Icon Sport

Top 14 - Malakai Fekitoa (Toulon) : "Je suis encore jeune, j'espère rejouer une coupe du Monde"

Fekitoa : "Je suis encore jeune, j'espère rejouer une coupe du Monde"

Le 08/08/2018 à 08:46

TOP 14 - Déjà très en vue lors du premier match amical face au Stade-Français, Malakai Fekitoa aborde sa deuxième saison au RCT. Désormais parfaitement intégré, le trois quart centre All Black revient sur sa première année à Toulon, son intégration et ses ambitions.

Rugbyrama : Comment vous sentez-vous durant cette pré-saison ?

Malakai Fekitoa : Je me sens bien. Nous avons bien travaillé physiquement. Cette année, c'est plus chargé, c'est une nouvelle organisation avec Patrice qui vient d'arriver. Beaucoup de chose ont changé, nous avons beaucoup travaillé en dehors du terrain pour créer un esprit d'équipe. Jusqu 'à présent, tout se passe bien. Et je pense que tout cela sera bénéfique sur le long terme. Après le premier match, nous avons pu voir que nous avions progressé. Ce n'est qu'une première étape, et il nous reste encore beaucoup à faire, mais on doit continuer sur cette voie là.

Vous le disiez, les choses ont évolué à Toulon avec la mise en place d'un nouveau staff. Quels changements notez-vous par rapport à la saison passée ?

M.F. : Je pense que cette année, Patrice est arrivé avec sa manière de faire les choses. Il est très organisé quand il dirige l’équipe, il a un rôle différent. Tout est bien en place, il essaie de créer une véritable équipe, il s’assure que tout le monde s’y sente à l'aise, aussi bien sur le terrain qu'en dehors. On est bien ensemble. Les choses doivent d’abord bien se passer à l'extérieur avant d’exister sur le terrain. Je le soutiens sur cet aspect. Ainsi, nous pouvons jouer les uns pour les autres et on obtiendra des résultats. Juan (Lobbe) et Titi (Tillous-Borde) jouent ici depuis longtemps, ils savent comment ça marche et ils ont gagnés des titres ici. Ils savent comment créer une équipe compétitrice. Et c’est là que ça change. Ils ont joué ici donc ils veulent tout faire pour l’équipe et pour obtenir des résultats.

Patrice Collazo - Lyon

Patrice Collazo - LyonIcon Sport

Patrice Collazo est réputé pour être quelqu'un de strict. Cela vous convient ?

M.F. : Chaque équipe doit avoir des règles. Quoi qu’on fasse dans la vie, que ce soit au travail ou à la maison, ou en ce qui concerne sa famille, c'est impératif pour maintenir les choses en place, pour pouvoir avancer. Et à mon sens, c’est pareil en sport. Sans règles, tout s’écroule. J'apprécie sa façon de faire et sa stratégie. À long terme, je pense que ça nous sera bénéfique et cela permettra à l’équipe d’avancer.

" Toulon est un club spécial, c'est un honneur de jouer ici"

Le slogan du RCT est : "Ici tout est différent". Est-ce vraiment le cas ?

M.F. : Toulon un club est spécial, un club célèbre. C’est toujours un privilège d’y jouer, de s'inscrire dans la continuité des grands noms qui ont porté ce maillot par le passé. Des joueurs légendaires. Et c’est cela qui en fait un club particulier. Malgré les résultats, car bien sûr, nous n’avons pas gagné récemment, nous sommes encore très fiers de porter le maillot. Nous sommes ici pour se mettre en avant et s'inscrire dans cette histoire. C'est un privilège de jouer ici, ce n’est pas donné à tout le monde. Si on signe ici, c’est vraiment un honneur. Les joueurs du monde entier aimeraient faire partie de cette équipe, qu’ils soient au début ou en fin de carrière.

Personnellement comment appréhendez-vous cette deuxième saison en France ?

M.F. : Je vois les choses différemment par rapport à la saison passée. Je me sens plus à l'aise, Je connais mieux l'environnement, je me sens chez moi à Toulon désormais, d'autant plus que je maîtrise un peu mieux la langue. J'ai un bon contact avec les gens, puis jouer au rugby chaque week-end est un privilège.

L'intégration a été difficile pour vous à votre arrivée ?

