Bleus. Allant jusqu’à lui accorder son entière confiance ou à sacrifier Jeremy Davidson, l’ancien coach des avants avec qui les relations étaient glaciales et écarter plusieurs cadres du vestiaire (Maynadier, Goujon, Rey).

En coulisses, Marti affirmait qu’il avait misé sur un des meilleurs techniciens de la planète rugby et, devant les micros, lui répétait son soutien malgré des résultats décevants. Il était l’homme de la relance girondine, marquée par un recrutement ambitieux avec les arrivées de Radradra, Tamanivalu ou Amosa, et une actuelle huitième place au classement. Alors, comment expliquer ce séisme ? Par le naufrage à Toulouse (0-40) il y a quinze jours ? C’est peu dire que le président bordelais n’a pas apprécié l’attitude de ses hommes.

Top 14 - Laurent Marti (Président de Bordeaux) et Rory Teague (encore entraîneur de Bordeaux)

Top 14 - Laurent Marti (Président de Bordeaux) et Rory Teague (encore entraîneur de Bordeaux)Icon Sport

En aparté, il a confié à plusieurs proches qu’une telle démission des joueurs était inacceptable. Est-ce la seule raison du divorce ? À l’évidence, non. Selon plusieurs sources, la gestion du cas Baptiste Serin, lequel s’est récemment engagé en faveur de Toulon, a clairement crispé les relations. Un désaccord se serait même creusé entre les deux hommes sur ce dossier. Ajouté aux tensions encore existantes entre Teague et plusieurs salariés du club à différents étages, Marti aurait fini par acter l’inéluctable : le départ de son entraîneur. Il a donc réuni joueurs et membres du staff lundi matin pour leur annoncer la décision.

Urios ou Garbajosa en priorité

Pour l’heure, Laurent Marti a choisi de confier les rênes du sportif à Joe Worsley, arrivé au club en 2012. En charge jusque-là de la défense, l’Anglais est un homme de confiance du président et devra donc assurer l’intérim. Jusqu’à quand ? Ces derniers jours, plusieurs hypothèses ont circulé. Les noms de Nicolas Godignon, Fabrice Landreau, Mathieu Blin ou David Darricarrère ont notamment été évoqués pour une mission de quelques mois jusqu’à la fin de la saison mais auraient vite été écartés. La piste la plus crédible aurait mené à Mike Ford.

En poste avec la sélection allemande, l’Anglais doit disputer un match décisif pour la qualification à la Coupe du monde ce samedi à Marseille mais pourrait ensuite se rendre disponible, avant de reprendre son aventure aux Etats-Unis. L’ancien technicien de Bath et Toulon posséderait aussi l’avantage de vite s’acclimater à un staff à forte consonance anglo-saxonne, et de s’occuper des trois-quarts, laissés désormais à la seule charge de Brock James… Qui doit également jouer ! Pour autant, sa candidature semble avoir perdu du crédit ces dernières heures, au point qu’un statu quo est même évoqué jusqu’en juin.

Top 14 - Xavier Garbajosa (La Rochelle)

Top 14 - Xavier Garbajosa (La Rochelle)Icon Sport

Car Marti planche déjà sur une reconstruction à plus long terme, avec le prochain exercice en ligne de mire. Là, un profil se dégage nettement : celui de Christophe Urios. Après avoir annoncé il y a quelques mois qu’il allait quitter Castres, l’entraîneur champion de France plaît beaucoup au décideur de l’UBB, qui ne s’en cache pas. Urios, qui a été aperçu le week-end à Bordeaux en famille — en marge du match des Barbarians -, serait donc une des deux priorités et des discussions pourraient même avoir été engagées. Mais il reste une réticence pour Marti.

Ce dernier ne veut pas revivre la même chose qu’avec Brunel et le XV de France et refuse de voir son entraîneur partir au bout de six mois. Or, Urios fait partie des principaux candidats aux Bleus. Cela pourrait ouvrir une brèche à Xavier Garbajosa, encore sous contrat avec La Rochelle mais dont l’avenir n’est pas encore tracé. "Garba" est du Stade toulousain, comme Laurent Marti. Et le patron Bordelais possède encore un sérieux réseau toulousain et apprécierait le profil de l’ancien centre international.

Contenus sponsorisés
0
0