Icon Sport

Nick Abendanon ou l’envie de "croquer" à nouveau dans le ballon !

Nick Abendanon ou l’envie de "croquer" à nouveau dans le ballon !

Le 23/08/2019 à 18:11Mis à jour Le 23/08/2019 à 18:12

TOP 14 - Une saison gâchée par les blessures et les rechutes, n’a pas entamé l’enthousiasme de Nick Abendanon. Le joueur polyvalent des lignes-arrières de l’ASM-Clermont-Auvergne aborde le nouvel exercice avec une envie débordante et avec une vraie carte à jouer pendant la période de la coupe du monde …

Rugbyrama : Nick, après une saison de galère sur le plan physique, on a simplement envie de vous demander comment ça va ?

Nick Abendanon : Et bien ça va très bien, merci ! On a beaucoup travaillé avec les kinés du club et dorénavant je suis à 100 % physiquement pour aborder la nouvelle saison. J’ai retrouvé toutes mes capacités sur le plan des cervicales et j’étais prêt à aborder la préparation physique d’avant saison dans les meilleures dispositions. Après cette période intense, je suis physiquement apte à entrer dans la nouvelle saison.

RR : Pensiez-vous que ces blessures vous handicaperaient finalement si longtemps ?

N.A. : C’était un peu comme une nouvelle aventure, bien moins passionnante que de jouer au rugby, mais qui aide à se forger le caractère. Avoir deux blessures aussi importantes dans la même saison, c’est quelque chose que je n’avais jamais connu dans ma carrière. Ce n’était pas toujours facile à vivre mais il faut parfois accepter d’avoir une « saison blanche ». J’ai été très bien entouré et j’ai découvert une force en moi pour surmonter cela, car j’ai toujours voulu retrouver mes partenaires et le maillot de Clermont au plus vite.


RR : Au moment de retrouver les terrains à l’automne dernier, un autre problème s’est déclaré au niveau des cervicales. Avez-vous eu peur que ce soit la fin de votre carrière ?

N.A. : Pas forcément, car j’ai été tout de suite pris en charge et parfaitement bien soigné. J’arrive plutôt vers la fin de ma carrière et j’avais tout de même l’appréhension de récupérer moins vite, ou pas à 100 %, par rapport à un jeune joueur. Ce genre de blessure, j’en ai déjà vu à Clermont et chaque fois le joueur concerné est revenu plus fort. Dans ma tête il n’y a donc pas eu de doute. Je voulais retrouver les terrains au plus vite pour donner le meilleur de moi-même. J’arrive dans ma dernière année de contrat, et c’est important pour moi de me montrer, pour je l’espère, activer l’option qui existe, pour une prolongation d’un an supplémentaire.

RR : Sur le plan mental, les choses n’ont pas été simples mais en ressortez-vous plus fort encore ?

N.A. : C’est toujours difficile quand on est blessé et qu’on est un peu en marge du groupe. On voit les copains gagner ou souffrir ensemble, remporter des matchs. Et les phases-finales qui se disputent sans toi, c’est un peu difficile … Chaque expérience nous fait grandir c’est vrai, mais pour ma part j’ai tout fait pour rester proche du groupe et apporter d’autres choses à mes partenaires durant cette période. C’était important pour moi d’avoir une attitude positive vis-à-vis du groupe et c’est aussi cet élément qui m’a aidé à passer ce cap.

RR : On sait que les préparations d’avant-saison sont toujours difficiles, mais vous concernant, ce devait être un vrai soulagement de retrouver le chemin des terrains ?

N.A. : J’avais une grande impatience de retrouver les terrains, je l’avoue ! On a fourni un travail très important sur le plan physique durant cette préparation et pour moi, c’est peut-être même la meilleure que je n’ai jamais connu depuis mon arrivée à Clermont. Nous avons partagé un magnifique stage à Tignes, qui nous a permis de mettre en place un superbe état d’esprit entre tous les joueurs et le staff. Maintenant il faut mettre tout cela sur le terrain pour la reprise du championnat.

" Je me sens à nouveau bien physiquement, mais j’ai besoin de jouer pour retrouver toutes mes sensations. "

RR : Où en êtes-vous maintenant en termes de sensations ?

N.A. : J’ai n’ai plus peur de me faire mal à nouveau, mais les sensations sont encore un peu bizarres. Il y a bientôt huit mois que je n’ai pas joué au plus haut niveau. J’essaye de reprendre des habitudes, en particulier sur les contacts, les appuis au sol, tous ces éléments qui demandent un peu plus de temps à retrouver. J’ai encore besoin de jouer quelques matchs pour revenir à mon meilleur niveau, y compris en termes de sensations.

RR : Les matchs de préparation de l’ASM-Clermont se sont soldés par deux défaites. Il n’y a pas d’inquiétude au moment de retrouver La Rochelle pour la première journée ?

N.A. : Nous avons encore quelques petites choses à travailler et à corriger c’est vrai, mais nous n’avons pas de doute au moment de retrouver le championnat. Lors de notre dernier match de préparation face à Lyon, on a été pas mal indiscipliné et à un moment on s’est retrouvé en difficulté en étant seulement à 12 sur le terrain. Mais on a su réagir en seconde période, qu’on a remporté d’ailleurs (14-0), grâce aux corrections apportées par notre staff à la pause. L’état d’esprit est bon, on a réussi quelques lancements de jeu intéressants, il faut maintenant améliorer notre conquête pour être fin prêt pour le match de dimanche.

RR : Avec les nombreux internationaux, en particulier dans les lignes-arrières, ce début de saison peut-être le vôtre ?

N.A. : Avec beaucoup de joueurs sélectionnés, on sait que le groupe va forcément s’ouvrir pour les jeunes mais aussi des joueurs de retour de blessures, comme c’est mon cas. Comme je l’ai dit, je sais que je suis dans ma dernière année de contrat et j’ai la volonté de beaucoup jouer pour donner envie au club d’activer mon année optionnelle. J’aimerai beaucoup être fixé avant Noël, donc c’est une chance pour moi de pouvoir me montrer durant cette période. On a la chance d’avoir un très bon effectif, tant sur le plan de la quantité que de la qualité, pour passer au mieux cette période sans nos internationaux.

RR : D’autant plus que votre polyvalence peut offrir plusieurs options tactiques à Franck Azéma et son staff ?

N.A. : C’est vrai que sur ces trois dernières saisons j’ai été aussi pas mal utilisé sur les ailes. C’était parfois pour combler des blessures et j’ai même joué une ou deux fois en tant que demi de mêlée (rires) ! Je pense que c’est toujours bon pour un staff de savoir qu’on peut changer les choses, parfois dans un même match d’ailleurs, et je me tiens à l’entière disposition de mon coach pour répondre à ses attentes. J’ai peut-être tout de même une petite préférence pour mon poste d’arrière, mais le poste d’ailier a beaucoup de points communs dans le rugby moderne. Je suis avant tout content de pouvoir apporter des choses à l’équipe, peu importe le poste finalement.

RR : En bref, c’est une saison dans laquelle vous avez la volonté de vous exprimer pleinement ?

N.A. : Je n’ai plus l’enthousiasme d’un jeune joueur, mais c’est tout comme ! Je me lance avec énormément d’envie dans cette saison. Retrouver le plaisir de jouer et d’être performant pour mon équipe est mon unique motivation. J’aime mon club et j’ai envie de continuer ici dans le futur, alors Je ne me pose pas de questions et j’ai juste hâte d’être dimanche, pour retrouver le Top 14 avec le maillot jaune !

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0