Icon Sport

Neuf recalés, une aubaine pour le Racing 92

Neuf recalés, une aubaine pour le Racing 92

Le 06/08/2019 à 11:48Mis à jour Le 06/08/2019 à 11:51

TOP 14 - Quatre joueurs du Racing 92 se préparent actuellement pour la Coupe du monde. Neuf autre éléments du clubs auraient pu espérer en faire de même mais se contenteront du Top 14 et de la Champions Cup. Tour d’horizon de ces internationaux non-retenus sur qui le club francilien pourra s’appuyer dès la reprise.

Teddy Thomas (25 ans, 16 sélections)

Sa mise à l’écart a été une des grandes surprises de la liste du 18 juin. Titulaire lors des trois matchs de la dernière tournée d’automne, Teddy Thomas faisait partie de ceux qu’on plaçait volontiers dans la colonne des prétendants au XV de départ tricolore pour le Japon. Mais comme une vieille rengaine, le physique de cristal de l’ancien Biarrot a encore brisé ses rêves. Pas de Tournoi, une rechute aux ischios et un retour peu convaincant lors du barrage contre La Rochelle (13-19) après deux mois et demi d’absence. Jacques Brunel n’a donc pas voulu prendre le risque de miser sur lui et s’en remettre à la chance pour qu’il ne se blesse pas de nouveau avant ou durant la compétition. Cette saison, Thomas tentera de faire mieux que les dix petites feuilles de matchs de l’an dernier avec les Ciel et Blanc.

Brice Dulin (29 ans, 29 sélections)

Comme Maxime Machenaud, Brice Dulin a démarré sa saison tardivement à cause d’une rupture des ligaments croisés du genou huit mois auparavant. Soumis à la rude concurrence de Simon Zebo, l’Agenais de naissance a dû se battre pour récupérer du temps de jeu. Réaliste, il déclarait en fin de saison dernière : "Avant de penser à quoi que ce soit d’autre, je souhaite déjà être bon en club pour pouvoir jouer". Retenu dans une présélection pour le Japon, il n’a pas disputé le barrage perdu contre La Rochelle et n’a pas été choisi pour figurer dans la liste des 37. Cette année encore, il se tirera le bout de gras avec Simon Zebo voire Louis Dupichot pour disputer les gros matchs.

Top 14 - Brice Dulin face à Agen

Top 14 - Brice Dulin face à AgenIcon Sport

Simon Zebo (29 ans, 35 sélections)

Le style de jeu fougueux et imprévisible de l’Irlandais, sa volonté d’exil en Top 14 ou probablement un peu des deux lui ont fermé la porte du XV du Trèfle. Sa trente-cinquième et dernière sélection remonte à juin 2017 et une victoire fleuve face au Japon (50-22). Peu après avoir posé ses valises dans les Hauts-de-Seine, Zebo affirmait : "Je sais que je ne suis plus dans les plans de Joe Schmidt mais si je suis vraiment très, très bon, il ne pourra pas ne pas me prendre". La première saison de l’ancien Munsterman en France fut plus que satisfaisante (21 titularisations, 16 essais toutes compétitions confondues) malgré une fin d’exercice plus discrète marquée par un semblant de surcharge pondérale. L’ancien patron de Clermont est, lui, resté inflexible. Si Laurent Travers lui maintient sa confiance et qu’il retrouve une forme physique optimale, il sera à coup sûr cette année encore une des attractions du championnat.

Champions Cup - Simon Zebo (Racing 92) contre les Scarlets

Champions Cup - Simon Zebo (Racing 92) contre les ScarletsIcon Sport

Juan Imhoff (31 ans, 35 sélections)

Amoureux du maillot argentin, Juan Imhoff a subi de plein fouet le changement de politique de sa fédération, impulsé après la Coupe du monde 2015 et qui veut que seuls les joueurs évoluant au pays puissent prétendre à la sélection. Bien qu’il ait choisi le Racing en toute conscience, l’ailier supersonique a toujours gardé l’espoir d’une inflexion des pontes de la UAR, ou du moins d’une exception le concernant eu égard à son pedigree et ses performances. D’autres ont d’ailleurs eu ce droit et figurent dans la pré-liste (Sanchez, Isa, Herrera, Urdapilleta), mais pas lui. Et ce malgré une belle saison (27 titularisations, 14 essais toutes compétitions confondues). Le Racing 92 peut s’en frotter les mains, il pourra exploiter dès la reprise les capacités de sa fusée argentine. Son objectif : franchir la barre des soixante essais en Top 14 (il en est à 53).

