Icon Sport

Lyon : du bon mais de l’insatisfaction

Lyon : du bon mais de l’insatisfaction

Le 10/04/2019 à 16:07

TOP 14 - En allant chercher son cinquième succès à l’extérieur du côté de Pau le week-end dernier, Lyon est remonté à la troisième place du Top 14. Malgré cette performance sur le plan comptable, le fond n’a pas séduit et ce LOU exigeant réfléchit en regardant plus loin...

La prise de parole de Julien Puricelli après la rencontre n’est pas passée inaperçue, le capitaine lyonnais expliquait que son équipe avait manqué de respect aux Palois malgré le succès… Des mots forts et une manière de piquer pour ne pas s’arrêter au "simple" résultat et analyser plus en profondeur le contenu du match. Quelques jours plus tard, le pilier Francisco Gomez Kodela confie n’être "pas tout à fait satisfait de la façon dont on a gagnée. On a joué par moments. On a eu beaucoup de trous d’air. Cela explique que l’on est un peu frustré et que l’on a envie de revenir au travail pour combler ces défauts et essayer de faire des matches pleins, pas des matches où l’on gagne à la fin avec 3 minutes de pick and go."

Arriver plus armé sur les phases finales

Ce raisonnement démontre une évolution de ce LOU qui, un an après une première participation aux phases finales dans l’ère du professionnalisme, veut désormais se présenter mieux préparé. L’idée n’étant pas d’arriver en fin de saison régulière avec le sentiment du devoir accompli, plutôt d’anticiper les questions pour pouvoir jouer sa chance à fond. "Ce raisonnement il faut l’avoir en tête mais pas trop, nuance Jonathan Pélissié. Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Ce n’est pas fait." Bien que le demi de mêlée reconnaisse ensuite la nécessité de devoir "anticiper un petit peu." Malgré la fébrilité du dernier match, Lyon a effacé le revers concédé face à Castres à Gerland un mois plus tôt.

Top 14 - Jonathan Pelissie (Lyon) contre Toulon

Top 14 - Jonathan Pelissie (Lyon) contre ToulonIcon Sport

"On préfère gagner et jouer comme ça que perdre et jouer très bien", poursuit simplement Francisco Gomez Kodela. Et l’Argentin insiste dans la foulée sur cette volonté "d’être dans les six car on sent que si on fait les choses dans l’ordre, on peut peut-être recevoir en quart même si c’est très compliqué. Ça ne dépend que de nous et de nos performances. C’est pour cela que l’on veut maîtriser un peu plus les choses et ne pas gagner à la dernière minute."

La défense fait l’objet d’un focus

Chercher la petite bête semble être la quête du progrès, et celle-ci se situe dans la capacité à corriger des détails ciblés. Gomez Kodela parle de problèmes sur les aspects "concentration et patience" quand Pélissié pointe du doigt "ce qui était notre point fort jusqu’à aujourd’hui et qui est devenu une espèce de tique", à savoir la défense. En allant dans ce sens, on constate que Lyon est actuellement l’équipe qui a fait le plus de fautes de mains (383) à ce stade du championnat et que sur ses quatre dernières sorties, elle a encaissé environ 30% de ses points (110) et de ses essais (15) depuis le début de saison ! Sans oublier un certain manque de régularité en mêlée fermée qui peut s’expliquer par les nombreuses blessures.

À l’inverse, la touche continue d’être une arme redoutable à l’image des 9 ballons volés à la Section ! "On a un facteur X qui s’appelle Julien (Puricelli)", sourit Francisco Gomez Kodela qui, après ces deux succès de rang, affirme que "le groupe n’est pas plus ni moins rassuré qu’avant. Cela permet de travailler dans le confort. On est plus serein, moins inquiet du fait de devoir gagner, même si on doit gagner", à commencer face à Perpignan samedi.

Contenus sponsorisés