Icon Sport

Pau : Mannix s'en va

Pau : Mannix s'en va
Par Rugbyrama

Le 16/04/2019 à 09:43Mis à jour Le 16/04/2019 à 09:59

TOP 14 - En poste depuis 2014, Simon Mannix a décidé de quitter ses fonctions de directeur sportif de la Section Paloise. La mission maintien de l'actuel onzième du Top 14 est désormais confiée au duo Godignon-Manca.

Quatre jours après la déroute à La Rochelle (71-21), Simon Mannix a officiellement quitté, ce mardi matin, son poste de directeur sportif de la Section paloise. Un retrait avec effet immédiat et de son propre chef, comme le laissent à penser ses premières déclarations : "A la vue des dernières performances, je pense qu’il est préférable pour le club d’envisager un changement qui pourrait aboutir à des résultats positifs, c’est dans cette optique que j’ai pris la décision de quitter mes fonctions de directeur sportif", a expliqué le technicien dans un communiqué.

Arrivé en 2014 au Hameau, Simon Mannix était sous contrat jusqu'en juin 2020. Mais des résultats en berne et une dynamique inquiétante ont conduit à cette décision radicale, à quatre journées de la fin du Top 14. La Section, onzième, possède seulement six longueurs d'avance sur Grenoble, barragiste provisoire.

Top 14 - Simon Mannix (Pau)

Top 14 - Simon Mannix (Pau)Icon Sport

Pontneau salue le courage de Mannix

Le président béarnais Bernard Pontneau, qui avait refusé d'évoquer le sujet au cours du week-end, a tenu à saluer l'intégrité de son désormais ancien directeur sportif : "La décision de Simon Mannix est empreinte de courage et d’une dignité exemplaire. Il s’agit d’une séquence douloureuse pour le club qui perd un grand technicien doté d’une expertise rare et précieuse dans le rugby Français. Il a permis à la Section paloise de devenir ce qu’elle est. […] Dans l’immédiat, l’heure est à la mobilisation générale autour de la Section pour relever le défi de cette fin de saison."

Nicolas Godignon, arrivé en janvier pour prendre en mains la mêlée, et Frédéric Manca, historique spécialiste des lignes arrière, ont été chargés de mener à bien la mission sauvetage du club, présenté comme un des trouble-fête de l'élite mais en difficulté cette saison. L'électrochoc salvateur va-t-il se produire ? La réception du Racing 92, le samedi 27 avril, donnera un premier élément de réponse. Suivront un déplacement à Toulouse, la venue du rival grenoblois et une virée au Stade français. L'avenir est loin d'être assuré pour des Béarnais décidés à se focaliser sur leur objectif : "Nous tenons à vous informer que l’ensemble des composantes du club ne fera aucun commentaire", a d'ailleurs précisé le club, dans un deuxième communiqué.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0