Top 14 - Juan Imhoff (Racing 92)

Top 14 - Juan Imhoff (Racing 92)Icon Sport

Henry Chavancy : (31 ans, 3 sélections)

L’enfant du Racing a connu sa première cape officielle pour le dernier match de Guy Novès à la tête des Bleus, contre le Japon (23-23) et en a eu une de plus avec Jacques Brunel au Tournoi des 6 Nations 2018 contre l’Irlande (13-15). Soit, sur la période, autant que Wesley Fofana. Mais le wagon pour la Coupe du monde était trop garni en joueurs de qualité à son poste pour le laisser entrevoir le Graal. Tant pis pour celui dont Laurent Travers assura un jour qu’il ne « descendait jamais en dessous de quatorze sur vingt » et tant mieux pour son club de toujours, dont il défendra les couleurs avec abnégation pour la treizième saison en professionnel.

Top 14 - Henry Chavancy (Racing 92) contre La Rochelle

Top 14 - Henry Chavancy (Racing 92) contre La RochelleIcon Sport

Virimi Vakatawa : (27 ans, 17 sélections)

Tout comme Sofiane Guitoune, Virimi Vakatawa a crevé l’écran la saison dernière au centre, terminant même meilleur marqueur d’essais (13). Pas suffisant toutefois pour retrouver les faveurs de Jacques Brunel, envolées au début de mandat de ce dernier alors qu’il s’était borné à l’utiliser à l’aile. Pour peu de résultats, il est vrai. L’apport de Laurent Labit dans le staff des Bleus n’a pas joué en faveur du Franco-Fidjien. Pourra-t-il conserver le même niveau de performances cette année ? À voir comment l’ancien septiste digèrera le départ de son mentor, Laurent Labit, qui l’avait repositionné au centre et fait de lui l’arme létale numéro un du Racing.

Top 14 - Virimi Vakatawa (Racing 92)

Top 14 - Virimi Vakatawa (Racing 92)Icon Sport

François Trinh-Duc (32 ans, 66 sélections)

Qu’on se le dise, Jacky Lorenzetti n’aurait sûrement pas tendu la main à FTD si ce dernier avait été concerné pas le XV de France à court terme. L’ouvreur français le plus capé encore en activité a disputé son dernier match sous le maillot bleu le 17 mars 2018 au pays de Galles (14-13). Ses blessures et la concurrence à Toulon du jeune Anthony Belleau (23 ans) ont enterré sa carrière internationale. Attendu, le verdict du 18 juin fut moins corrosif qu’il y a quatre ans (personne n’a oublié sa danse de la joie postée sur les réseaux sociaux après l’annonce de la pré-liste de Philippe Saint-André et son désarroi qui a suivi sa mise à l’écart du Mondial anglais). En l’absence de Finn Russell et Ben Volavola, sur le pont au Japon, Trinh-Duc aura le champ libre à l’ouverture en début de saison.

François Trinh-Duc (Toulon)

François Trinh-Duc (Toulon)Icon Sport

Eddy Ben Arous (28 ans, 20 sélections)

"Tant que le train n’est pas parti, on y croit toujours, mais… " : ces quelques mots, prononcés en fin de saison dernière, laissait peu de doutes sur les espoirs d’Eddy Ben Arous quant à sa présence au Japon. Trop de rendez-vous manqués en bleu ces quatre dernières années, la faute à des blessures, pour celui qui était un titulaire à part entière à gauche de la première ligne française lors de la dernière Coupe du monde. S’il est épargné par les pépins physiques cette saison, il sera une solution de choix à son poste pour Laurent Travers mais aura aussi fort à faire à partir du mois de novembre pour se tailler les meilleures parts du gâteau, avec Guram Gogichashvili, grand espoir du club, ainsi que l’international U20 Hassane Kolingar.

Champions Cup - Eddy Ben Arous (Racing 92) contre les Leicester Tigers

Champions Cup - Eddy Ben Arous (Racing 92) contre les Leicester TigersIcon Sport

Cedate Gomes Sa (26 ans, 9 sélections)

Tout va très vite en rugby et Cedate Gomes Sa en a fait la dure expérience. Propulsé international par Guy Novès alors qu’il n’était qu’un numéro deux bis au Racing, le droitier avait surfé sur cette vague et gagné du galon en club, au point d’éclipser Census Johnston et de détrôner par moments l’imposant Ben Tameifuna. De quoi attirer l’attention de Jacques Brunel, qui lui avait fait une place dans son groupe lors de sa première année de mandat. Mais ses performances avec les Ciel et Blanc sont allées decrescendo et une blessure anodine à l’entraînement en janvier l’a fait basculer pour de bon du mauvais côté. Plus utilisé par le sélectionneur depuis et pas appelé le 18 juin pour préparer la Coupe du monde, Gomes Sa devra se relever de cet échec. Une tâche loin d’être évidente alors que le Racing a recruté Ali Oz pour le concurrencer.

Top 14 - Cedate Gomes Sa (Racing 92) contre La Rochelle

Top 14 - Cedate Gomes Sa (Racing 92) contre La RochelleIcon Sport

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0