Icon Sport

Ducuing : "tout a changé de A à Z"

Ducuing : "tout a changé de A à Z"

Le 14/08/2019 à 10:31Mis à jour Le 14/08/2019 à 10:32

TOP 14 - Nans Ducuing est de retour ! L'arrière international a retrouvé les terrains plein d'envie lors du stage à Saint-Lary et évoque avec bonne humeur, les changements au sein de l'UBB.

Rugbyrama : Une semaine de retour à la maison (Saint-Lary), cela t'as fait du bien ?

Nans Ducuing : Exactement. Cela m'a fait beaucoup de bien car je n'avais pas pu rentrer avec cette opération des adducteurs en juin. Donc, j'ai pu revoir toute ma famille et plein de gens que j'ai connu durant mon enfance. C'était un retour qui n'était pas déplaisant.

Une semaine avec beaucoup de travail par contre ?

N. D. : Oui. J'ai repris avec le groupe le lundi mais le groupe était dans la continuité de ce qu'il a fait depuis début juillet. Donc, on est monté crescendo. On a fait une bonne semaine de travail dans un contexte et un environnement un peu différent mais je trouve que cela fait du bien de changer d'air. D'ailleurs tout le monde est resté très sérieux pour ponctuer cette semaine de stage avec une victoire à Biarritz.

Cela a été la cerise sur le gâteau ces 15 minutes de jeu à Biarritz ?

N. D. : Oui. Pour tout dire, cela n'était pas prévu. Je n'étais pas projeté de revenir si tôt mais je n'avais pas trop de douleur. On avait prévu avec Christophe de revenir 10-15 minutes. Donc, j'étais content de retrouver le terrain, les copains, les systèmes. Je crois que c'est important de me sentir aussi investi dans cette nouvelle aventure. J'avais hâte de revenir. Voila, c'est chose faite. On va pouvoir maintenant se projeter sur les prochaines étapes, revenir petit à petit et essayer de retrouver mon meilleur niveau.

Tu évoquais les systèmes. Tout a changé ?

N. D. : Oui. Tout a changé de A à Z. Christophe est arrivé avec une nouvelle formule, son management à lui. Et oui, les systèmes, les annonces, la façon de jouer devant, derrière, le liant entre avants et trois quarts, tout est différent. Donc, c'était bien de retrouver le terrain pour m'accaparer tout cela et pour être prêt pour le début de championnat.

Est-ce que l'on écoute plus le discours d'un coach qui a gagné déjà ?

N. D. : Plus, non car l'année dernière on écoutait aussi. On est des bons élèves ! Mais bien sûr, c'est intéressant de voir comment Christophe travaille puisqu'il a gagné. Lui sait ce qu'est le top 6 et aussi d'être champion. Donc, il a le vécu ; l'expérience et les clés pour nous y amener. Donc forcèment, on est attentif.

Top 14 - Nans Ducuing (Bordeaux) contre Perpignan

Top 14 - Nans Ducuing (Bordeaux) contre PerpignanIcon Sport

Comment qualifierais-tu la méthode de travail de Frédéric Charrier ?

N. D. : Elle est dans la continuité de ce que fait Christophe. C'est-à-dire très cadré, c'est clair. Ca ne parle pas pour rien dire. Tout est minutieux et chacun sait ce qu'il doit faire. Donc pour l'instant, on prend plaisir que ce soit sur les entraînements ou en dehors, à travailler avec eux.

Vous avez marqué 13 essais par 10 joueurs différents, lors des deux matchs de préparation ?

N. D. : Oui, mais on n'a pas le droit de marquer des doublés (rires). On est obligé de faire marquer un peu tout le monde pour équilibrer les quota.

" Nans Ducuing : Tout a changé de A à Z"


Une semaine de retour à la maison (Saint-Lary), cela t'a fait du bien ?

N. D. : Exactement. Cela m'a fait beaucoup de bien, car je n'avais pas pu rentrer avec cette opération des adducteurs en juin. Donc, j'ai pu revoir toute ma famille et plein de gens que j'ai connu durant mon enfance. C'était un retour qui n'était pas déplaisant.

Une semaine avec beaucoup de travail par contre ?

N. D. : Oui. J'ai repris avec le groupe le lundi mais le groupe était dans la continuité de ce qu'il a fait depuis début juillet. Donc, on est monté crescendo. On a fait une bonne semaine de travail dans un contexte et un environnement un peu différent, mais je trouve que cela fait du bien de changer d'air. D'ailleurs, tout le monde est resté très sérieux pour ponctuer cette semaine de stage avec une victoire à Biarritz.

Cela a été la cerise sur le gâteau ces 15 minutes de jeu à Biarritz ?

N. D. : Oui. Pour tout dire, cela n'était pas prévu. Je n'avais pas projeté de revenir si tôt, mais je n'avais pas trop de douleur. On avait prévu avec Christophe de revenir 10-15 minutes. Donc, j'étais content de retrouver le terrain, les copains, les systèmes. Je crois que c'est important de me sentir aussi investi dans cette nouvelle aventure. J'avais hâte de revenir. Voilà, c'est chose faite. On va pouvoir maintenant se projeter sur les prochaines étapes, revenir petit à petit et essayer de retrouver mon meilleur niveau.

Top 14 - Nans Ducuing (UBB) contre Lyon

Top 14 - Nans Ducuing (UBB) contre LyonIcon Sport

Tu évoquais les systèmes. Tout a changé ?

