Icon Sport

Maestri : "J'espère qu'on n'utilisera pas les joueurs comme de la chair à canon"

Maestri : "J'espère qu'on n'utilisera pas les joueurs comme de la chair à canon"
Par Arnaud Beurdeley via Midi Olympique

Le 16/03/2020 à 16:52Mis à jour Le 18/03/2020 à 11:13

TOP 14 - Les prises de parole de joueurs sont rares depuis la suspension du Top 14 pour une durée indéterminée. Yoann Maestri, lui, n'a pas hésité à répondre favorablement à notre sollicitation. Le capitaine du Stade français, en quarantaine depuis ce week-end en raison d'un joueur de l'effectif parisien frappé par le Coronavirus, se veut rassurant sur l'état de ses troupes.

Toutefois il alerte sur l'impérieuse nécessité de prévoir une période de réathlétisation avant une éventuelle reprise du championnat.

Comment avez-vous accueilli la suspension du Top 14 ?

On s'y attendait un peu. Il y avait déjà eu le football italien, puis espagnol et enfin la Ligue 1 et 2. Le rugby a naturellement suivi. Nous attendons maintenant le discours du président de la République Emmanuel Macron qui doit avoir lieu ce soir (lundi). J'ai l'impression que nous allons aller vers un confinement total. Dans ces moments-là, le rugby et le sport passe au second plan.

Le Stade français est touché puisqu'un joueur a été contaminé par le Coronavirus. Avez-vous reçu des consignes particulières ?

Nous sommes en quarantaine. Nous devons fréquenter le moins de personne possible, ne pas entrer en contact physique avec nos proches. Je pense que tout le monde a pris conscience de la réalité et chacun prend les précautions nécessaires. Dans une ville comme Paris où les mouvements et les interactions sont plus importants, malheureusement nous avions un risque plus élevé d'être touché.

Comment vous êtes-vous organisé au quotidien ?

J'essaie de faire quelques courses sans entrer en contact avec qui que ce soit. Et puis, je passe beaucoup de temps à regarder des films, à écouter de la musique. Je lis beaucoup. Je prends des nouvelles de mes proches régulièrement. Je fais comme le tout le monde, quoi.

Est-il possible de voir l'aspect positif de ce repos forcé au cœur d'un calendrier rugbystique surchargé ?

Ce genre de situation appelle à une prise de conscience sur tout un tas de sujet. Nous vivons dans une société où tout va très vite, où les gens vivent à 100 km/heure. A vivre au ralenti, nous allons peut-être prendre le temps de la réflexion. De notre côté, c'est vrai, ce temps de repos forcé va peut-être être bénéfique. Les moments de repos dans une carrière sont très rares. Après, quand nous allons pouvoir reprendre la compétition, si jamais nous pouvons la reprendre, j'espère que nous serons assez intelligents pour faire les choses dans le bon ordre.

C'est à dire ?

Bah j'espère qu'on n'utilisera pas les joueurs comme de la chair à canon. Pour l'instant, nous sommes tous bloqués chez nous. On fait bien quelques pompes, quelques abdos à l'ancienne dans le salon, mais ça n'a rien à voir avec notre quotidien. Pour reprendre une activité aussi intense et physique que le rugby peut l'être, il nous faudra une période de réathlétisation avant de reprendre la compétition.

Etes-vous inquiet de ce point de vue là ?

(il souffle) Les joueurs vont devoir faire entendre leur voix. De toute façon, il est utopique de penser que ça va se régler en quinze jours ou trois semaines. Et plus l'arrêt sera long, plus il nous faudra une période de préparation suffisante pour ne pas mettre notre intégrité physique en danger.

Le Stade français est aujourd'hui dernier du Top 14. Craignez-vous, si toutefois le championnat ne devait pas reprendre, qu'une relégation soit prononcée sur tapis vert ?

D'abord, le plus important, c'est la santé de tous. Pour moi, c'est la question prioritaire. Ensuite, pour ce qui est du championnat, il reste neuf journées à disputer, soit un tiers du championnat et quarante-cinq points à prendre. Nous serions donc surpris si les instances venaient à prendre une telle décision. Je suis convaincu que la Ligue fera tout pour respecter l'équité sportif. De toute évidence, cette crise va secouer sévèrement et je ne sais pas si ce serait un cadeau de faire monter un club sur tapis vert ou d'en faire descendre un autre.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés