Icon Sport

Top 14 - Nemani Nadolo (Montpellier) : "L’heure est venue de faire tourner notre saison"

Nadolo : "L’heure est venue de faire tourner notre saison"
Par Rugbyrama

Le 21/09/2018 à 09:23Mis à jour Le 22/09/2018 à 15:56

TOP 14 - Blessé à la cheville avec les Fidji, l’ailier fera son retour à la compétition. Un renfort de poids pour le MHR qui sera déjà dimanche, face à un tournant capital. Un match charnière taillé pour l’arme fatale Nemani Nadolo. Indispensable, l’Îlien devra apporter sa puissance de frappe et sa fraîcheur mentale pour redonner confiance à son équipe et lui permettre ainsi de se libérer.

Rugbyrama : Comment vous sentez-vous physiquement après trois mois d’absence et êtes-vous prêt à débuter face à Toulouse ?

Nemani Nadolo : Je me sens vraiment bien aujourd’hui, mais je dois avouer que les trois mois d’absence après ma blessure à la cheville ont été très longs pour moi. J’étais heureux de retrouver les entraînements collectifs cette semaine et j’ai eu de bonnes sensations rugbystiques. J’espère désormais réaliser un bon match dimanche, en apportant quelque chose de positif à l’équipe pour l’aider à se relancer.

Vous semblez très affûté…

N.N : Merci ! En fait quand tu es blessé durant trois mois, il est généralement normal que tu prennes du poids. Mais j’ai décidé de changer ma perception de ma blessure en me disant que ce n’était pas une excuse mais plutôt une chance de travailler. J’ai donc regardé spécialement mon régime alimentaire en l’adaptant pour ne pas prendre des kilos. Et maintenant je me sens très bien. Mon corps me semble “léger”.

Avez-vous perdu du poids au passage ?

N.N : Oui, j’ai perdu sept kilos et je souhaite poursuivre mon régime. Si je parviens à enchaîner les matchs sur les trois prochains mois, je devrais être à mon poids idéal pour Noël. Ce sera bénéfique pour moi comme pour l’équipe. La saison dernière, j’ai tourné autour des 142 ou 143 kg en moyenne et je pèse désormais 135kg. Si j’arrive à descendre encore, je serais plus affûté et endurant.

Vous devriez donc dépasser les vingt-cinq essais marqués cette saison…

N.N : J’espère (sourire, NDLR). Non, en réalité, mon intention est de devenir plus qu’un simple ailier finisseur. Et c’est en cela que ma perte de poids sera un atout, surtout si je perds encore sept ou huit kilos. Mon but est d’augmenter ma capacité à répéter les efforts et à me déplacer pour participer beaucoup plus au jeu, en me proposant par exemple entre les centres, sur le côté fermé de l’ouvreur… Au lieu de rester sur l’aile à attendre des ballons.

Quelle analyse faites-vous des difficultés actuelles connues par votre équipe, qui sort d’une lourde défaite à Lyon et ne parvient pas à mettre son jeu en place ?

N.N : Je pense que c’est juste une période difficile après la finale perdue, même si c’est vrai que nous devrions mieux jouer. Probablement que nous avons inconsciemment pensé qu’on allait juste gagner cette saison et comme cela n’a pas été le cas dès le début, la pression est un peu montée dans l’équipe. Il y a peut-être eu un problème d’attitude et ensuite un manque de confiance. Mais d’après mon expérience cela peut vite s’inverser. Il faut juste se resserrer, en faisant les choses pour nous, l’équipe, et non pour les autres. On a bien parlé cette semaine (mardi, durant une réunion réservée aux joueurs) et regardé en nous-mêmes. L’heure est venue de faire tourner notre saison dimanche. Le succès est obligatoire.

Nemani Nadolo (Montpellier) contre Lyon en demi-finale de Top 14

Nemani Nadolo (Montpellier) contre Lyon en demi-finale de Top 14Icon Sport

Votre regard sur le Stade Toulousain (3e), toujours invaincu cette saison et dont le jeu offensif impressionne ?

N.N : Ils sont toujours invaincus, vraiment (trois succès et un nul) ? C’est beau… J’ai juste regardé leur match du week-end dernier chez eux face au Racing92 (victoire 30-17) et ils ont vraiment très bien joué. J’ai trouvé Ramos très intéressant à l’arrière et ils ont aussi une bonne ligne de trois-quarts avec Huget sur une aile qui est très dangereux. C’est une belle équipe, très bien structurée. Si on lui laisse des espaces pour attaquer sans la mettre sous pression, elle va devenir très dangereuse pour nous. Mais c’est un grand match à jouer et notre motivation doit être très grande. On devra être très présent mentalement, physiquement et se comporter en équipe. Nous n’aurons aucune excuse.

Êtes-vous conscient qu’il existe désormais une Nemani Nadolo dépendance à Montpellier ?

N.N : Non pas du tout, car il y a beaucoup de joueurs de grande classe à Montpellier et tout ne tourne pas autour de moi. Mais quand je joue, je me fixe un haut niveau d’exigence à atteindre pour moi et surtout pour l’équipe. On doit tous être individuellement au top dans nos rôles et au service de l’équipe. C’est cela que nous voulons montrer dimanche.

Propos recueillis par Julien LOUIS.

Contenus sponsorisés
0
0