N. D. : Oui. Tout a changé de A à Z. Christophe est arrivé avec une nouvelle formule, son management à lui. Et oui, les systèmes, les annonces, la façon de jouer devant, derrière, le liant entre avants et trois quarts, tout est différent. Donc, c'était bien de retrouver le terrain pour m'accaparer tout cela et pour être prêt pour le début de championnat.

Est-ce que l'on écoute plus le discours d'un coach qui a gagné déjà ?

N. D. : Plus, non car l'année dernière on écoutait aussi. On est des bons élèves ! Mais bien sûr, c'est intéressant de voir comment Christophe travaille puisqu'il a gagné. Lui sait ce qu'est le top 6 et aussi d'être champion. Donc, il a le vécu ; l'expérience et les clés pour nous y amener. Donc, forcément, on est attentif.

Comment qualifierais-tu la méthode de travail de Frédéric Charrier ?

N. D. : Elle est dans la continuité de ce que fait Christophe. C'est-à-dire très cadré, c'est clair. Ca ne parle pas pour rien dire. Tout est minutieux et chacun sait ce qu'il doit faire. Donc, pour l'instant, on prend plaisir que ce soit sur les entraînements ou en dehors, à travailler avec eux.

Vous avez marqué 13 essais par 10 joueurs différents, lors des deux matchs de préparation ?

N. D. : Oui, mais on n'a pas le droit de marquer des doublés (rires). Donc, pour l'instant, on prend plaisir que ce soit sur les entraînements ou en dehors, à travailler avec eux.

D'ailleurs, tu as marqué un essai...

N. D. : Oui. Pareil. Il m'a obligé. Christophe m'a menacé. Donc du coup (rires). Sérieusement, je suis très content. Pour une reprise, marquer cela fait toujours plaisir. Mais il ne fallait pas deux mètres de plus, car j'ai pris le vent de face et j'ai pioché un peu sur la fin. Mais bon, l'essentiel est de passer derrière la ligne. Mais il ne fallait pas deux mètres de plus, car j'ai pris le vent de face et j'ai pioché un peu sur la fin. Cela donne envie de continuer quand on est récompensé quand on revient.

Tu te sens prêt pour reprendre le championnat ?

N. D. : Oui. Si je suis sur le terrain, je suis disponible. Après, je n'ai pas fait la préparation. Peut-être que physiquement, j'ai un peu de retard. Mais je pense le combler assez vite. J'ai dit que je ne voulais pas me presser, revenir sans douleur et en forme. Après, cela sera au coach de décider. Romain (Buros) a fait toute la préparation. Il est très en forme. Pour l'instant, il n'y a aucun souci avec cela. Je crois qu'il tient largement la baraque.

Tu sens plus de concurrence cette année ?

N. D. : De la concurrence, il y en a chaque année. Cela fait deux ans qu'avec Romain et d'autres qui peuvent jouer à l'arrière, elle y est. On est tous deux-trois par poste. Moi, ce n'est pas quelque chose qui me dérange. Au contraire, on s'entend très bien et on se tire vers le haut. C'est bénéfique pour l'équipe qu'il y a cette émulation. Chacun aura sa part des matchs et donnera le meilleur. Je pense que l'on sera frais à chaque fois sur chaque match, si la rotation est bonne.

Avec des joueurs issus de Pro D2 comme Maxime Lucu et des « papa » comme Rémi Lamerat, tu jettes quel regard sur le recrutement ?

N. D. : C'est toujours intéressant, car Maxime , c'est un profil que l'on n'avait pas forcément, qui va apporter son expérience de leader sur le terrain, de buteur. Je crois qu'il a montré avec Biarritz qu'il avait des qualités dans ce sens-là. Rémi, on connaît son CV. International, il est passé par des grands clubs, il a connu des titres. Donc, ce sont des mecs qui vont nous apporter beaucoup en expérience, en sagesse et en sérénité. Quand tu as un mec qui dégage ça sur le terrain, à coté, on se sent mieux aussi. C'est un très bon recrutement et on est très content de les avoir parce qu'au-delà d'être des bons et grands joueurs, ce sont aussi de très bons mecs et ils se sont très vite intégrés.

" On est plus dans un jeu qui nous correspond"

Avec le recul, des joueurs du profil de Rémi Lamerat, c'est un peu ce qu'il vous manquait l'an dernier ?

N. D. : On avait aussi des joueurs qui pouvaient prendre ce leadership. Je pense à Jean-Baptiste Dubié qui est aussi maintenant un ancien et un cadre qui tenait la baraque. Je pense que plus on a de joueurs comme cela et plus c'est intéressant aussi. Et on a envie de suivre ces mecs-là.

Qu'est-ce que tu notes comme différence au niveau du jeu ?

N. D. : On est plus dans un jeu qui nous correspond. L'an dernier par moment, j'avais l'impression qu'on tombait dans une sorte de jeu restreint ou qu'on faisait un jeu qui ne nous correspondait pas forcément. Pour le moment, même si cela dépendra des stratégies mises en place sur les matchs, on a toutes les clés pour balayer toutes les zones du terrain. On commence à bien se trouver. Chacun est à sa place. Ca, c'est intéressant parce que l'on peut faire du large-large, mais on peut aussi jouer dans l'axe. Et pour l'instant, on se sent bien avec tous ces outils. Donc, c'est agréable. C'est aussi clair. Il faut bien sûr le répéter à haute intensité pour que toutes les options soient bonnes et que tout le monde soit concerné.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0