M.F. : C'était dur. Je ne connaissais personne, il y avait la barrière de la langue et les difficultés que l'on rencontre lorsqu'on déménage dans un autre pays. Et en sport, si tu ne te sens pas heureux en dehors du terrain, si tu n'as pas une certaine stabilité, tu ne peux pas être performant sur le terrain. Mais j'ai réussi à surmonter cela et je suis assez satisfait de mes prestations de la saison passée. Je pense avoir eu un certain impact sur l'équipe lors de mon arrivée et en fin de saison. Comme je l'ai dit, j'ai désormais une certaine stabilité et je suis heureux dans ma vie personnelle, je connais plus de monde, tout est plus simple. Ça rend les choses plus faciles. Je pense que cette année, ça va bien se passer. J'ai aussi hâte d'accueillir Liam (Messam) et Julian (Savea). Ce sera encore plus sympa d'être avec des gars que je connais très bien.

Julian Savea - Nouvelle Zélande

Julian Savea - Nouvelle ZélandeIcon Sport

Justement, avez-vous été en contact avec Liam Messam et Julian Savea avant leur signature ?

M.F. : J’ai beaucoup parlé avec Liam avant qu’il ne signe ici. Je lui ai expliqué comment je me suis senti lors de mon arrivée et tout ça. Après, quand on change de pays ou d’équipe, ça dépend de chacun d’entre nous, j’imagine. Si on y met du c?ur et de la volonté, on continue à progresser. Je pense que Liam et Julian sont très professionnels, que ce sont des athlètes de très haut niveau et qu’ils seront formidables pour l’équipe. Ils ont été dans plusieurs équipes de haut niveau, ils ont gagné plusieurs grands matches et je pense qu’ils nous aideront vraiment à aller de l’avant.

Qu'appréciez-vous le plus ici en France et à Toulon ?

M.F. : J’aime la façon de vivre ici, la plage et surtout le temps qu’il fait. En ce moment, c’est formidable. La cuisine est magnifique et il y a tellement de choses à faire et à voir. C’est génial et j’aime ça de plus en plus. C’est aussi mon premier été en Europe ; donc c’est plutôt sensationnel. Jusqu’à présent, tout a été génial. C’est ça qui est super avec le rugby : apprécier quand on est sur le terrain mais aussi quand on n’est pas sur le terrain. On joue seulement pour un certain nombre d’années, donc il faut en profiter un maximum !

" Ici, les gens se passionnent pour leur équipe. J'adore ça !"

En quoi le rugby est-il différent ici par rapport à ce que vous avez connu en Nouvelle-Zélande ?

M.F. : C’est différent, de bien des manières. même si c’est toujours du rugby. Chacun le vit à sa façon. Mais ici, les gens se passionnent pour l’équipe. Les supporters sont très enthousiastes quand ils viennent aux matches. C’est différent de chez moi, mais j’adore ! C’est ça le rugby : on est sur le terrain pour jouer devant de nombreux fans passionnés par ce sport. On doit profiter de ça au maximum et on doit faire en sorte de gagner !

Vous êtes-vous fixé des objectifs personnels pour cette saison ?

M.F. : En ce qui me concerne, je voudrais gagner le championnat. J’ai participé à de nombreux grands matches, des finales aussi. Et c’est très gratifiant de gagner un titre en fin de saison. Cela vient récompenser le travail que l’on a fait. J’ai toujours bossé dur tout au long de ma carrière. Je voudrais que l'on gagne chaque semaine. Ça va être ça mon but, de dominer chaque semaine et de battre chaque joueur contre lequel je joue. Et si je fais mon travail, si je comprends celui des autres, alors nous remporterons le championnat. C’est comme ça que je vois les choses : travailler dur, ne pas se blesser, jouer et gagner.

En signant à Toulon, vous avez fait un croix sur la coupe du monde. Pas de regret ?

M.F. : C’est très spécial de pouvoir participer à ce tournoi. La coupe du monde est l’apogée du rugby. Dans le monde entier, tout le monde veut y participer. Évidemment, je sais ce qu’on ressent quand on joue pour sa sélection et que l'on gagne, car la dernière fois j’en ai fait partie. Mais je n’ai aucun regret car je fais ce que j’aime, je joue au rugby dans un autre pays, et c’est génial d’être ici. Pour moi, ce n’est pas fini, je suis encore jeune et j’espère qu’un jour, je rejouerai en coupe du monde.

Contenus sponsorisés
0
0